06/02/2017 18:54
L'Iran va recevoir mardi 7 février le dernier chargement de 149 tonnes de concentré d’uranium, fourni par la Russie, dans le cadre de l'accord nucléaire avec les grandes puissances, ont déclaré lundi 6 février les responsables de l'Organisation iranienne de l'énergie atomique (OIEA).
>>L'Iran a discuté de moteur à propulsion nucléaire avec le chef de l'AIEA
>>L'Iran dénonce de nouvelles sanctions américaines après l'accord sur le nucléaire

Un technicien iranien, le 9 février 2015, dans la centrale nucléaire de Bouchehr, contruite en coopération avec les Russes dans le Sud de l'Iran.
Photo : AFP/VNA/CVN

"Le premier chargement est arrivé le 26 janvier par avion et le dernier arrivera demain mardi 7 février (...) Au total, 149 tonnes de Yellow Cake (concentré d'uranium) s'ajoutent aux réserves du pays", a déclaré Ali Akbar Salehi, le chef de l'OIEA, à l'agence de presse Fars.

Il a ajouté que depuis l'entrée en vigueur de l'accord nucléaire avec les grandes puissances en janvier 2016, l'Iran avait "importé 210 tonnes de concentré d'uranium et envoyé en contrepartie à l'étranger de l'uranium enrichi à 3,5%" comme le prévoyait cet accord.

Selon Behrouz Kamalvandi, le porte-parole de l'OIEA, le concentré d'uranium a été importé depuis la Russie.

L'Iran a conclu en juillet 2015 un accord nucléaire avec les pays du groupe 5+1 (États-Unis, France, Royaume-Uni, Chine, Russie et Allemagne) mettant fin à plusieurs années de crises.

Avec cet accord, Téhéran a accepté de limiter son programme nucléaire, y compris son stock d'uranium faiblement enrichi à 300 kg, durant une période d'environ 10 ans en contrepartie de la levée d'une partie des sanctions internationales.

Le nouveau président américain Donald Trump a qualifié de très mauvais cet accord. Selon le vice-président américain Mike Pence, la nouvelle administration est en train d'évaluer sa pertinence pour prendre une décision.

Les responsables iraniens ont affirmé à plusieurs reprises leur détermination à développer l'industrie nucléaire malgré les menaces américaines.

L'Iran aura besoin de davantage de stock d'uranium pour faire passer son programme nucléaire à un stade "industriel", avait précisé en janvier M. Kamalvandi, ajoutant que Téhéran menait actuellement des travaux d'exploration à travers le pays pour découvrir de nouvelles mines d'uranium mais voulait aussi en importer de l'extérieur.

Par ailleurs, l'Iran a annoncé fin janvier de nouveaux tests sur un nouveau type de centrifugeuse, appelé IR-8, vingt fois plus puissante que le modèle actuel (IR-1) pour l'enrichissement d'uranium.

Dans le cadre de l'accord nucléaire, l'Iran a accepté de limiter le nombre de ses centrifugeuses IR-1 à environ 6.000, mais est autorisé à développer le nouveau modèle IR-8 pour qu'il soit opérationnel dans un laps de temps de 10 ans environ lorsque Téhéran pourra augmenter ses capacités d'enrichissement.

AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Vietnam - France: une coopération chaque jour plus florissante

Ho Chi Minh-Ville parmi les 10 meilleures destinations asiatiques de 2018 Selon une évaluation récente de Lonely Planet, le premier éditeur de guides de voyage au monde, Hô Chi Minh-Ville est classée 3e dans la liste des meilleures destinations d'Asie à visiter en 2018 (Best in Asia), derrière Busan en République de Corée et l’Ouzbékistan.