01/05/2020 14:36
Face au cataclysme économique déclenché par la pandémie de coronavirus, la Banque centrale européenne (BCE) s'est dite "prête" jeudi 30 avril à renforcer son programme d'urgence et le prolonger au-delà de la fin 2020, après sa série de mesures exceptionnelles prises depuis mars.
>>La BCE agira davantage si nécessaire en matière d'inflation
>>La Commission européenne chargée de trouver un plan de relance pour des 27 désunis
>>Accord à l'arrachée des 27 pour relancer l'économie face au virus

La présidente de la Banque centrale européenne Christine Lagarde, le 23 janvier à Francfort (Allemagne).
Photo : AFP/VNA/CVN
"La zone euro fait face à une contraction économique d'une magnitude et vitesse jamais vues en temps de paix", a souligné la présidente de la Banque centrale européenne (BCE), Christine Lagarde, face à une salle de presse vide, toutes les questions étant posées à distance. La BCE s'attend à un repli de "5 à 12%" du Produit intérieur brut de la zone euro cette année, reflet de la "grande incertitude" autour des dégâts économiques causés par la pandémie, a-t-elle expliqué.

Cette violente récession, aux conséquences sociales encore impossibles à évaluer, devrait être suivie d'une "reprise" si les mesures de confinement sont progressivement levées. Mais "sa vitesse et son ampleur" sont elles-mêmes "hautement incertaines", a poursuivi la Française. L'institution a donc affiché sa détermination à accroître si nécessaire la taille des rachats massifs de dette décidés le 18 mars, dans le cadre du programme d'urgence PEPP doté de 750 milliards d'euros d'ici la fin de l'année, et à les prolonger "au-delà de 2020".

Prêts ultra-favorables

Dans l'immédiat, les gardiens de l'euro ont cependant confirmé pour l'essentiel les mesures prises depuis la mi-mars, destinées à éviter que les conditions de financement ne se durcissent et n'aggravent l'impact économique de la crise. Seul changement : les prochaines vagues de prêts géants aux banques (dits TLTRO) se feront à des conditions encore plus généreuses. Le taux le plus favorable va descendre de - 0,75% à -1%, pour la période allant de juin 2020 à juin 2021, pour peu que les banques prêtent suffisamment à l'ensemble des secteurs économiques.

La siège de la BCE à Francfort (Allemagne). Photo : AFP/VNA/CVN

Par ce biais, la BCE entend stimuler le crédit pour éviter une vague de faillites, donc de licenciements, sans pour autant modifier ses taux directeurs qui campent déjà à leur plus bas niveau historique. L'institut va aussi lancer jusqu'en septembre 2021 plusieurs séries de prêts aux banques sans poser de conditions, proposés à un taux de - 0,25%. Une mesure ciblant les petites banques et qui a été poussée par la Banque fédérale allemande, décrypte une source dans l'entourage de la BCE.

"La décision de laisser tous les autres instruments inchangés montre que la BCE veut d'abord faire le point sur les mesures récentes", tout en "gardant de la poudre au sec" pour renforcer son action, décrypte Carsten Brzeski, de la banque ING.

"Flexibilité"

Côté rachats d'actifs, la BCE va dépenser 120 milliards d'euros supplémentaires d'ici décembre au titre de l'assouplissement quantitatif ou "QE", un programme lancé entre mars 2015 et fin 2018 puis réactivé en novembre dernier. L'institut compte par ailleurs utiliser toute la "flexibilité" du PEPP, a promis Mme Lagarde, à la fois en termes "de classes d'actifs", de pays concernés et "dans le temps".

En clair, ce bazooka forgé dans l'urgence permet à la BCE de concentrer ses efforts sur certains pays particulièrement fragilisés, par exemple l'Italie. L'institut monétaire s'est en effet affranchi, dans le cas du PEPP, de la règle lui interdisant de détenir plus du tiers de la dette émise par un pays donné. Plus largement, les aides publiques déployées dans toute la zone euro devraient créer une montagne de nouvelle dette souveraine estimée à 1.000 milliards d'euros rien que pour l'Allemagne, la France, l'Italie et l'Espagne, que la BCE a la capacité d'absorber à son bilan.

Mme Lagarde n'en a pas moins réitéré son appel à une "action commune" en zone euro, qui "montre de la solidarité envers les plus affectés par la crise actuelle". La semaine dernière déjà, elle avait mis en garde les dirigeants européens contre le risque "d'agir trop peu, trop tard".

AFP/VNA/CVN


 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
L’originalité des villages de broderie du Vietnam

Forum du tourisme de Huê 2020 Le Comité populaire de la province de Thua Thiên-Huê (Centre) a organisé dimanche 31 mai le Forum du tourisme de Huê 2020, dans le but de relancer le secteur touristique local durant et post-COVID-19.