28/10/2017 16:27
La confusion la plus totale régnait samedi 28 octobre au Kenya, deux jours après une présidentielle marquée par une participation en berne et des violences dans les bastions de l'opposition qui ont conduit par deux fois au report des opérations de vote dans l'Ouest du pays.
>>Kenya : ouverture des bureaux de vote de la présidentielle boycottée par l'opposition
>>Le Kenya prévoit des mesures pour augmenter les revenus des producteurs de café
>>Kenya : 3244 cas de choléra et une soixantaine de décès


Une femme vote dans un bureau de Kajiado, au Kenya, le 26 octobre 2017.
Photo : AFP/VNA/CVN

Depuis jeudi 26 octobre et la nouvelle présidentielle organisée après l'invalidation par la justice de la réélection du président sortant Uhuru Kenyatta en août, le pays a les yeux rivés sur les chaînes d'information qui alternent les directs sur les violences et sur les opérations de dépouillement de la Commission électorale (IEBC).

Selon des sources policières et médicales contactées par l'AFP, huit personnes ont été tuées par balles depuis jeudi 26 octobre, portant à au moins 48 le nombre de morts depuis l'élection invalidée du 8 août, victimes des armes de la police pour la plupart.

Le pays traverse sa crise politique la plus grave depuis les violences politico-ethniques meurtrières qui avaient accompagné la présidentielle de 2007 (1.100 morts, 600.000 déplacés).

Vendredi 27 octobre , invoquant notamment la sécurité de son personnel, et alors que la tension montait dans l'Ouest, le président de l'IEBC, Wafula Chebukati, a annoncé un nouveau report des opérations de vote dans quatre comtés (Homa Bay, Kisumu, Migori et Siaya) sur les 47 que compte le pays.

"Ce n'est pas vraiment une victoire, c'était simplement la bonne chose à faire", a estimé pour l'AFP Wilson Ochyeng, un habitant de Kisumu (ouest), troisième ville du pays. "Cela a permis d'éviter un massacre", a-t-il ajouté.

Les Kikuyus visés

Au total, 3.635 des 40.883 bureaux de vote du pays n'ont pas ouvert leurs portes jeudi -représentant 9% du corps électoral-, essentiellement pour des raisons de sécurité, selon l'IEBC.

Vendredi 27 octobre, pour la deuxième journée consécutive, des partisans du leader de l'opposition, Raila Odinga, sont sortis dans les rues et se sont confrontés à la police à Migori, Bungoma ou Kisumu, dans l'ouest du pays. Dans le bidonville de Kawangware à Nairobi, des groupes de jeunes ont incendié plusieurs échoppes de commerçants kikuyu, l'ethnie de M. Kenyatta, majoritaire dans le pays.

Outre les violences, le scrutin a été marqué par une faible participation, estimée en l'état à 35%. Si confirmé, ce taux serait de loin le plus bas depuis les premières élections multipartites dans le pays en 1992.

Le résultat du scrutin ne fait aucun doute: Uhuru Kenyatta, 56 ans, devrait être déclaré vainqueur sur un score dépassant les 90%, sauf nouveau rebondissement. Mais la faible participation et le boycottage de l'opposition animent déjà les débats dans la presse sur sa légitimité et sur la validité de l'élection, susceptible d'être contestée devant la Cour suprême.

Le scrutin de jeudi avait été organisé après un coup de théâtre et une première en Afrique: l'annulation le 1er septembre par la justice de l'élection du 8 août, à l'issue de laquelle M. Kenyatta avait été proclamé vainqueur avec 54,27% des voix, contre 44,74% à M. Odinga.

Nouvelle élection d'ici 90 jours ?

Manifestation contre les violences en marge de l'élection.
Photo : AFP/VNA/CVN

La Cour suprême avait justifié cette décision par des irrégularités dans la transmission des résultats, faisant peser la responsabilité de ce scrutin "ni transparent, ni vérifiable" sur la Commission électorale.

M. Odinga, 72 ans et trois fois candidat malheureux à la présidence (1997, 2007, 2013), avait fait pression pour obtenir une réforme de cette Commission, mais l'opposition a jugé insuffisants les changements récemment mis en œuvre.

M. Odinga a réitéré vendredi 27 octobre son appel à une campagne de désobéissance civile, afin, a-t-il dit, de contraindre le pouvoir en place à accepter l'organisation d'une nouvelle élection dans les 90 jours. Selon l'opposition, ce délai permettrait de mener à bien les réformes nécessaires à la tenue d'un scrutin transparent.

La crise a une nouvelle fois mis en relief les frustrations et le sentiment de marginalisation d'une partie de la société kényane, notamment l'ethnie luo de M. Odinga. Depuis l'indépendance du Kenya, en 1963, trois présidents sur quatre sont issus de l'ethnie kikuyu, qui domine également l'économie du pays.

Elle a tendu un peu plus des tensions interethniques ravivées, comme à chaque période électorale, par le personnel politique, pour des visées électoralistes.

Et elle affecte déjà durement l'économie la plus dynamique d'Afrique de l'Est, en premier lieu le pouvoir d'achat des catégories les plus modestes.
 
AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Vietnam - France: une coopération chaque jour plus florissante

Chine: promouvoir le tourisme vietnamien à Taïwan Selon l'Administration nationale du tourisme du Vietnam, un programme de promotion du tourisme du Vietnam dans les villes de Kaohsiung et de Taipei de Taïwan (Chine) aura lieu du 24 au 27 juillet.