22/10/2017 05:55
Les rues piétonnes du Vieux quartier de Hanoï sont devenues un lieu culturel incontournable des habitants de la capitale et des touristes. On peut s’y promener, y écouter de la musique et participer notamment à de nombreux jeux folkloriques d’antan.
>>Hanoï propose un nouveau circuit touristique
>>Les rues piétonnes de Hanoï se posent en label touristique

Les jeunes et les moins jeunes s’en donnent à cœur joie.
Photo : My Hanoi/CVN

Nombreux sont les jeux folkloriques vietnamiens organisés par My Hanoi, un club dont le but est de préserver et promouvoir les valeurs culturelles de la capitale et qui rassemble ses membres autour d’une seule thématique : l’amour de Hanoï. Ces activités sont organisées  tous les week-ends dans les rues piétonnes autour du lac Hoàn Kiêm (l’Épée restituée).

«Les jeux folkloriques ne sont pas simplement des activités divertissantes ou sportives, mais symbolisent un univers à part entière de la beauté culturelle et spirituelle du Vietnam», partage Ngô Quy Duc, responsable dudit club. «Nous souhaitons introduire le retour des jeux traditionnels dans l’espace public», souligne-t-il.

Le saut à la corde, la marelle, les échasses, le tir à la corde sont tout autant de jeux populaires vietnamiens qui sont assez difficiles de trouver dans les rues de nos jours. Cependant, il vous suffit de vous promener dans les rues piétonnes de la ville en fin de semaine pour avoir l’occasion de faire un retour dans le passé, pour revivre, ou découvrir, le temps d’un instant, ces moments d’antan que l’âge moderne s’est empressé de rendre désuets.

Les valeurs traditionnelles mises en avant

«Je jouais moi-même à ces jeux quand j’étais gamine, et maintenant je veux que mes enfants y jouent à leur tour… ! Surtout ici dans ces grands espaces ouverts. C’est une fenêtre dans le passé, pour leur permettre d’en savoir un peu plus sur notre culture traditionnelle», confie Xuân Huong, domiciliée dans l’arrondissement de Ba Dinh. 

Jouer à la marelle dans la rue. Photo : My Hanoi/CVN

En effet, les enfants sont plus qu’enthousiastes à l’idée de participer à ces jeux, qui pour la plupart sont plus anciens qu’ils ne le sont. Hông Loan, étudiante en 4e année à Hanoï, s’essaye gaiement au saut à la corde même si elle semble avoir du mal à suivre la cadence. «Je préfère ce jeu. C’est beaucoup plus facile que d’essayer de garder l’équilibre sur des échasses, croyez-moi !», s’exprime-t-elle avec enthousiasme. «J’apprécie vraiment ces jeux traditionnels et j’y participe dès que je peux».

Lê Viêt Anh, un membre de My Hanoi, précise : «Nous avons aménagé ces espaces traditionnels dès l’ouverture des rues piétonnes autour du lac Hoàn Kiêm. Nous souhaitons ressusciter l’ambiance du vieux Hanoï, ambiance qu’il est difficile aujourd’hui de trouver dans la vie de tous les jours. Nous espérons que les enfants auront ainsi l’opportunité de partager les mêmes souvenirs d’enfance que leurs parents et grands-parents». Selon lui, nombreuses sont les personnes qui s’intéressent à ces activités. Pour les adultes, c’est un moyen de retourner en enfance, et pour les plus jeunes, d’en savoir plus sur leur propre culture et celle des anciens.

My Hanoi se compose d’étudiants de la capitale. Ils partagent une passion commune pour la culture traditionnelle et veulent la préserver. «Ces jeux populaires font partie de mon enfance. Le fait de pouvoir y jouer de nos jours me permet de connaître ces jeux plus en profondeur, et plus particulièrement la culture et l’histoire de Hanoï», partage Mai Anh, responsable des médias sociaux du club.

Le saut à la corde est un des jeux traditionnels attirant de nombreuses personnes. Photo : Bùi Phuong/CVN

Des jeux qui rassemblent 

Minh Anh, une autre membre, semble également ravie de participer à ces activités : «Je suis très heureuse de faire partie de My Hanoi et de participer à ce programme de jeux traditionnels. Après une semaine chargée en cours et devoirs, j’ai enfin la chance de mettre de côté tout mon stress et de me détendre en participant et en aidant les gens à se divertir».

Cédric, une touriste française, a essayé deux jeux : une sorte de marelle avec de petits cailloux, et un jeu avec une balle et des bâtons. D’après elle, ces jeux populaires sont très intéressants et sont tellement différents de ceux qu’elle connaît en Europe. «Je suis très curieuse d’en apprendre un peu plus. Je me suis toujours intéressée aux traits culturels et traditionnels des pays que je visite. Le Vietnam ne fait pas exception, au contraire. Je pense que la mise en place de rues piétonnes pendant le week-end est une excellente initiative. Ces activités rassemblent les gens. Que ce soit en journée ou en soirée, tout le monde est heureux, on se réunit et on s’amuse. C’est tellement mieux pour Hanoï», estime-t-elle.

Non seulement les jeunes enfants peuvent accéder à la culture traditionnelle, mais les personnes âgées ont également la chance de faire un bond dans le passé pour se remémorer leurs souvenirs. Vu Minh, 75 ans, domicilié dans la rue Khâm Thiên, partage en regardant son petit-fils jouer à la marelle : «Je jouais moi-même à ce jeu quand j’étais petit, aujourd’hui j’ai la chance de montrer à mon petit-fils comment y jouer, c’est formidable». Il suggère même de développer cette activité, non seulement à Hanoï mais également dans d’autres localités. «Ce serait encore mieux ! Ça apprend aux jeunes à embrasser leur culture».

«Les jeux vidéo, les +Smartphones+ et les tablettes sont très populaires pour la plupart des jeunes de nos jours. Omniprésents, ils sont devenus nécessaires dans la vie quotidienne. Cependant, je pense que les valeurs culturelles, qui se perdent, sont plus importantes que les valeurs matérielles. D’autres membres du club My Hanoi et moi-même voulons conserver ces valeurs à travers le développement et la promotion de ces jeux dans les lieux publics afin qu’ils ne disparaissent pas», conclut Ngô Quy Duc avec un sourire confiant.

Thuy Hà/CVN

 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
L’agriculture bio, une tendance inéluctable au Vietnam

Temple Bông Lai, site du tourisme spirituel qui vaut le détour Situé au pied de la montagne Dâu Rông (Tête du Dragon) dans la zone 3, bourg de Cao Phong, district homonyme, province Hoà Binh, à environ 10 km au sud de la ville de Hoà Binh, le temple Bông Lai vénère Cô Dôi Thuong Ngàn - un disciple de la Déesse-Mère des Montagnes et des Forêts et les esprits des Quatre Mondes (Tứ Phủ) selon la croyance viêt.