14/12/2019 08:27
Les mélodies suaves du quan ho coulent dans ses veines. Elles sont comme l’air qu’elle respire. Pour l’artiste Nguyên Thi Thêm, cette musique folklorique est une passion qui se transmet de génération en génération.
>>La forte vitalité du chant alterné

L’artiste Nguyên Thi Thêm se passionne pour l’enseignement du "quan ho" aux jeunes générations de sa province. Photo : Diêp Truong/VNA/CVN

Nguyên Thi Thêm vit dans le village de Viêm Xá, commune de Hoà Long, province de Bac Ninh (Nord). Elle est la deuxième de sa génération à pratiquer le quan ho (chant alterné). Aujourd’hui, elle a la chance de voir ses petits-enfants vouer le même amour aux chants populaires de la région.

"Je suis née dans un village entièrement consacré à cette musique. Dès mon enfance, mon âme a été nourrie par les berceuses de +quan ho+ de mes parents et grands-parents lorsqu’ils m’emmenaient aux champs. Ils m’ont fait assister aux spectacles de chants pendant les pauses au travail. Au fil des ans, le +quan ho+ est devenu une partie intégrante de ma vie", confie-t-elle.

En route vers la soixantaine, Nguyên Thi Thêm continue d’inspirer bon nombre de personnes. Pour cette femme qui a une quarantaine d’années d’expérience dans sa carrière, sa plus grande fierté ne sont pas les prix décrochés lors de festivals professionnels, mais ses 20 ans d’enseignement du quan ho aux jeunes générations. "Ses mélodies coulent dans mes veines et sont comme l’air que je respire. Je les chanterai et les enseignerai aux jeunes jusqu’à mon dernier souffle", affirme-t-elle. 

Avec d’autres passionnés, la sexagénaire s’intéresse à l’ouverture de classes gratuites pour les enfants dans l’objectif "de leur transmettre ce trésor musical et de préserver ces valeurs traditionnelles dans la vie moderne". Les autorités provinciales de Bac Ninh ont décidé d’introduire, depuis 2011, le quan ho dans les cours de musique à l’école. Et Mme Thêm a été sollicitée comme intervenante dans cette discipline. De plus, elle est souvent invitée aux établissements de formation d’arts traditionnels locaux tels que le Centre culturel et sportif du district de Yên Phong, le Théâtre provincial de quan ho, l’École de la culture, des arts et du tourisme de Bac Ninh...

Et ce n’est pas fini ! L’artiste a aussi été invitée à donner des cours à l’Institut de la musique du Vietnam à Hanoï et à prendre en charge l’enseignement hebdomadaire du quan ho à la Radio nationale La Voix du Vietnam. En 2013, elle avait enseigné aux étudiants étrangers à chanter dans le cadre d’une mission de la chaîne VTV6 de la Télévision nationale à l’occasion du Têt.

Victoires de la musique traditionnelle

Cependant, le quan ho a connu des périodes difficiles. Voulant l’inscrire dans sa continuité, Nguyên Thi Thêm est l’une des rares à Bac Ninh qui organisent régulièrement des rencontres entre chanteurs dans les diffé-rents villages pour échanger leurs expériences et perfectionner leurs techniques. Elle cherche à animer des clubs où les membres viendraient pratiquer chaque soir. Les artistes de la région se focalisent également sur les anciennes mélodies pour qu’elles ne tombent pas dans l’oubli. Et c’est grâce à leur dévouement que le quan ho est toujours pratiqué.

Mme Thêm est invitée à donner des cours de "quan ho" aux élèves des écoles de sa province de Bac Ninh. Photo : Diêp Truong/VNA/CVN

Mme Thêm se produit régulièrement dans le pays et à l’étranger. En 2009, avec des artistes de Bac Ninh, elle a été invitée au programme "Échange de musique traditionnelle entre le Vietnam et la Suède". Un an plus tard, elle a interprété des airs à une conférence internationale co-organisée par le Conseil international de la musique traditionnelle (CIMT) et l’Institut de la musique du Vietnam. En 2012, l’artiste a interprété en France avec les membres du Théâtre de quan ho de Bac Ninh.

Reconnaissant sa contribution à la préservation et à la valorisation de cette musique, le ministère de la Culture, des Sports et du Tourisme lui a remis deux récompenses. La première pour avoir contribué au succès du programme "Échange de musique traditionnelle entre le Vietnam et la Suède", et la seconde, dans sa contribution à l’élaboration du dossier du quan ho soumis à l’UNESCO en 2009.

Le Comité populaire de Bac Ninh l’a honorée du titre d’Artiste émérite du quan ho. En octobre dernier, Nguyên Thi Thêm a figuré parmi les citoyens exemplaires de Bac Ninh à recevoir une récompense du Comité populaire provincial.

Linh Thao/CVN
 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
“Mémoires de Hôi An”, retour sur les origines

Nouvel An lunaire : les premiers visiteurs étrangers à Quang Ninh Les premiers visiteurs étrangers du Tet du Rat 2020 sont arrivés le 25 janvier dans la ville de Ha Long, dans la province de Quang Ninh (Nord-Est).