11/07/2018 09:07
Le nombre de victimes continue à monter au Japon, où le gouvernement a encore renforcé ses efforts de recherche et de sauvetage suite aux pluies torrentielles qui ont frappé l'Ouest du pays, entraînant inondations et glissements de terrain.
>>Désastre au Japon: 141 morts, recherches et déblayage difficiles sous une chaleur écrasante
>>Intempéries au Japon: le bilan officiel provisoire monte à 122 morts

Le gouvernement japonais a encore renforcé ses efforts de recherche et de sauvetage suite aux pluies torrentielles. Photo: Kyodo/VNA/CVN

Selon la chaîne publique japonaise NHK, 158 personnes ont perdu la vie dans douze préfectures, et 56 personnes sont encore portées disparues. C'est la préfecture d'Hiroshima qui a été le plus durement touchée par les intempéries et les coulées de boue, avec 59 morts.

La préfecture d'Okayama a également enregistré 54 morts. Le gouvernement et les municipalités locales ont multiplié les efforts de recherche et de sauvetage dans le but de retrouver les 56 personnes disparues. La plupart de celles-ci ont disparu dans la préfecture d'Hiroshima, où le bilan de la catastrophe pourrait en conséquence encore s'alourdir.

Mardi à midi 10 juillet, plus de 10.000 personnes à travers 15 préfectures étaient par ailleurs encore logées dans des abris provisoires, une situation que vient encore compliquer la chaleur étouffante qui règne dans la région. Emi Masatani, membre de Japan Bousaisikai, une organisation non lucrative consacrée à la prévention des catastrophes, a expliqué à Xinhua que le nombre élevé de victimes s'expliquait en partie par le fait que si les Japonais attachent d'habitude une grande importance à la prévention des catastrophes naturelles, ils prêtent parfois trop peu d'attention aux pluies torrentielles, dans la mesure où celles-ci sont plus faciles à prévoir.

Selon la presse locale, beaucoup de gens auraient ainsi décidé de rester chez eux même après que les agences météorologiques ont émis des consignes d'évacuation, et n'ont donc pas pu fuir la zone lorsqu'inondations et coulées de boue ont commencé à se produire.

Le Premier ministre japonais Shinzo Abe devrait se rendre mercredi dans la préfecture d'Okayama pour examiner les dégâts et évaluer les besoins des personnes évacuées. Le Secrétaire du cabinet des ministres et porte-parole du gouvernement japonais, Yoshihide Suga, a déclaré au cours d'une conférence de presse que le gouvernement allait sans doute puiser quelque 2 milliards de yens (18 millions de dollars américains) dans ses fonds de réserve pour faire face aux conséquences du désastre.

Le ministre de l'Agriculture Ken Saito a cependant déclaré que les dommages subis par le secteur agricole, notamment dans les forêts de montagne, les rizières et les réservoirs, dépassaient déjà les 7 milliards de yens (63 millions de dollars américains). L'Agence de gestion des incendies et des catastrophes a souligné que mardi matin 10 juillet, 347 habitations avaient été partiellement ou complètement détruites par les pluies ou les coulées de boues, et que 9 868 autres avaient été inondées.

L'étendue des dégâts devrait cependant encore augmenter de manière significative, de nombreuses municipalités n'ayant pas encore communiqué de bilan exact des dommages. Le ministre de la Santé a également déclaré que mardi matin, près de 300 000 habitations dans douze préfectures de l'Ouest du Japon n'avaient plus accès à l'eau courante.


Xinhua/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Deux ophtalmologues suisses en mission bénévole à Hanoï

Le développement du tourisme Actuellement, le tourisme intelligent constitue une tendance inéluctable au Vietnam. Ce type de voyage recourt à l’application des technologies de l’information et de la communication à son essor et attache les intérêts des voyageurs à ceux de l’administration et des entreprises.