13/01/2020 17:42
La Juventus a profité des cadeaux de l'AS Rome pour s'imposer dimanche 12 janvier au stade Olympique (2-1) et s'offrir le titre de championne d'hiver, d'autant plus honorifique que l'Inter Milan n'est qu'à deux longueurs.
>>Italie : la Juve et Ronaldo irrésistibles, Ibrahimovic impuissant
>>Italie : Naples battu pour la première de Gattuso, la Samp remporte le derby génois

L'attaquant portugais de la Juventus Cristiano Ronaldo marque un penalty sur le terrain de l'AS Rome, le 12 janvier au stade Olympique.
Photo : AFP/VNA/CVN
Deux points d'écart à la moitié du championnat, la Serie A reste incertaine et les Turinois n'ont aucune garantie quant à la conquête d'un neuvième titre consécutif, eux qui poursuivent aussi un objectif plus grand encore avec la Ligue des Champions.

Pour viser l'Europe et même pour un nouveau scudetto, ils devront montrer un peu plus que ce qu'ils ont proposé dimanche 12 janvier et être conscients qu'ils n'auront pas toujours des rivaux aussi généreux que la Roma.

Car en dix minutes, les Giallorossi ont offert deux immenses cadeaux à la Juventus, qui menait 2-0 sans avoir rien fait, ou à peu près.

Dès la 3e minute, Mancini a concédé un coup franc inutile en fauchant Ronaldo. Le coup de pied arrêté a été impeccablement tiré par Dybala et repris au second poteau par Demiral, le jeune défenseur turc qui a poussé sur le banc De Ligt et son transfert à 75 millions d'euros.

Six minutes plus tard, c'est le duo Pau Lopez - Veretout qui a précipité l'effondrement romain avec une passe dangereuse du gardien espagnol et un contrôle cafouillé du Français pressé par Dybala, ensuite fauché en pleine surface.

Ronaldo a transformé le penalty (2-0, 10e), inscrivant au passage son neuvième but en six matches de Serie A depuis début décembre, et le match n'avait déjà plus tout à fait la même saveur qu'au coup d'envoi.

Mais la partie s'est équilibrée, marquée aussi par deux blessures apparemment graves, Demiral côté Juventus et Zaniolo pour la Roma.

Le Torino remonte 

L'attaquant bosnien de l'AS Rome, Edin Dzeko (gauche), à la lutte avec le défenseur turc de la Juventus Merih Demiral, le 12 janvier au stade Olympique de Rome. Photo : AFP/VNA/CVN

À la 65e minute, Dzeko a touché le poteau et les Romains ont compris qu'ils pouvaient y croire. Sur l'action suivante, Alex Sandro a été sanctionné d'un penalty pour une main dans sa surface, transformé par Perotti (2-1, 69e).

À ce moment-là, il y avait donc encore un match, parce que la Roma ne s'était pas découragée, mais surtout parce que la Juve l'avait autorisé, en jouant au petit trot.

Pendant que les Romains poussaient pour arracher un point, les hommes de Maurizio Sarri ont encore trouvé le moyen de gâcher quelques occasions, notamment en mettant Higuain hors-jeu sur un trois contre un pourtant pas bien compliqué à conclure.

Mais ils ont tenu et bouclent donc la phase aller avec un petit avantage sur l'Inter, tenue en échec 1-1 samedi 11 janvier par l'Atalanta Bergame, à la fougue impressionnante.

Après deux défaites d'affilée face aux deux clubs de Turin, la Roma (5e) voit de son côté cette même Atalanta lui chiper la 4e place, qualificative pour la Ligue des champions.

Dans les autres matches programmés dimanche 12 janvier, le Torino s'est rapproché de la zone européenne en battant Bologne 1-0. Le club turinois se retrouve 7e.

Victorieuses respectivement de la Spal (1-0) et de Brescia (5-1), la Fiorentina et la Sampdoria Gênes se sont de leur côté donné un peu d'air. Le club florentin est 14e alors que les Génois sont 16e.

Le Genoa (18e) est en revanche au plus mal après sa défaite 2-1 sur le terrain du Hellas Vérone au bout d'un match commencé avec un quart d'heure de retard, le temps de tracer de nouvelles lignes de surface de réparation. Les premières n'étaient pas droites.

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
D Free Book et son message de partage des connaissances

Les touristes européens affluent toujours au Vietnam Si l’épidémie de COVID-19 a un impact négatif sur l'industrie du tourisme, le nombre de visiteurs européens au Vietnam reste relativement stable.