08/10/2021 21:01
Le conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne s'est montré divisé en septembre sur le degré de ralentissement de ses rachats de dette, principal outil de soutien à l'économie européenne face au COVID-19, selon le compte-rendu de leur réunion publié jeudi 7 octobre.
>>Zone euro : l'énergie propulse l'inflation au plus haut depuis 2008 en septembre
>>Possible faillite d'Evergrande : l'exposition de la zone euro "serait limitée", selon Lagarde
>>Retour vers les 6.700 points à la Bourse de Paris

"Un certain nombre de commentaires ont été faits dans les deux sens sur le recalibrage du rythme des achats dans le cadre du PEPP", le programme d'urgence activé en mars 2020, souligne le compte-rendu.

Depuis le départ, le PEPP cherche à garantir de bonnes conditions de financement et à soutenir l'activité minée par la pandémie de la COVID-19. Pour certains membres du conseil des gouverneurs, la flexibilité donnée au PEPP nécessitait "une réduction plus substantielle" par rapport au rythme mensuel de l'ordre de 80 milliards d'euros de rachats par mois prévalant depuis mars, selon le compte-rendu.

En revenant au rythme des rachats connu "en début d'année", le programme permettrait d'obtenir les mêmes effets "tant les conditions de financement que les perspectives économiques s'étaient améliorées entre-temps", est-il noté.

D'autres voix ont appelé à une "réduction prudente" du rythme des achats compte-tenu de tensions observées sur les rendements d'emprunts obligataires. "Un rythme plus lent pourrait induire des perceptions du marché d'une politique monétaire plus stricte que prévu, ce qui pourrait entraîner un durcissement des conditions de financement", a-t-on souligné dans le même texte.

Avec l'évaluation des conditions de financement, les perspectives d'inflation jouent un rôle central dans le calibrage du PEPP, selon la BCE. Or, l'inflation élevée ces derniers mois en zone euro, à 3% en août, à cause de la flambée des prix de l'énergie et d'effets de base, ne doit pas inciter la BCE à "surréagir", a martelé fin septembre sa présidente Christine Lagarde.

La politique monétaire doit rester accommodante pour sortir de la pandémie en toute sécurité et "ramener durablement l'inflation à 2%", soit l'objectif à terme de l'institut, ajoutait-elle.

La réunion de septembre ayant décidé d'un ralentissement "modéré" du volume de rachats de dette, la discussion sur l'avenir de ce soutien monétaire sera menée en décembre.

Le PEPP, fort d'une enveloppe de 1.850 milliards d'euros, doit prendre fin à partir de mars 2022 et l'institution de Francfort se garde la possibilité de remettre la vapeur si les conditions de marché l'exigent.


APS/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le concours "Jeunes Reporters Francophones 2021" couronné de succès

Hô Chi Minh-Ville promeut ses atouts touristiques sur les plateformes en ligne Le 17e Festival du tourisme de Hô Chi Minh-Ville se déroule du 4 au 25 décembre avec de nombreuses activités organisées à la fois en présentiel et en ligne.