22/05/2019 08:42
L'administration Donald Trump a semblé mardi 21 mai vouloir freiner l'escalade militaire avec l'Iran après deux semaines de montée des tensions, assurant privilégier "la dissuasion, pas la guerre" et avoir réussi à éloigner les menaces les plus imminentes.
>>Donald Trump s'efforce d'éviter toute escalade des tensions avec l'Iran
>>Selon le Kremlin, les États-Unis ont contraint l'Iran à suspendre l'accord sur le nucléaire

Les chefs du Pentagone Patrick Shanahan et de la diplomatie américaine Mike Pompeo (droite), au Congrès le 21 mai. Photo: AFP/VNA/CVN

Face au scepticisme provoqué par les accusations des États-Unis, qui martelaient depuis début mai que la République islamique préparait des attaques "imminentes" contre des intérêts américains, les chefs de la diplomatie Mike Pompeo et du Pentagone Patrick Shanahan ont informé à huis clos les parlementaires américains de la nature des renseignements dont ils disposaient.

Sans toujours convaincre les élus démocrates, dont plusieurs redoutent que la multiplication des déploiements militaires américains au Moyen-Orient ne dégénèrent en conflit avec Téhéran.

"Il s'agit de faire de la dissuasion, pas la guerre", a assuré M. Shanahan à l'issue des auditions au Congrès.

Il a ajouté que les mesures prises par Washington avaient d'ailleurs permis d'"éviter des attaques", notamment "contre les forces américaines" dans la région. Il avait déjà estimé dans la matinée que l'action américaine avait permis "d'écarter" pour l'instant "le risque d'attaques contre des Américains".

Le président des États-Unis avait déclaré lundi 20 mai. "Nous n'avons pas d'indication qu'ils vont" attaquer des intérêts américains, avait reconnu Donald Trump, au lendemain de l'un de ses avertissements à l'égard de l'Iran, dont il avait promis "la fin officielle" en cas d'agression.

Les responsables de l'administration Trump n'ont pas divulgué les informations ayant déclenché le déploiement dans le Golfe d'un porte-avions, de bombardiers B-52, d'un navire de guerre et d'une batterie de missiles Patriot, ainsi que le rappel dans la précipitation d'une partie des diplomates américains en poste en Irak.

Selon le sénateur républicain Lindsey Graham, partisan d'une ligne face à l'Iran, MM. Pompeo et Shanahan ont expliqué qu'il s'agissait d'une "escalade jamais vue des menaces".

"La force militaire envoyée dans la région sert à dissuader l'Iran de s'en prendre à des Américains ou à nos intérêts, pas à envahir l'Iran", a-t-il assuré.

Il a aussi estimé, après ce briefing confidentiel défense, que le gouvernement iranien avait "coordonné et ordonné l'attaque" contre des navires et un oléoduc dans le Golfe.

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Découvrir les secrets de fabrication des gâteaux de lune

Des évolutions sur la carte des voyages en Asie Beaucoup de touristes sud-coréens et chinois abandonnent de plus en plus leurs destinations préférées d'auparavant telles que le Japon et Hong Kong (Chine) pour se tourner vers les pays d'Asie du Sud-Est.