21/08/2018 09:10
Quand, dans un peu plus d'un an, la ville japonaise de Kamaishi accueillera le Mondial de rugby 2019, l'émotion sera forte pour ses habitants qui ont perdu plus d'un millier des leurs lors du tsunami de mars 2011.
>>Mondial de rugby : L'hémisphère Sud dicte sa Loi
>>Mondial de rugby : les Boks face aux Gallois et Australie-Ecosse en quarts

Le stade de Kamaishi, inauguré le 19 août, accueillera le Mondial de rugby 2019 qui se tiendra du 20 septembre au 2 novembre.
Photo: AFP/VNA/CVN

Le stade, bâti sur les ruines de deux écoles emportées par le raz-de-marée mais dont les plus de 400 élèves ont survécu en fuyant deux kilomètres dans la montagne, a été inauguré dimanche dans cette ancienne cité minière du Nord-Est de l'archipel nippon. Un puissant symbole d'espoir et de résistance.

Parfois appelée "la ville du rugby" pour ses liens avec le ballon ovale, Kamaishi et ses 34.000 habitants se sont tournés vers le sport pour trouver la force de se redresser après le désastre.

Au début des années 1980, le club local, Nippon Steel Kamaishi RFC, avait remporté sept titres nationaux d'affilée, gagnant le surnom "d'hommes de fer du Nord". Les "Kamaishi Seawaves" ont par la suite pris le relais, et la ville s'est unie autour d'eux à la suite du traumatisme du 11 mars 2011.

"Courez"

À Kamaishi, les souvenirs de la catastrophe sont partout.

Du stade flambant neuf, le Kamaishi Unosumai Memorial Stadium, partent deux chemins d'évacuation qui serpentent dans les collines, et à quelques centaines de mètres des poteaux, des ouvriers reconstruisent des digues de protection.

Des panneaux viennent rappeler le niveau atteint par la vague, et un poignant mémorial appelle à ne pas oublier: "Courez, courez vers les hauteurs... et dites aux futures générations qu'un tsunami est monté jusqu'ici".

Quand le tremblement de terre a frappé, Akiko Iwasaki, propriétaire d'un ryokan (auberge traditionnelle japonaise) qui donne directement sur l'océan, a tenté de fuir, se souvenant des conseils de sa grand-mère quand elle était petite. Mais à peine était-elle parvenue au parking qu'elle fut rattrapée par un mur d'eau qui emporta les voitures et un mini-bus.

"Nous avions une magnifique plage de sable blanc. Nous l'avons perdue et presque tous les bâtiments ont été détruits", se souvient l'énergique femme de 62 ans, qui a miraculeusement survécu.

Vue aérienne du stade de Kamaishi, le 18 août. Photo: AFP/VNA/CVN

Mme Iwasaki a reconstruit son hôtel notamment grâce à l'aide de bénévoles étrangers, et voit dans le Mondial de rugby l'occasion de les remercier et de leur faire découvrir la beauté de cette région montagneuse.

"Pour nous, la Coupe du monde insuffle un sentiment d'espoir, ouvre une porte vers l'avenir. Nous voulions vraiment accueillir cet événement pour offrir de l'espoir aux enfants", confie-t-elle.

Takeshi Nagata, 35 ans, ancien demi de mêlée des "Seawaves", se réjouit lui aussi à l'idée d'accueillir des milliers d'amoureux du rugby à l'automne 2019.

"Au moment du désastre, nous avons reçu un tel soutien d'autres régions du Japon et de l'étranger, donc nous avons vraiment envie de montrer à tout le monde que nous allons bien et que nous avons su nous relever", lance-t-il.

Le stade, d'une capacité de 6.000 sièges, sera agrandi pour l'occasion: 16.000 spectateurs pourront y prendre place pour le match Fidji-Uruguay prévu le 25 septembre 2019 et une rencontre opposant la Namibie à une équipe encore indéterminée le 13 octobre.

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Remise des prix du Concours "Jeunes Reporters Francophones - Vietnam 2018"

Rough Guides suggère des destinations à Hô Chi Minh-Ville Rough Guides, l'un des guides de voyage les plus réputés au monde, vient de partager des expériences passionnantes vécues à Hô Chi Minh-Ville.