19/07/2021 12:51
Un séisme de magnitude 5,7 a frappé dimanche 18 juillet la province iranienne de Fars, dans le Sud du pays, ont rapporté des médias locaux sans faire état de victimes.
>>Au moins un mort dans un séisme de magnitude 5,1 près de Téhéran
>>Iran : un séisme de magnitude 4,5 frappe près d'une centrale nucléaire

Le mur d'une maison s'est effondré après un tremblement de terre dans la ville méridionale de Khonj, dans la province du Fars, en Iran.
Photo : MNA/VNA/CVN

L'épicentre du tremblement de terre se trouve près de la ville de Khesht. Le séisme a eu lieu aux alentours de 19h00 et a été suivi de plusieurs secousses, selon le centre sismologique iranien.

Deux heures après la première secousse, aucun dégât et aucune victime n'avaient été signalés, selon les médias iraniens. Des équipes de secours ont été mobilisées et les hôpitaux sont en alerte, a affirmé à la télévision d'État Rahim Azadi, qui dirige l'unité de crise
provinciale.

Selon l'Institut américain de géophysique (USGS), la magnitude du séisme était de 5,4. Situé aux confins de plusieurs plaques tectoniques et traversé par plusieurs failles, l'Iran est une zone de forte activité sismique.

En avril, la région de Bouchehr (Sud-Ouest) a été secouée par un tremblement de terre de magnitude 5,8 n'ayant causé selon les autorités aucun dégât à la centrale électrique nucléaire qui s'y trouve.

En 2003, un séisme de magnitude 6,6 dans la province de Kerman, dans le Sud-Est de l'Iran, avait ravagé l'ancienne ville de Bam et tué au moins
31.000 personnes. Le séisme le plus meurtrier de ces 30 dernières années, d'une magnitude 7,4, avait fait 40.000 morts et laissé un demi-million de personnes sans-abri dans le Nord du pays en 1990.


APS/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Découvrez le monde des crayons de couleur à Hanoï

Quel visage aura le tourisme francophone au Vietnam après le COVID-19 ? L’activité touristique au Vietnam a été anéantie par la pandémie de COVID-19. Pour la deuxième année consécutive, les professionnels du tourisme francophones continuent à naviguer à vue en espérant un retour aux affaires après la crise.