15/10/2021 18:16
La question du développement est étroitement liée à celle de la formation, et donc de la scolarisation. Dans certaines localités démunies, elle revêt, cette question, une dimension particulière. C’est par exemple le cas à Dak Pxi, l’une des communes les plus pauvres de la province de Kon Tum (hauts plateaux du Centre), dont l’école primaire s’efforce de tirer les enfants vers le haut, en dépit d’une précarité patente…
>>Vingt-quatre localités passent à la formation en ligne et via la télévision
>>Le calendrier de retour à l'école des élèves des 63 villes et provinces
>>Des dirigeants à la rentrée scolaire dans des provinces

Tous les élèves ont leurs propres uniformes pour aller à l’école.
Photo : VOV/CVN

Après avoir été fermée pendant quelques mois par mesure de prévention contre l’épidémie de COVID-19, l’école Nguyên Van Cu a finalement pu rouvrir pour accueillir les 275 élèves qui en constituent l’effectif pour cette année scolaire 2021-2022. Beaucoup d’entre eux n’ont ni chaussures, ni livres, ni cahiers : un véritable crève-cœur, pour Nguyên Trung Dung, qui est le directeur de l’école. 

"Il fallait vraiment faire quelque chose pour tous ces enfants défavorisés, d’où ce programme d’aide qui a été mis en place et qu’on a appelé +Aller à l’école dans la joie+", dit ce dernier.

Et il est bien connu qu’on ne va pas à l’école dans la joie si on n’est pas correctement vêtu…

Pour ce premier jour d’école in situ, une jolie surprise attend les enfants : l’une des salles de classe a été, pour l’occasion, transformée en friperie. Beaucoup d’élèves vont pouvoir ainsi être habillés des pieds à la tête, et délaisser les haillons qui leur tiennent habituellement lieu de vêtements. Bien évidemment, ils sont fous de joie…  

"Regarde la chemise et le pantalon que m’a donné la maîtresse! Je les adore!", s’exclame Y Trâm, qui est en première année.

"Et cette chemise blanche! Elle est trop belle!", renchérit A Tiên, qui est quant à lui en troisième année.

Il a fallu laver des vêtements, les repasser, et dans bien des cas, les repriser.
Photo : VOV/CVN

La maîtresse en question est une certaine Nguyên Thi Thu Huong, qui est tout à son bonheur de voir ses enfants heureux et comblés par ces vêtements, qui n’ont pourtant rien de luxueux, loin s’en faut…

"Ce sont vraiment des vêtements de seconde main, qui nous ont été donnés. Il a fallu les laver, les repasser, et dans bien des cas, les repriser… On n’aurait quand même voulu leur donner des habits en mauvais état", explique-t-elle.

L’école a également constitué une bibliothèque pour donner aux élèves le goût de la lecture et distribuer des manuels scolaires aux plus démunis d’entre eux. Pour U Ly, le vice-président du comité populaire de la commune de Dak Pxi, toutes ces initiatives mériteraient bien de… faire école!

"Ce sont des choses simples, mais extrêmement utiles, pour des enfants défavorisés. Plus d’un établissement pourrait s’en inspirer…", fait-il remarquer.  

Le fait est que, pour l’instant, l’école Nguyên Van Cu affiche un faible taux d’absentéisme, beaucoup plus faible, en tout cas, que dans bien d’autres établissements de la province de Kon Tum. Pourquoi ? Parce que pour chacun de ses élèves, aller à l’école est vraiment une joie.

VOV/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Les œuvres en galets uniques d’une jeune Hanoïenne

Le Vietnam et le Cambodge coopèrent pour la reprise du tourisme international Le directeur général adjoint de l'Administration nationale du tourisme, Hà Van Siêu, a exprimé sa conviction que l'industrie touristique vietnamienne et cambodgienne surmonterait bientôt les difficultés causées par la pandémie et rétablirait rapidement les activités touristiques nationales et internationales.