29/02/2020 23:11
Merci "Pipa" ! Le premier triplé olympien de Dario Benedetto a permis à Marseille de gagner à Nîmes (3-2) et empêché le doute de s'instiller, vendredi 28 février en ouverture de la 27e journée de Ligue 1.
>>L1 : un PSG fébrile cavale en tête, l'OL de retour au bon moment
>>Ligue 1 : la foi inébranlable de l'OM, le doute grandissant de l'OL
>>Ligue 1 : le Paris SG force 4 dans la tempête

Petit lob de l'attaquant argentin de Marseille, Dario Benedetto, sur le gardien nîmois Paul Bernardoni, en Ligue 1, le 28 février. Photo : AFP/VNA/CVN

Le petit coup de froid de la défaite au Vélodrome contre Nantes (3-1) est digéré, l'OM a repris sa marche en avant et ses distances avec ses poursuivants : 11 points sur Rennes (3e), qui joue à Toulouse samedi 29 février, et 12 sur Lille (4e), attendu à Nantes.

Avec cette sixième victoire sur leurs huit derniers déplacements, les Marseillais laissent les "Crocodiles" dans leur position de barragistes.

Les Nîmois avaient effectué une belle remontée grâce à quatre victoires de rang, mais ils viennent de s'incliner deux fois, à Rennes (2-1), et vendredi soir 28 février, où ils ont pourtant ouvert le score par Zinédine Ferhat (5).

Les Nîmois n'y ont cru que les dernières secondes, après la réduction du score de Lucas Deaux de la tête, une action sur laquelle Steve Mandanda a réclamé une faute du buteur, et a récolté un avertissement (90+2).

Mais Marseille était un ton au-dessus et a contrôlé le match dans l'ensemble. Un peu brouillon quand même, avec quelques erreurs dans la circulation de balle, mais au-dessus, à l'image du sang-froid de Dario Benedetto (10, 36, 69), pour ses 9, 10 et 11e buts toutes compétitions confondues cette saison.

Le lob de Benedetto 

L'idée la plus notable a été de voir Morgan Sanson en position de N°10 dans un système en 4-2-3-1, variation du 4-3-3 habituel d'André Villas-Boas.

L'attaquant argentin de Marseille, Dario Benedetto (gauche), félicité par ses partenaires après un but lors du match de Ligue 1 à Nîmes, le 28 février.
Photo : AFP/VNA/CVN

Valentin Rongier et Boubacar Kamara ont assuré un milieu récupérateur à deux tête, laissant l'ex-Montpelliérain utiliser sa "caisse" physique et sa technique pour animer le jeu.

Le temps que tout cela se mette en place, Nîmes a couru cinq minutes en tête.

La défense marseillaise était à la peine contre Nantes ? Elle s'est inclinée sur la première occasion nîmoise. Ferhat a servi dans la surface Nolan Roux, dont la frappe immédiate a été détournée par Steve Mandanda, mais vers le numéro 10 gardois, qui avait suivi.

Dario Benedetto était introuvable contre Nantes ? Il a surgi au second poteau pour reprendre un centre plongeant de Bouna Sarr, décalé par Morgan Sanson.

L'Argentin a aussi exécuté un délicieux petit lob sur Paul Bernardoni pour donner l'avantage à l'OM. "Pipa" arrivait seul, lancé par Dimitri Payet, qui avait profité d'un ballon conquis de la tête par Boubacar Kamara.

Enfin il a bénéficié d'un contre du dos de Duje Caleta-Car lui offrant le ballon du coup du chapeau.

Pipa Benedetto avait déjà réussi un doublé à Monaco (4-3). Décidément il marque surtout à l'extérieur, le Vélodrome n'a vu que deux de ses onze buts, contre Saint-Étienne (1-0) et Nîmes (3-1), déjà.

Sinon, on a vu tous les ingrédients d'un match de l'OM cette saison : un arrêt génial de Mandanda, sur une reprise de Loïck Landre (62) et la classique occasion manquée de Valentin Rongier, par ailleurs très bon, d'ouvrir son compteur. Cette fois c'est la main ferme de Bernardoni qui s'est interposée (67).

Mandanda s'est fait peur sur une frappe vicieuse de Ferhat qu'il a détournée sur son poteau puis qui a léché la ligne de but, mais les arbitres ont signalé un hors-jeu de position (82).
 
AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Banh cuôn au fruit de dragon – un plat irrésistible à déguster

Le Vietnam sera le premier candidat à la Lorsque les pays lèveront la fermeture de leurs frontières, le Vietnam sera le premier candidat à la "bulle touristique" internationale grâce à son succès dans le contrôle de l’épidémie.