05/08/2018 10:00
Dans le cadre du 58e Festival international "Jazz à Juan" qui s'est déroulé du 12 au 22 juillet à Juan-les-Pins, les cigales de la célèbre pinède GOULD ont dû partager leurs arpèges avec les 23 artistes et leurs musiciens qui les ont accompagnés.
>>Le festival Django-Reinhardt fête ses 50 ans
>>Vintage Jazz et le concert de retour au jazz classique français
>>Du jazz de Nice à Juan-les-Pins

La concurrence a été rude entre les habitantes des pins parasols dont les mélopées furent opposées à celles d’artistes de renommée internationale comme André Manoukian, pianiste arrangeur, compositeur, qui donne un cours d’histoire musicale avant chaque interprétation; Biréli Lagrene, guitariste de jazz manouche qui, pour une fois, était accompagné d’un big band très "cuivré".

Le bassiste Marcus Miller et la chanteuse Selah Sue ont offert au public un duo inédit. Et que dire de la chanteuse sud-coréenne Youn Sun Nah dont la culture musicale n’est pas à l’origine particulièrement "jazzy". Et pourtant, sa voix et son interprétation ont reçu une ovation debout des spectateurs et... des cigales qui se sont même arrêtées de striduler.

La chanteuse béninoise Angélique Kidjo et le trompettiste libanais Ibrahin Maalouf se sont offerts le luxe de se faire accompagner de l’Orchestre régional de Cannes-Provence-Alpes-Côte d’Azur  dans lequel ils avaient incorporé des musiciens de leur formation respective. Le tout dirigé par Ibrahim Maalouf lui-même.

Plus que jamais ce festival, en accueillant cette année encore des artistes talentueux, a enthousiasmé les 26.000 spectateurs d’un jazz toujours évolutif dans toutes ses formes.

Texte et photos: Daniel Ambrogi/CVN
 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Une visite inoubliable à Quang Ninh pour les étudiants de l’IFI

Rough Guides suggère des destinations à Hô Chi Minh-Ville Rough Guides, l'un des guides de voyage les plus réputés au monde, vient de partager des expériences passionnantes vécues à Hô Chi Minh-Ville.