12/06/2017 18:39
Le Mouvement 5 étoiles (M5S, populiste) apparaissait comme le grand perdant lundi 12 juin au lendemain du premier tour des municipales partielles en Italie, étant exclu du second tour dans la plupart des grandes villes concernées par le vote.
>>Italie : le nouveau cabinet, copie conforme de l'équipe Renzi
>>Le président italien consulte pour trouver une issue à la crise

Le leader du Mouvement 5 étoiles Beppe Grillo à Rome, le 20 février. 
Photo : AFP/VNA/CVN

Un an après la victoire de ses candidates Virginia Raggi, à Rome, et Chiara Appendino, à Turin (Nord), le parti du comique Beppe Grillo accuse un coup d'arrêt violent.

Le M5S ne figurera pas au second tour dans les principales villes en jeu: Gênes (Ligurie, nord), Palerme (Sicile), Catanzaro (Calabre, sud) et L'Aquila (Abruzzes, centre) ou encore Vérone (Vénétie, nord).

Le résultat de Gênes représente un désaveu particulièrement cinglant pour Beppe Grillo, lui-même Génois, qui y avait achevé sa campagne électorale, et où deux candidats, de centre-droit et centre-gauche, s'affronteront dans deux semaines pour conquérir le fauteuil de maire.

Une autre défaite fait mal au M5S, à Parme (Émilie-Romagne), où le maire sortant Federico Pizzarotti, élu en 2012 sous les couleurs du mouvement avant d'en être exclu, arrive en tête avec 37% des voix, la liste officielle du parti de Beppe Grillo ne recueillant que 3% des suffrages.

Les municipales partielles d'il y a un an à peine avaient en revanche infligé un sérieux revers au Parti démocrate (PD) de Matteo Renzi, alors chef du gouvernement, le scrutin ayant été marqué par la victoire éclatante du M5S à Turin et surtout à Rome.

Au plan national, le M5S fait actuellement jeu égal avec le PD dans les sondages, avec près de 30% des intentions de vote, et ces élections municipales partielles représentent le dernier test grandeur nature avant les prochaines législatives, qui se tiendront d'ici à février 2018.

Pour de nombreux observateurs de la vie politique italienne, le résultat de dimanche 11 juin reflète une désaffection des électeurs du M5S, déçus par les piètres résultats de ses élus en poste à travers la péninsule, à commencer par Virginia Raggi dans la capitale.

Cette dernière a en effet vu la première année de son mandat ternie par des démissions en chaîne dans son équipe et des affaires de corruption et beaucoup de Romains regrettent aujourd'hui son inexpérience, voire son incompétence, face aux nombreux défis de la Ville éternelle.

"Au Parlement et au niveau municipal, le M5S a démontré qu'ils sont plus forts quand il s'agit de prendre des voix que de gouverner. Ils ne choisissent pas, ne décident pas, n'assument pas de responsabilités", a déclaré le chef des députés du PD Ettore Rosato en commentant l'échec du M5S lors de ce scrutin.

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Bravo aux lauréats du concours «Jeunes Reporters Francophones»

Lâm Dông propose un nouveau code de conduite du tourisme Le Département de la culture, des sports et du tourisme de la province de Lâm Dông (hauts plateaux du Centre), vient de présenter son nouveau code de conduite du tourisme.