03/12/2021 11:58
La Bourse de Paris a reculé nettement jeudi 2 décembre (-1,25%) dans une volatilité accrue face au manque de certitudes au sujet du variant Omicron et à une possible accélération du retrait du soutien monétaire de la banque centrale américaine.

>>Meilleure séance de l'année pour la Bourse de Paris
>>La Bourse de Paris rebondit de 1,07% mais reste vigilante sur le variant Omicron
 

La salle de contrôle d'Euronext, société qui gère la Bourse de Paris. 
Photo : AFP/VNA/CVN


L'indice CAC 40 a perdu 86,12 points à 6.795,75 points. Depuis six séances, la place parisienne fait succéder tour à tour les clôtures en territoire négatif et positif, faisant le grand écart entre sa meilleure séance de l'année mercredi et sa pire séance depuis mars 2020 vendredi.

"Le marché se cherche. Il est à la merci de l'évolution du variant Omicron et a perdu de l'élan depuis le discours beaucoup moins accommodant de Jerome Powell", indique Laurent Le Grin, directeur général de DPAM France.

Le président de la banque centrale américaine a en effet changé de ton mardi  30 novembre en estimant qu'il était temps de ne plus parler d'inflation transitoire et envisage une réduction plus rapide que prévu des achats d'actifs de l'institution, ouvrant la voie à une hausse des taux directeurs dès 2022 pour limiter l'inflation.

"On ne sait pas trop s'il faut s'inquiéter davantage du variant Omicron ou de la Fed", souligne l'expert, mais dans un contexte de valorisations très élevées, "les investisseurs préfèrent ne plus prendre de risques et prendre leurs profits" avant la fin de l'année.

Il faudra "plusieurs semaines" pour mieux comprendre Omicron et savoir s'il est plus transmissible, plus dangereux et plus résistant aux vaccins, a souligné l'Organisation mondiale de la santé.

Alstom annonce un transfert

Le constructeur ferroviaire Alstom (-2,87% à 31,11 euros) va transférer la part de son nouveau partenaire Bombardier dans le train à grande vitesse Zefiro V300 au groupe japonais Hitachi, dans le cadre des engagements requis par la Commission européenne.

Pierre et Vacances creuse sa dette

Le numéro un européen des résidences de loisirs Pierre et Vacances-Center Parcs a essuyé une perte nette en 2020/2021, similaire à celle de l'exercice précédent, et a vu sa dette s'alourdir, la crise sanitaire ayant continué à amputer son activité. Après un passage dans le vert, l'action a lâché 3,72% à 5,96 euros. Depuis le début de l'année, elle a perdu environ 60%.


AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Les "patients" particuliers de l'enseignante de 89 ans

Le delta du fleuve Rouge parmi les 52 destinations choisies Le delta du fleuve Rouge au Vietnam est la seule destination d'Asie du Sud-Est à figurer dans la fameuse liste des 52 endroits sélectionnés par le New York Times de ce début d’année.