13/06/2014 15:52
Sans surprise, la Banque du Japon a maintenu le 13 juin en l'état sa politique d'assouplissement monétaire qui vise à relancer l'économie nationale, braquant tous les regards sur le gouvernement Abe qui doit annoncer des réformes structurelles.

À l'issue d'une réunion de deux jours, son comité de politique monétaire a décidé à l'unanimité de continuer à augmenter la masse monétaire au Japon de 60.000 à 70.000 milliards de yens en rythme annuel (430 à 500 milliards d'euros), en achetant notamment davantage d'obligations d'État sur le marché secondaire.

 
Le gouverneur de la Banque du Japon, Haruhiko Kuroda. Photo : AFP/VNA/CVN


Lors de sa réunion précédente il y a trois semaines, la BoJ avait adopté un ton optimiste laissant entendre qu'il ne fallait pas attendre de sa part de geste de soutien supplémentaire à l'économie. Son gouverneur, Haruhiko Kuroda, a même dernièrement pressé le gouvernement d'agir à son tour, comme celui-ci s'y est engagé, afin de doper le potentiel de croissance de la troisième puissance économique mondiale.

Comme la BoJ laisse entendre, à dessein, qu'il ne faut pas compter sur elle pour mettre encore plus d'argent dans les circuits pour l'instant, les regards se tournent naturellement vers le Premier ministre Shinzo Abe.

En revenant au pouvoir en décembre 2012, ce dernier avait promis de soutenir l'économie par la dépense budgétaire, ce qu'il a fait, et par une politique monétaire audacieuse, qu'il a inspirée en nommant M. Kuroda à la tête de la BoJ en mars 2013.

En inondant depuis les circuits de liquidités, l'objectif de la BoJ est de convaincre les Japonais que les prix vont augmenter pour les pousser à acheter avant que les tarifs ne s'élèvent, afin in fine de dynamiser l'activité - tout le contraire de la déflation à laquelle les autorités veulent mettre fin.

En 2013, la croissance a atteint 1,5% et le FMI prévoit qu'elle s'établira à 1,4% en 2014 puis 1,0% en 2015. M. Abe s'est toutefois aussi engagé à lancer des "réformes structurelles" destinées à doper à long terme le potentiel de croissance. C'est sur ce troisième axe, ou cette "troisième flèche" comme il l'appelle, qu'il est attendu au tournant par le marché, par des organisations internationales comme le FMI et désormais par la BoJ elle-même.

Le Premier ministre pourrait présenter les grandes lignes d'une série de réforme dès le 13 juin, notamment une baisse de l'impôt sur les sociétés réclamée à cor et à cris par le patronat depuis des années.

2% d'inflation visés

En attendant, quelques analystes commencent même à penser que la BoJ, qui dit voir sa politique "produire les effets voulus", n'assouplira plus du tout sa politique monétaire, et finira au contraire par la resserrer.

"Il est prématuré d'écarter tout nouvel assouplissement" à l'avenir, a toutefois estimé Marcel Thieliant, chercheur à Capital Economics qui souligne que l'inflation, tournant actuellement autour de 1,25%, n'atteindra pas d'ici la fin de l'année les 2% visés par la BoJ.

Dans l'immédiat, la banque centrale a répété qu'elle allait poursuivre sa politique d'assouplissement monétaire "autant que nécessaire pour parvenir à son objectif de progression des prix de 2% par an de façon durable", se disant simplement prête à des "ajustements" si nécessaire, sans autre précision.

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Indications géographiques: les aides de la France pour le Vietnam

Le Le tourisme humanitaire, aussi appelé "volontourisme", est une forme de voyage qui concilie mission humanitaire et tourisme. Il se développe au Vietnam, notamment dans les localités montagneuses du Nord.