03/10/2019 18:54
La police a de nouveau tiré jeudi 3 octobre sur des manifestants réunis à Bagdad malgré le couvre-feu instauré dans la nuit, au troisième jour d'un mouvement de contestation réclamant le départ des "corrompus" et des emplois pour les jeunes qui a fait 13 morts.

>>Contestation en Irak : neuf morts en 24 heures
 

La police irakienne tire des gaz lacrymogènes pour disperser les manifestants à Bagdad, le 2 octobre.
Photo : AFP/VNA/CVN


La nouvelle journée de mobilisation sera un véritable test pour le gouvernement d'Adel Abdel Mahdi, qui doit souffler sa première bougie à la fin du mois.

Depuis mardi 1er octobre, la grogne sociale -qui conspue entre autres corruption, chômage et services publics indigents-, touche également des villes du sud du pays. Elle semble spontanée et aucun parti ou leader politique ou religieux ne s'est déclaré à son origine, fait inédit en Irak.

Mais mercredi soir 2 octobre, le leader chiite Moqtada Sadr a décidé de mettre son poids dans la balance.

Il a appelé ses très nombreux partisans, qui avaient déjà paralysé le pays en 2016 avec des manifestations dans la capitale, à organiser des "sit-ins pacifiques", faisant craindre une explosion de la mobilisation.


AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le tourisme expérientiel, cette autre façon de voyager

Le Vietnam et Taïwan cultivent leurs liens touristiques La 8e conférence sur la coopération touristique entre le Vietnam et Taïwan (Chine) s’est tenue vendredi 18 octobre dans la province méridionale de Bà Ria-Vung Tàu.