16/05/2018 14:26
Le Premier ministre belge Charles Michel et le ministre des Affaires étrangers Didier Reynders ont condamné mardi 15 mai la violence dans la bande de Gaza et appelé à une enquête internationale menée par les Nations unies pour résoudre le problème.
>>Réunion extraordinaire du Conseil des droits de l'homme de l'ONU
>>Israël face à une vague de réprobation après le bain de sang à Gaza
>>Le Vietnam est préoccupé par l'escalade des conflits à Gaza
>>Gaza: heurts à la frontière avec Israël avant l'ouverture de l'ambassade américaine

Les Palestiniens dans les heurts à la frontière avec Israël.
Photo: AFP/VNA/CVN

"Je condamne cette violence, qui est une violence totalement inacceptable. J'aurai l'occasion ce soir de rencontrer le secrétaire général des Nations unies. Je vais plaider pour qu'il y ait une enquête internationale. Il ne peut pas y avoir d'impunité. Il y a des règles en droit international", a déclaré le Premier ministre belge Charles Michel.

"La violence nous rappelle de façon criante que seule la solution préconisant deux parties vivant pacifiquement côte à côte pourra apporter une paix durable et la sécurité pour Israël, la Palestine et les pays voisins de la région", rapporte un communiqué de presse du ministère des Affaires étrangères.

"Il devient de plus en plus urgent de faire redémarrer le processus de paix au Proche-Orient. Une décision sur le statut de Jérusalem, qui est appelée idéalement à devenir la capitale partagée de deux États souverains, doit dépendre de négociations entre les deux parties concernées. La Belgique, avec ses partenaires européens, continuera à dénoncer tous les actes unilatéraux qui vont à l'encontre d'une solution négociée à deux États vivant côte à côte dans la paix, la sécurité et la reconnaissance mutuelle", poursuit le communiqué de presse.

Le ministre des Affaires étrangers, Didier Reynders, a annoncé mardi 15 mai qu'il convoquait Simona Frankel, l'ambassadrice d'Israël en Belgique, démontrant le désir profond de la Belgique de résoudre le problème dans la bande de Gaza. "On peut entendre beaucoup de choses, mais il y a des limites", a d'abord indiqué le ministre des Affaires étrangères Didier Reynders.

Environ 850 personnes se sont aussi mobilisées mardi soir 15 mai devant la gare centrale de Bruxelles pour dénoncer ce qui se déroule à Gaza, selon une estimation communiquée par la police de Bruxelles-Ixelles. 
 
Xinhua/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
L’identité traditionnelle était au cœur des activités francophones

Le sala centenaire de la pagode Chot Le Centre d’études et de méditation bouddhiste khmer de la pagode Chot, aussi appelé sala, fait partie du patrimoine culturel régional. Retour sur son histoire particulière.