20/09/2016 11:59
Le président américain Barack Obama a estimé lundi 19 septembre qu'une offensive sur Mossoul, la deuxième ville d'Irak contrôlée par les jihadistes du groupe État islamique depuis juin 2014, pourrait être lancée "assez rapidement".

>>Un Américain d'origine somalienne fait neuf blessés dans une attaque revendiquée par l'EI
>>Attaques aux États-Unis : la piste terroriste dans tous les esprits
 

Le président américain Barack Obama (droite) et le vice-président Joe Biden lors d'une rencontre bilatéarle avec le Premier ministre irakien Haider al-Abadi, à New York, le 19 septembre.
Photo : AFP/VNA/CVN


"Nous pensons que nous serons en position d'avancer assez rapidement", a déclaré M. Obama à l'issue d'une rencontre avec le Premier ministre irakien Haider al-Abadi en marge de l'Assemblée générale de l'ONU. "Cela va être une dure bataille, Mossoul est une grande ville", a-t-il averti, tout en mettant en avant la coopération entre les pays de la coalition internationale anti-EI et les forces de sécurité irakiennes ainsi que "la coopération et le courage" des peshmergas (combattants kurdes).

Cependant, a insisté le président américain, l'objectif n'est pas seulement de chasser le groupe EI de la ville, mais aussi de préparer la suite. L'ONU a prévenu qu'une opération militaire contre Mossoul pourrait provoquer le déplacement de jusqu'à un million de personnes.

"Nous devons être prêts à fournir de l'aide humanitaire et à reconstruire la ville", a souligné M. Obama, indiquant qu'il allait demander au Congrès de débloquer des fonds et solliciter les pays de la coalition anti-EI. L'objectif, a-t-il expliqué, est de s'assurer "non seulement que le groupe EI ne revienne pas mais aussi que les idéologies extrémistes nées du désespoir ne reviennent pas non plus".

Les
États-Unis dirigent une coalition internationale qui mène des frappes aériennes sur les positions jihadistes en Irak et déploie des centaines de conseillers militaires dans ce pays, chargés de former et d'aider les forces gouvernementales.
 

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Ressusciter les estampes populaires de Kim Hoàng

Les vestiges de la citadelle de Thanh Chiêm à Quang Nam La citadelle de Thanh Chiêm est située à Diên Phuong, dans la province centrale de Quang Nam. Vestige historique national, elle était, sous la dynastie des Nguyên (1802-1945), considérée comme la capitale satellite de Huê et le centre politique, militaire, économique et culturel du Sud. Aujourd’hui, l’édifice est en ruine mais les autorités ont décidé de faire de Thanh Chiêm une nouvelle destination touristique.