31/10/2017 09:25
Le président kényan Uhuru Kenyatta a remporté l'élection présidentielle du 26 octobre avec un score à la soviétique (98,26% des voix) à l'issue d'une élection boycottée par l'opposition et dont le pays sort plus que jamais divisé.
>>Kenya : la crise politique empire après une présidentielle tronquée

Le président kényan Uhuru Kenyatta réélu à Nairobi, le 30 octobre.
Photo : AFP/VNA/CVN

Âgé de 56 ans, M. Kenyatta, héritier du père fondateur de la nation et représentant des élites du pays, a estimé que sa nouvelle victoire venait confirmer celle du 8 août, finalement annulée en justice, une première sur le continent.

"Ce n'est rien de plus qu'une nouvelle confirmation de (la) volonté" des électeurs, a déclaré M. Kenyatta, lors de son discours à la nation.

Le président de la Commission électorale (IEBC), Wafula Chebukati, a annoncé que M. Kenyatta avait recueilli 7,483 millions de voix, soit 98,26%, contre 73.228 à M. Odinga, qui a réuni sur son nom 0,96% des votes, signe que son appel au boycott a été largement respecté par ses partisans.

M. Chebukati a ajouté que selon lui, le scrutin avait été "libre, juste et crédible".

La participation s'élève à 38,8% de l'ensemble des électeurs inscrits, un taux en très forte baisse par rapport au scrutin du 8 août (79%) et le plus faible enregistré depuis le retour du multipartisme en 1992.

Dans son discours, M. Kenyatta est revenu longuement sur le scrutin du 8 août, qu'il avait remporté avec plus de 54% des voix, mais que la Cour suprême avait invalidé après avoir relevé des irrégularités dans le processus de transmission des résultats.

Sur ce point, M. Kenyatta a admis que sa victoire "serait probablement encore une fois soumise au test constitutionnel via (les) tribunaux", mais a affirmé qu'il s'y soumettrait "quels qu'en soient ses résultats".
 
AFP/VNA/CVN


 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Vietnam - France: une coopération chaque jour plus florissante