23/01/2021 23:22
Le 25 janvier se tiendra à Évry, au sud de Paris, le procès intenté par l’ancienne journaliste et militante française d’origine vietnamienne Trân Tô Nga contre 26 firmes chimiques ayant produit ou commercialisé l’agent orange pendant la guerre du Vietnam.
>>Les victimes de l’agent orange ne sont jamais oubliées
>>Le tribunal français ouvrira le procès de Trân Tô Nga le 12 octobre
>>Soutenez le combat de Trân Tô Nga !

Trân Tô Nga (centre) lors d’une conférence de presse organisée le 21 janvier.
Photo : Huynh Diêp/CVN

Ce procès est largement couvert par les agences de presse françaises et internationales. Lors d’une conférence de presse organisée le 21 janvier dernier, Trân Tô Nga a souligné que ce procès devait être la "dernière bataille de sa vie" et qu’elle était largement soutenue par les politiciens, les avocats, les organisations et le public.

Marie Toussaint, co-fondatrice de Notre Affaire à Tous, également députée d’Europe Écologie-Les Verts, un parti politique écologiste français, a mis l’accent sur la justice sans conteste de ce combat. "Son procès est un procès contre l’écocide, un procès contre les grandes firmes multinationales qui détruisent la planète et empoisonnent les populations… C’est un combat pour la justice et pour l’histoire, un procès pour savoir si la vie des humains et de la nature est supérieure ou non aux profits des multinationales qui agissent sur le territoire de notre planète, un procès pour dire quelles sont nos valeurs... Si elle gagne, ce sera un signe d’espoir pour les générations futures, un signe d’espoir pour tous les victimes actuelles et futures des guerres, notamment des guerres chimiques, un espoir pour les victimes des pesticides et évidemment des écocides. La légitimité de ce combat est de plus en plus reconnue au niveau international".

Trân Tô Nga a consacré des années de sa vie à mener cette action en justice, une action qui pourrait être couronnée de succès.

Pendant la guerre du Vietnam, entre 1961 et 1971, l'armée américaine a largué sur le Vietnam environ 80 millions de litres d’herbicides toxiques à forte teneur en dioxine, l’un des produits toxiques les plus puissants, sur le Vietnam pour détruire la végétation qui couvrait la progression des soldats vietnamiens et les priver de leurs sources de nourriture.

Plus de 4,8 millions de Vietnamiens ont été exposés à la dioxine. Elle a engendré la mort de milliers de personnes tandis que des dizaines de milliers de patients souffrent d’atteintes sévères dues à l’exposition à ce composé.

Depuis plusieurs années, le Vietnam et les États-Unis opèrent ensemble à la désinfection des régions touchées par l’agent orange et notamment les aéroports de Dà Nang et Biên Hoà. Washington a annoncé une aide de 65 millions d'USD pour venir en aide aux victimes de l’agent orange. 
VOV/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Hà Nam préserve et promeut l’art traditionnel

Le Village culturel et touristique des ethnies du Vietnam, une destination prisée Le Village culturel et touristique des ethnies du Vietnam est une des destinations appréciée en campagne périurbaine de Hanoï. Ce village est tout comme un musée à ciel ouvert et présente les caractéristiques culturelles typiques des 54 groupes ethniques du pays.