30/10/2017 14:18
Le Premier ministre conservateur islandais Bjarni Benediktsson est arrivé en tête aux législatives anticipées de samedi 28 octobre mais la dispersion des voix va compliquer la recherche d'une coalition viable.
>>Le Premier ministre islandais résiste mais la gauche le menace
>>L'Islande aux urnes, entre "dégagisme" et stabilité économique

Le Premier ministre conservateur islandais Bjarni Benediktsson.
Photo : AFP/VNA/CVN

Selon les résultats définitifs de ce scrutin à un tour publiés dimanche 29 octobre, le Parti de l'indépendance du chef du gouvernement a remporté 16 sièges sur 63 à l'Althingi, le parlement monocaméral. Il a perdu cinq sièges par rapport à l'assemblée sortante.

La participation s'est établie à 81% et aucun parti ne s'est assuré la majorité de 32 sièges.

Le président Gudni Johannesson a invité les leaders des huit partis ayant obtenu des sièges à sa résidence lundi 30 octobre. Il les rencontrera un par un avant de décider qui aura le mandat de former une coalition.

Selon le système islandais, le président du pays, qui a un rôle essentiellement protocolaire, charge habituellement le chef du parti arrivé en tête de former un gouvernement.

Le parti de Bjarni Benediktsson était talonné par le mouvement Gauche-Verts de Katrin Jakobsdottir, qui obtient 11 sièges, devant les sociaux-démocrates (7 sièges) et les Pirates (contestataires, 6 sièges).

La formation d'une majorité de droite ou de gauche pourrait prendre des semaines, voire des mois comme en 2016, lorsque les négociations pour former une coalition avaient duré trois mois.

"Je me félicite que nous soyons en tête, mais les choses sont très compliquées. Je suis optimiste quant à notre capacité à former un gouvernement", a déclaré M. Benediktsson dans la nuit.

AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
L’agriculture bio, une tendance inéluctable au Vietnam

Environ 94 millions de touristes dont 16 à 17 millions d’étrangers visés cette année Cette année, le secteur du tourisme vietnamien se fixe l’objectif d’accueillir 94 millions de voyageurs, dont 16 à 17 millions d’étrangers, et de réaliser un chiffre d’affaires de près de 30 milliards de dollars.