30/07/2021 12:28
En l'absence de la superstar de la gymnastique Simone Biles, forfait pour le concours général de gymnastique des Jeux olympiques de Tokyo, sa compatriote Sunisa Lee lui a succédé jeudi 29 juillet et perpétué la domination américaine dans l'épreuve qui dure depuis 2004 sans interruption.
>>Gymnastique : Hashimoto, la relève en or du Japon
>>JO-2020 : "La pression est un privilège" du sport de haut niveau, juge Djokovic

La gymnaste américaine Sunisa Lee exécute son programme à la poutre lors de l'épreuve du concours général individuel, le 29 juillet aux JO de Tokyo.
Photo : AFP/VNA/CVN

Après son retrait en pleine compétition mardi soir 27 juillet, autre image un peu surréaliste jeudi 29 juillet dans l'Ariake Gymnastics Center de Tokyo : Simone Biles était en tribunes pour encourager ses deux compatriotes Sunisa Lee et Jade Carey qui l'a remplacée.

À 18 ans et dès ses premiers JO, Lee n'a pas craqué sous la pression et a répondu présent : elle a devancé avec 57,433 points la Brésilienne Rebeca Andrade (57,298 points) et la Russe Angelina Melnikova (57,199 points).

Avant elle, Carly Patterson, en 2004, Nastia Liukin, en 2008, Gabrielle Douglas, en 2012, et Biles en 2016, ont remporté ce qui est considéré comme le titre le plus prestigieux de la gymnastique.

En juin, lors des sélections US pour les JO, Lee était passée devant Simone Biles à l'un des concours, un fait rare tant toutes les compétitrices, aussi bien américaines que mondiales, n’escomptent souvent qu'une place de deuxième lorsqu'elles sont opposées à la quadruple champion olympique.

"Je suis très fière", a lancé Sunisa Lee, qui a confirmé qu'elle n'avait "jamais imaginé gagner une médaille d'or" et indiqué qu'il y avait "beaucoup de pression sur elle".

Interrogée sur le message qu'elle pouvait faire passer à la communauté Hmong à laquelle elle appartient, elle a lancé "vous pouvez réaliser vos rêves, vous ne savez pas ce qui peut arriver à la fin, n'abandonnez pas".

La Française Mélanie De Jesus Dos Santos a fini 11e, alors qu'elle avait terminé 8e en qualifications. Elle s'est montrée en deçà de son niveau à la poutre alors qu'elle a été sacrée championne d'Europe au printemps dernier. De même au sol, où elle a remporté l'or européen en 2018 et 2019.

La deuxième Française en lice, Carolann Héduit, 17 ans, s'est glissée juste derrière elle à la 12e place.

La gymnaste américaine Simone Biles encourage ses coéquipières lors de la finale du concours général, le 29 juillet aux JO de Tokyo 2020.
Photo : AFP/VNA/CVN


Simone Biles, cinq médailles à Rio, a stoppé sa compétition mardi soir 27 juillet après un saut raté. Elle a expliqué avoir besoin de préserver sa santé mentale et son bien-être, et aussi être victime de pertes de repères dans l'espace.

Elle n'a pas encore fait savoir si elle allait participer aux quatre finales pour lesquelles elle s'est qualifiée (saut, poutre, sol, barres asymétriques) et qui débutent dimanche 1er août.

La fédération américaine de gymnastique avait indiqué mercredi 28 juillet qu'elle allait subir une évaluation médicale quotidienne.

Assise en tribune avec d'autres filles de l'équipe, elle est restée encourager ses compatriotes jusqu'au bout mais aussi les autres concurrentes, applaudissant l'exercice au sol d'Angelina Melnikova et de Rebeca Andrade.

Interrogée pour savoir si elle avait entendu Simone Biles l'encourager, Menilkova a répondu : "bien sûr que je l'ai entendue et j'étais contente car je l'admire", a-t-elle dit, lui souhaitant qu'elle "aille mieux".

Comme dans les finales par équipe, hommes et femmes, la victoire s'est encore dessinée au dernier moment lors de la dernière rotation.

L'Allemande Kim Bui avait, comme en qualification, revêtu une combinaison intégrale pour la compétition.

AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Des maquettes miniatures reflètent les spécificités de la culture vietnamienne

Quand le tourisme sauve l’identité culturelle Pour les Co Tu de Hoà Vang, un district montagneux rattaché à la ville de Dà Nang (Centre), Dinh Van Nhu est un pionnier. Il a en effet été le tout premier habitant de cette ethnie minoritaire à transformer sa demeure en maison d’hôtes, un modèle d’hébergement chez l’habitant particulièrement prisé des touristes.