11/11/2019 11:06
Les hauts plateaux du Centre passent pour être l’une des grandes régions pluriethniques du Vietnam. À elle seule, la province de Kon Tum abrite 28 ethnies différentes, qui toutes ont une culture traditionnelle bien marquée. Depuis plusieurs années maintenant, les autorités locales s’emploient à préserver cette richesse inédite.
>>Le patrimoine culturel de Kon Tum à l'honneur à Hanoï
>>Contemplez le patrimoine de Kon Tum au cœur de Hanoï
>>Diverses activités à la Semaine du tourisme de Kon Tum

Un cours de danse "xoang" dans une école sur les hauts plateaux du Centre.
Photo : BVH/CVN

Toute une série de mesures ont été prises au niveau provincial pour préserver les patrimoines culturels locaux : des dossiers scientifiques ont été établis, l’espace culturel des gongs fait l’objet d’un travail de mise en valeur, de même que l’artisanat traditionnel ou les fêtes folkloriques…

"Nous organisons souvent des échanges culturels pour présenter au public les traits culturels originaux des ethnies de notre province", explique Phan Van Hoàng, chef adjoint du Service de la culture, des sports et du tourisme de la province de Kon Tum.

Pour l’heure, force est de constater que les gongs et les danses traditionnelles xoang sont les principaux bénéficiaires de cet effort de préservation. Il faut dire que même la jeune génération est impliquée puisque, deux fois par semaine, les écoliers et les collégiens de la ville de Kon Tum reçoivent une initiation à ces deux formes d’art. 

A Thoi, qui est un élève à l’école primaire Triêu Thi Trinh, semble apprécier… "J’adore apprendre à jouer du gong, confie-t-il. Comme je suis Bahnar, je trouve que c’est très important pour moi ! Et puis, ce qui est bien, c’est que mes grands-parents, aussi, peuvent m’aider".

Un cours de gongs. Photo : BVH/CVN

Ces cours de gongs auxquels fait référence le petit A Thoi ont lieu le mardi et le jeudi, en guise d’activité extrascolaire. Pour Hoàng Van Ba, qui est le directeur de l’école primaire Triêu Thi Trinh, c’est une manière de donner une dimension communautaire à son école.  

"L’apprentissage du gong renforce le lien entre l’école et la communauté. Les parents soutiennent cette initiative qui contribue à inculquer les valeurs traditionnelles aux jeunes générations", observe-t-il.  

Des festivals de gong sont organisés tous les deux ans, ce qui permet de créer un espace d’échange… Chaque festival réunit en général une vingtaine d’équipes, soit plus de 1.200  participants. Kon Tum dispose actuellement d’un trésor de 400 troupes de sonneurs de gongs et de quelque 1.900 gongs.

"Nous voudrions faire de sorte que les minorités ethniques vivant dans les régions lointaines prennent pleinement conscience de la valeur de leur culture traditionnelle et que ce faisant, ils soient les premiers à vouloir la préserver et la mettre en valeur", dit Phan Van Hoàng. 

La résonance du gong a ceci de particulier qu’elle rayonne… Pareil pour les efforts de préservation culturelle entrepris à Kon Tum: gageons qu’ils devraient rapidement se propager aux autres provinces des hauts plateaux…

VOV/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le Musée de la campagne – un voyage dans la campagne d’autrefois

Le 2e Sommet du tourisme du Vietnam 2019 à Hanoï Le 2e Sommet du tourisme du Vietnam 2019 a eu lieu lundi matin 9 décembre à Hanoï avec quatre sessions de débat pour discuter des goulots d'étranglement du tourisme au Vietnam.