19/06/2017 16:09
>>Toshiba : 3,68 milliards de dollars injectés dans un chantier Westinghouse
>>Japon : consommation toujours en berne malgré un climat de l'emploi au beau fixe

Le Japon a enregistré en mai un déficit commercial, malgré une hausse de ses exportations qui n'ont pas aidé à compenser le renchérissement des importations, gonflées par une facture énergétique en hausse. D'après les chiffres diffusés lundi 19 juin par le ministère japonais des Finances, le solde s'est établi à -203,4 milliards de yens (1,6 milliard d'euros), contre -47,3 milliards un an plus tôt. Les économistes misaient sur un surplus de 43 milliards de yens. Les exportations ont progressé pour le 6e mois consécutif, à un rythme solide (+14,9%), pour atteindre 5.851,4 milliards de yens (47 milliards d'euros), dans un contexte d'embellie économique mondiale. Mais les importations ont augmenté davantage encore (+17,8% à 6.054,7 milliards de yens), d'où le déficit observé. Elles ont été victimes d'un bond des factures de pétrole (+17%), produits pétroliers (+62%), gaz naturel (+68,6%) et charbon (+74,7%). De fait, le déficit s'est creusé avec le Moyen-Orient, tandis que l'excédent commercial s'accentuait au contraire de 16% avec l'Amérique du nord et de 45% avec l'Asie. Les expéditions vers la Chine, partenaire commercial majeur du Japon, se sont envolées de 24% en valeur, de 11,6% vers les États-Unis et de près de 20% vers l'Union européenne. Les analystes ont relativisé la publication d'un déficit, retenant plutôt de "solides exportations", selon Takeshi Minami, économiste en chef de l'institut de recherche Norinchukin, cité par l'agence Bloomberg News.

APS/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le Musée des beaux-arts de Hô Chi Minh-Ville, destination favorite des touristes

Appliquer les TI pour dégager les difficultés du tourisme Au cours des dernières années, le tourisme a connu un taux de croissance plus élevé que celui de l’économie nationale. Cependant, il sera très difficile pour le secteur de maintenir son taux de croissance actuel car il est confronté à un certain nombre de lacunes en termes de politique de visa et d’infrastructures aériennes.