28/12/2019 18:24
Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, qui a largement remporté la primaire au sein de son parti de droite (Likoud) malgré ses ennuis judiciaires, s'est dit vendredi 27 décembre prêt à repartir au combat pour remporter les législatives du 2 mars, et sauver son poste.
>>Israël : Netanyahu revendique une "immense victoire" à la primaire du Likoud
>>Israël : nouvelles législatives anticipées fixées au 2 mars 2020
>>Israël va accueillir un exercice militaire aérien international

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu. Photo : AFP/VNA/CVN

M. Netanyahu, 70 ans dont plus de 13 au pouvoir, était le grand favori de ce scrutin interne, qui lui avait été imposé par le député et ex-ministre Gideon Saar après son inculpation le mois dernier pour corruption, abus de confiance et fraude dans trois affaires.

Mais sa nette victoire de jeudi 26 décembre, avec 72,5% des voix contre 27,5% à son rival interne, ne laisse pas de place au doute : patron du Likoud depuis 1993 - hormis six ans sous Ariel Sharon -, le Premier ministre le plus pérenne de l'histoire d'Israël reste le seul maître à bord au sein de son parti.

Après avoir salué une "immense victoire" et remercié les "membres du Likoud pour leur confiance, leur soutien et leur affection", Benjamin Netanyahu s'est rapidement tourné vers les législatives du 2 mars, les troisièmes en moins d'un an. "Le temps est venu de nous unir et de décrocher une victoire éclatante pour le Likoud et pour la droite", a déclaré vendredi 27 décembre M. Netanyahu, lors d'une conférence de presse.

"La majorité des gens soutiennent la droite et me soutiennent pour conduire le gouvernement", a-t-il ajouté, dans un véritable discours de campagne durant lequel il n'a pas mentionné une seule fois le nom de son rival malheureux de la veille. Le Premier ministre a au contraire remercié le président américain Donald Trump, un proche allié, pour son soutien envers Israël, et répété qu'une victoire du Likoud lors des prochaines législatives apporterait de nouvelles "réussites historiques" pour l'État hébreu.

Épisode 3

Ces législatives constitueront l'épisode 3 de l'affrontement entre Benjamin Netanyahu et son rival de centre-droit, l'ancien chef d'état-major de l'armée Benny Gantz, à la tête du parti "Bleu-Blanc". Au terme des élections anticipées d'avril, puis de septembre, ni M. Netanyahu ni M. Gantz n'ont réussi à rallier 61 députés, seuil de la majorité parlementaire.

Le président Reuven Rivlin a dû confier la tâche au Parlement de former lui-même un gouvernement, mais celui-ci a aussi échoué. Pour sortir le pays de l'impasse, des députés devront changer de camp pour rejoindre soit celui de M. Gantz, soit celui de M. Netanyahu. À moins que les deux rivaux ne s'unissent.

Mais le parti "Bleu-Blanc" refuse de partager le pouvoir avec un Premier ministre inculpé - face à M. Netanyahu, Benny Gantz joue la carte de la probité. "Tout l'enjeu pour (Benjamin) Netanyahu est de s'assurer une immunité, et pour cela il a besoin des 61 votes" au Parlement, a rappelé Gayil Talshir, Professeure de sciences politiques à l'Université hébraïque de Jérusalem.

La loi israélienne prévoit en effet que tout ministre poursuivi pénalement doit démissionner, mais cela ne s'applique pas au Premier ministre. Les premiers sondages dans l'optique du scrutin du 2 mars laissent entrevoir un statu quo chez les électeurs. Mais la primaire du Likoud pourrait avoir redonné de l'élan à indéboulonnable Premier ministre.

AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
“Mémoires de Hôi An”, retour sur les origines

Hô Chi Minh-Ville vise les 10 millions de touristes étrangers La mégapole du Sud ambitionne d’accueillir 10 millions de touristes étrangers et 35 millions de touristes vietnamiens en 2020, pour un chiffre d’affaires de 165.000 milliards de dôngs.