11/07/2018 23:27
Le ministre italien de l'Intérieur, Matteo Salvini, a réclamé mercredi 11 juillet "des garanties" avant d'autoriser un navire des garde-côtes italiens à accoster dans un port de la péninsule avec une soixantaine de migrants à bord, réaffirmant la fermeté italienne sur ce sujet.
Le ministre italien de l'Intérieur, Matteo Salvini, à Rome le 5 juillet.
Photo: AFP/VNA/CVN


Parmi les quelque 67 migrants transbordés mardi 10 juillet sur le navire Diciotti des garde-côtes, certains sont soupçonnés de s'être révoltés, par peur d'être ramenés en Libye, contre l'équipage d'un navire italien qui les avait recueillis aux large des côtes libyennes.

L'équipage du Vos Thalassa, après avoir reçu des menaces a été contraint de s'enfermer dans la salle des contrôles du navire, et appelé à l'aide le centre de secours en mer basé à Rome afin de dénouer la situation, selon des reconstitutions rapportées par les médias italiens.
 

"Pour le moment, pas de port" pour le Diciotti, a affirmé mercredi 11 juillet devant la presse Matteo Salvini, assurant que les éventuels "auteurs de menaces ou d'agressions ne finiront pas à l'hôtel mais en prison".
 

Selon des informations de presse, le "Diciotti" des garde-côtes pourrait néanmoins accoster au port sicilien de Trapani mardi en début d'après midi. En poste depuis le 1er juin, M. Salvini, qui est aussi vice-Premier ministre et chef de file de la Ligue (extrême droite), a décidé il y a un mois d'interdire l'accès aux ports italiens aux ONG qui portent secours aux migrants en Méditerranée, position qui marque la nouvelle ligne dure de l'Italie en matière migratoire.
 

"Je n'autoriserai aucune espèce de débarquement tant que je n'aurai pas l'assurance pour les Italiens que des délinquants, qui ne sont pas des réfugiés, qui ont détourné un navire avec violence, passent quelque temps en prison et soient ramenés chez eux le plus tôt possible", a-t-il martelé.

Matteo Salvini, qui veut réduire à zéro le nombre de migrants arrivant sur les côtes italiennes, doit rencontrer ses homologues autrichien et allemand à Innsbruck, en Autriche, en marge d'une rencontre des ministres de l'Intérieur de l'Union européenne prévue jeudi 12 juillet.

Après avoir bloqué les navires des ONG, il compte profiter de cette réunion pour demander à ses partenaires "de ne pas diriger vers des ports italiens des navires actuellement en mission internationale en Méditerranée", la position de l'Italie étant de partager avec l'UE la gestion des flux migratoires.
 

Le cas du Diciotti met aussi en lumière une divergence au sein de la coalition gouvernementale, dont fait partie la Ligue de Matteo Salvini avec le Mouvement 5 Étoiles (M5S, antisystème) de Luigi Di Maio, dont la frange la plus à gauche est opposée à la fermeture des ports italiens.

Luigi Di Maio, lui aussi vice-Premier ministre et ministre du Travail, a d'ailleurs estimé mardi 10 juillet au sujet du Diciotti que "s'il s'agit d'un navire italien intervenu dans une situation qu'il conviendra d'éclaircir (...), il faut donner suite et le faire débarquer".


AFP/VNA/CVN

 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Indications géographiques: les aides de la France pour le Vietnam

Quang Ninh accueille 10 millions de touristes de janvier à septembre Selon le Service provincial du tourisme, au cours des neuf premiers mois de l’année, le nombre de touristes ayant visité Quang Ninh est estimé à plus de 10 millions, dont 3,6 millions de visiteurs étrangers, soit une hausse respective de 25% et de 19% en glissement annuel.