13/05/2018 00:01
En période de saison sèche dans le Sud, les températures sont très élevées et les phénomènes de sécheresse sont nombreux dans certaines régions, augmentant par la même les risques d'incendie. Kiên Giang n'échappe pas à cette situation et demeure une province vulnérable à ces problématiques.

Les feux de forêt sont catastrophiques pour la région. 


Face à cette menace potentielle, la province de Kiên Giang tente d’apporter des réponses en mettant en place de nombreuses mesures pour la protection, la prévention des incendies et risques d’incendie, ainsi que la limitation des dommages sur les ressources forestières.
 
Le Parc national U Minh Thuong, de 21.107 ha dont 8.000 ha fomant la zone centrale (soit plus de 13.000 ha pour la zone tampon), est considéré comme le "poumon vert" de Kiên Giang et plus généralement du delta du Mékong. Chaque année, en saison sèche, les risques d'incendie touchent une zone de plus de 1.000 ha.
 
Le parc est en fait une zone tourbeuse, entourée par une digue de 60 km composée de plantes ininflammables formant un pare-feu. Par conséquent, l’aménagement régulier des espaces naturels contre les incendies est très minutieux. Cela permet d’intervenir à temps en cas d’incendies de forêt.
 
Nguyên Van Co, 
chef adjoint du Service de garde forestière du Parc national U Minh Thuong, précise: "Mon unité a créé 19 itinéraires servant aux travaux et aux déplacements sans risque de départ de feu".
 

Des gardes forestiers évaluent les risques d’incendie en saison sèche.


Priorité à la prévention des incendies
 
La forêt U Minh fait partie des 86.450 ha de couvert forestier protégé par Kiên Giang, soit 13,6% de la superficie totale de la province. Face à une telle ampleur, les services de prévention des incendies regroupent de nombreuses unités quadrillant le secteur selon le crédo "Quatre forces disponibles de secours sur place".

Quach Kim Tùng, directeur de l’entreprise forestière 422, district de Hon Dât, province Kiên Giang, a déclaré: "La coopération entre les propriétaires forestiers autorisés et l’autorité de gestion forestière, ainsi qu'entre les autorités locales et les paysans résidant autour la forêt est étroite et régulière pour limiter au maximum les incendies de forêt. À noter que les points à risque élevé sont surveillés 24h/24 par les unités officielles".
 
La province de Kiên Giang a également investi 10 milliards de dôngs pour s’équiper en dispositifs de prévention et de lutte contre l’incendie: camions citernes, pompes à eau, dispositifs de mesure de niveau des eaux...
 
De plus, les gardes-forestiers empêchent également toutes activités liées à la chasse dans la forêt ou à la collecte du bois et/ou du miel..., celles-ci étant des activités à risque.
 
Les autres menaces pour la forêt proviennent des feux de champs dans les zones tampons avec la forêt. Bùi Thanh Liêm, chef du Service de garde forestière du district de Hon Dât, explique : "Pour cette saison sèche, nous renforçons notre surveillance aux abords de la forêt pour limiter tous les délits de circulation illégale afin de ne pas provoquer d’incendies de forêt, surtout dans les zones-refuges spéciales. Si certains agriculteurs veulent faire brûler des déchets ou autres à proximité de la forêt, ils doivent nous le signaler et surtout avoir été autorisés à le faire".
 

La forêt de Kiên Giang est dotée d’une flore diverse et riche pour l’écotourisme mais aussi pour le développement de la production. Elle est un atout dans la lutte contre les changements climatiques. Ainsi, la prévention des incendies est prioritaire pour les autorités et les résidents. 


Texte et photos : Quang Châu/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Indications géographiques: les aides de la France pour le Vietnam

Le Le tourisme humanitaire, aussi appelé "volontourisme", est une forme de voyage qui concilie mission humanitaire et tourisme. Il se développe au Vietnam, notamment dans les localités montagneuses du Nord.