10/08/2019 15:55
Dans deux semaines, la station balnéaire de Biarritz deviendra la capitale diplomatique du monde en accueillant, sous les auspices d'Emmanuel Macron, un Sommet du G7 qui s'annonce chargé, entre guerre commerciale entre Washington et Pékin, tensions autour de l'Iran et bras de fer sur le Brexit.
>>Le G7 Finances fait un pas vers la taxation des géants du numérique
>>G7: consensus face au Libra de Facebook
>>Paris appelle le G7 à ouvrir la voie à un accord international

Dans deux semaines, la station balnéaire de Biarritz deviendra la capitale diplomatique du monde en accueillant, sous les auspices d'Emmanuel Macron, le Sommet du G7. Photo: AFP/VNA/CVN

Du 24 au 26 août, ce sont plus de 5.000 personnes - dirigeants, délégués, journalistes et forces de l'ordre - qui voisineront avec habitants et touristes de l'élégante cité des Pyrénées-Atlantiques, placée sous très haute sécurité en pleine saison estivale.

Au total, 24 délégations étrangères sont attendues, avec en têtes d'affiche les dirigeants du G7: l'Américain Donald Trump, l'Allemande Angela Merkel, le Japonais Shinzo Abe, le Canadien Justin Trudeau, le Britannique Boris Johnson et l'Italien Giuseppe Conte. Ils seront accueillis par Emmanuel Macron le samedi 24 août pour un dîner informel dans un majestueux palace qui domine l'Atlantique.

Ils devraient ensuite être rejoints par leurs collègues des pays invités, comme l'Indien Narendra Modi, l'Australien Scott Morrison, le Chilien Sebastian Pinera, l'Espagnol Pedro Sanchez et six homologues africains: Abdel Fattah al-Sissi (Egypte), Cyril Ramaphosa (Afrique du Sud), Macky Sall (Sénégal), Paul Kagame (Rwanda) et Roch Marc Christian Kaboré (Burkina Faso). Participeront aussi aux débats les représentants de l'Union européenne et des grandes organisations internationales, comme l'ONU, le FMI ou l'OMC.

Divergences au menu

Le Sommet tombe à pic pour échanger sur les grands dossiers de l'actualité qui fâchent: la taxation des géants du numérique, sur laquelle s'opposent Donald Trump et Emmanuel Macron, la guerre commerciale entre Washington et Pékin, qui inquiète capitales et marchés, ou les tensions américano-iraniennes menaçant d'enflammer le Golfe...

Le centre-ville de Biarritz, dans le Sud-Ouest de la France. 
Photo: AFP/VNA/CVN

Pour tenter de déminer une partie d'entre eux, le chef de l'État français recevra le 19 août son homologue russe Vladimir Poutine afin, a-t-il expliqué, d'"explorer toutes les formes de coopération sur les grands sujets de déstabilisation ou de conflit, sans naïveté, mais sans que la porte ne soit fermée". Le retour de la Russie au sein du G7, dont elle a été exclue en 2014, est conditionné par les Occidentaux à des avancées de Moscou en vue de régler le conflit ukrainien.

Le nouveau Premier ministre britannique sera au centre des attentions. Les Européens veulent discuter avec lui du Brexit, qu'il a promis de mettre en œuvre au 31 octobre, y compris au prix d'un divorce sans accord avec l'UE. Très attendu aussi, le tête à tête avec Donald Trump, qui s'est dit "impatient" de rencontrer Boris Johnson, qu'il voit comme un allié sur la scène internationale. Tous deux partagent l'ambition de conclure au plus vite "un accord commercial ambitieux", une fois le Royaume-Uni ayant quitté l'UE.
 
AFP/VNA/CVN



 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Découvrir les secrets de fabrication des gâteaux de lune

Des évolutions sur la carte des voyages en Asie Beaucoup de touristes sud-coréens et chinois abandonnent de plus en plus leurs destinations préférées d'auparavant telles que le Japon et Hong Kong (Chine) pour se tourner vers les pays d'Asie du Sud-Est.