05/05/2020 17:23
La grande star du calcio Cristiano Ronaldo est arrivé lundi soir 4 mai à Turin et les joueurs peuvent reprendre l'entraînement individuel, mais rien ne dit que le championnat reprendra en Italie, qui a allégé le même jour ses mesures de confinement.
>>Italie : la fin saison de foot repoussée en espérant une reprise
>>Les joueurs et l'entraîneur de la Juventus réduisent aussi leur salaire

L'attaquant vedette de la Juventus Turin, le Portugais Cristiano Ronaldo, savoure son troisième but inscrit face à Cagliari, en championnat d'Italie le 6 janvier à Turin.
Photo : AFP/VNA/CVN

Un jet privé avec à son bord Ronaldo et sa famille a atterri à l'aéroport de Turin vers 22h20 locales (20h20 GMT), a rapporté la presse locale. Ronaldo est arrivé en provenance de son île natale de Madère où il a passé deux semaines en confinement.

Ceux qui espéraient que le feu vert du gouvernement à une reprise des entraînements individuels annonçait un rapide retour à la compétition ont vite été douchés par le ministre des Sports, Vincenzo Spadafora.

"Je lis des choses étranges, mais rien n'a changé par rapport à ce que j'ai toujours dit sur le football : les entraînements (collectifs) des équipes ne reprendront pas avant le 18 mai et la reprise du championnat, on n'en parle pas du tout pour l'instant", a-t-il écrit sur Facebook.

Et d'ajouter, provocateur, comme pour confirmer ses relations difficiles avec le football professionnel : "Maintenant excusez-moi, mais je retourne m'occuper de tous les autres sports et centres sportifs (gymnases, centres de danse, piscines) qui doivent rouvrir au plus vite."

"Attaque contre le foot" 

Lundi matin 4 mai, le Corriere dello Sport a mis en une un photomontage montrant le ministre armé d'un poignard, sur le point de crever un ballon. "Attaque contre le foot", titre le quotidien sportif.

Officiellement, le football professionnel italien est unanime dans sa volonté de terminer le championnat interrompu le 9 mars, douze journées avant son terme. Cette position adoptée par les vingt clubs de Serie A a été réaffirmée le 1er mai.

Mais les lézardes apparues quand Brescia et le Torino ont émis des notes dissonantes sont toujours là.

Le ministre italien des Sports, Vincenzo Spadafora (centre), lors de sa prestation de serment au Quirinale, palais présidentiel, à Rome le 5 septembre 2019.
Photo : AFP/VNA/CVN

Le président et propriétaire du club turinois, Urbano Cairo, a volontiers confirmé qu'il y avait "des opinions divergentes", selon des propos rapportés par la Gazzetta dello Sport. "Tout le monde est en train d'évaluer si le redémarrage est possible et c'est normal, même si le dernier mot reviendra aux institutions."

Il a insisté sur les indispensables mesures de sécurité sanitaires pour les salariés, "sans oublier que les joueurs sont arrêtés et enfermés à la maison depuis deux mois". Et donc sans doute pas en condition physique pour la compétition.

Le 1er mai, les clubs de Serie A ont précisé qu'ils se plieraient à une décision du gouvernement.

Enjeu financier 

Les instances du football insistent aussi sur l'impact économique terrible pour un secteur brassant un chiffre d'affaires de 4,7 milliards d'euros.

Selon le site spécialisé "Calcio e Finanza", un arrêt définitif remettrait directement en cause 400 millions d'euros de droits TV, dont une ultime tranche de 340 millions pour la saison en cours, qui devait être payée en mai.

Plus que par une réelle volonté de repartir, alors que le temps presse, l'unanimité des clubs s'explique peut-être par le souhait de laisser le gouvernement endosser la responsabilité d'un arrêt, s'offrant ainsi des arguments si diffuseurs et sponsors s'avisaient de remettre en cause leurs engagements...

La fédération (FIGC) doit tenir le 8 mai une réunion qui pourrait être décisive. Son président Gabriele Gravina a affirmé qu'il ne "signerait jamais pour la fin des championnats", qui serait selon lui "la mort du football italien".

C'est sans savoir s'ils rejoueront cette saison que les clubs ont commencé à rouvrir lundi 4 mai les centres d'entraînement pour des séances individuelles, en extérieur, en respectant la distanciation sociale, et avec un encadrement technique réduit au minimum ou absent.

La Juventus Turin, champion en titre et leader du classement, a demandé le retour de ses joueurs étrangers.

Le club piémontais compte les soumettre à des tests de dépistage, ce qui permettra de ne pas avoir à observer l'interdiction de se rendre sur son lieu de travail deux semaines après le retour dans le pays.
 
AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
L’originalité des villages de broderie du Vietnam

Petits tours d'aventure lancés à Dà Lat Les circuits d'aventure avec un petit nombre de personnes sont une nouvelle tendance dans la ville de Dà Lat, province de Lâm Dông (hauts plateaux du Centre).