20/04/2020 18:41
Le déclin des exportations du Japon s'est fortement accéléré en mars, alors que la pandémie de coronavirus commençait à paralyser l'Europe et les États-Unis, selon des statistiques publiées lundi 20 avril laissant augurer un plongeon encore plus important en avril.
Les Tokyoïtes portent des masques de protection pour le luttre anti-coronavirus, le 11 avril. Photo : AFP/VNA/CVN


Les exportations japonaises ont fondu de 11,7% le mois dernier sur un an, pour totaliser près de 6.357,9 milliards de yens (54,3 milliards d'euros), selon des données publiées par le ministère nippon des Finances. C'est leur 16e mois d'affilée de repli et leur plus forte baisse mensuelle depuis juillet 2016.

Le consensus d'économistes de l'agence Bloomberg s'attendait par ailleurs à une chute de moindre ampleur en mars (-9,4%). En février, la baisse des exports nippons avait été contenue (-1%) car c'était principalement la Chine, foyer d'origine du coronavirus, qui était touchée. Les exportations japonaises vers les États-Unis ont dégringolé de 16,5% en mars, celles vers l'Europe de l'Ouest de 13,2% et celles vers la Chine continentale de 8,7%.

La troisième puissance économique mondiale a malgré tout dégagé en mars un petit excédent commercial de 4,94 milliards de yens (42 millions d'euros), à la faveur d'un repli également marqué de ses importations sur la même période (-5% à environ 6.352,9 milliards de yens). En février, les importations japonaises de Chine s'étaient écroulées de près de 50% sur un an.

Mais leur baisse s'est nettement atténuée en mars (-4,5%), alors que Pékin a redoublé d'efforts pour relancer ses usines au plus vite. La reprise de l'activité économique aux États-Unis et en Europe pourrait être en revanche plus graduelle, et des mesures de confinement parfois drastiques perdurent dans ces régions, ce qui laisse augurer une dégringolade encore plus forte des exportations japonaises en avril.

"Ce n'est que le début", a ainsi déclaré lundi 20 avril, Takeshi Minami, économiste en chef du Norinchukin Research Institute. "La production a calé, avec des ventes de biens durables qui s'essoufflent et les investissements des entreprises au point mort", a-t-il ajouté. Les exportations japonaises devraient chuter au deuxième trimestre "en raison de l'effondrement de l'économie des principaux partenaires commerciaux du Japon", a aussi estimé Tom Learmouth dans une note de Capital Economics. Dans ce tableau noir, la Chine pourrait être "une rare éclaircie" pour les exportateurs nippons au deuxième trimestre, a ajouté M. Learmouth.

Par secteur en mars, la chute des exportations nippones a été particulièrement forte dans l'automobile, certains produits électroniques (mais pas les semi-conducteurs) et les machines industrielles. L'économie japonaise, qui s'essoufflait déjà avant même l'irruption du nouveau coronavirus, devrait être entrée en brutale récession au premier trimestre 2020, entre chute des exports et déprime de la consommation des ménages, malgré un vaste plan de soutien du gouvernement.

La semaine dernière le Fonds monétaire international (FMI) a prédit une contraction de 5,2% du PIB japonais cette année. Les chiffres préliminaires du PIB japonais au premier trimestre sont attendus le 18 mai.


APS/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
L’originalité des villages de broderie du Vietnam

Quang Ninh présente de nombreux programmes de relance touristique Les programmes de relance touristique de Quang Ninh (Nord) 2020 s’avèrent efficaces dès le premier mois de mise en œuvre, le nombre de touristes nationaux augmentant progressivement.