22/09/2021 16:24
Le président américain Joe Biden a déclaré mardi 21 septembre dans un discours aux Nations unies que les États-Unis, après avoir mis fin à deux décennies de guerre en Afghanistan, allaient ouvrir un nouveau chapitre dans l'histoire de leur diplomatie.
>>Biden devrait annoncer de "bonnes nouvelles" à l'ONU
>>Biden embarque l'Australie et le Royaume-Uni dans une nouvelle alliance stratégique

Le président américain Joe Biden devant l'Assemblée générale des Nations unies, le 21 septembre à New York.
Photo : Xinhua/VNA/CVN

"Nous avons mis fin à 20 ans de conflit en Afghanistan. En clôturant cette ère de guerre implacable, nous ouvrons également une nouvelle ère de diplomatie implacable", a affirmé le président Joe Biden dans son premier discours devant l'Assemblée générale des Nations unies.

Sur ordre de M. Biden, l'armée américaine a achevé son retrait d'Afghanistan à la fin du mois d'août, mettant ainsi fin à la plus longue guerre de l'histoire américaine.

Le président a souligné que la puissance militaire américaine "devait être un outil de dernier recours, pas de premier recours", et ne devait pas être utilisée comme réponse à tous les problèmes mondiaux.

Il a également déclaré que les États-Unis "participeraient vigoureusement à la compétition" avec les autres grandes puissances, tout en soulignant qu'ils "ne cherchaient pas une nouvelle guerre froide ou un monde divisé en blocs rigides".

"Les États-Unis sont prêts à travailler avec toute nation qui s'engagerait à chercher des solutions pacifiques aux défis communs, même si nous avons d'intenses désaccords dans d'autres domaines", a-t-il ajouté.

M. Biden a indiqué que Washington continueraient à discuter diplomatiquement avec Téhéran pour parvenir à un retour mutuel à l'accord sur le nucléaire iranien. Les États-Unis appliqueront également "une diplomatie sérieuse et continue" pour obtenir la dénucléarisation complète de la péninsule coréenne, a-t-il dit.

Il a également réaffirmé la détermination des États-Unis à garantir la sécurité d'Israël et à défendre une solution à deux États au conflit israélo-palestinien.

Les débuts de M. Biden à l'Assemblée générale des Nations unies surviennent après plusieurs décisions controversées en matière de politique étrangère, caractérisées notamment par un manque de consultations avec les alliés des États-Unis - notamment au sujet du retrait chaotique des troupes américaines d'Afghanistan - et une crise diplomatique avec la France au sujet d'un accord de vente de sous-marins à l'Australie.

Dans le cadre d'un nouveau partenariat de sécurité conclu entre l'Australie, le Royaume-Uni et les États-Unis, connu sous le nom d'AUKUS, l'Australie a en effet annoncé qu'elle construirait des sous-marins à propulsion nucléaire au moyen de technologies américaines et britanniques, annulant un accord signé en 2016 avec la France pour la vente de douze sous-marins conventionnels à propulsion diesel-électrique.

Indignée par cette décision brutale, la France a rappelé vendredi 17 septembre ses ambassadeurs aux États-Unis et en Australie pour consultations.

Xinhua/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Bac Hà, une destination au fort potentiel

Hô Chi Minh-Ville redémarre ses circuits fluviaux Les trajets fluviaux sur la rivière Saigon ont repris depuis quelques jours, permettant aux citadins de s’aérer l’esprit à la réserve de Cân Gio. Plusieurs autres itinéraires s’ouvriront dans les prochaines semaines.