12/03/2016 07:40
L'investissement direct étranger (IDE) devrait affluer au Vietnam en 2016 en raison de nouveaux accords de libre-échange devant prochainement entrer en vigueur ou déjà entrée en vigueur il y a peu.
En ce début d’année, de nombreux grands noms étrangers sont venus au Vietnam pour trouver des opportunités de coopération et d’affaires, ou lancer de grands projets qu’ils caressent depuis longtemps. Avec près de 70 millions d'utilisateurs réguliers, Netflix est considérée comme l'un des services de films en ligne les plus populaires dans le monde et, parfois, comme une norme obligatoire dans de nombreux pays. L’arrivée au Vietnam de cette entreprise américaine montre que celui-ci est une terre de potentiels en matière de télévision en ligne et de chaînes de divertissement.

Aujourd’hui, le gouvernement vietnamien encourage les projets de hautes technologies et/ou respectant l’environnement. Photo : Danh Lam/VNA/CVN

Singha Asie, du groupe thaïlandais de boissons Boon Rawd Brewery, prévoit d’investir 1,1 milliard de dollars en janvier dans la société par actions du groupe Masan. Après cette transaction, Singha détiendra 25% de Masan Consumer Holdings et 33,3% de Masan Brewery, lesquelles sont chargées du secteur de l’alimentation et des boissons de Masan avec des marques connues comme Chinsu, Omachi, Vinacafé, la bière White Lion...

L’enseigne japonaise de commerce de proximité 7-Eleven a pour stratégie d’ouvrir son premier magasin au Vietnam en avril 2017. Elle enverra ses employés au Vietnam pour aider son magasin à développer des produits uniques, ainsi que choisir un site idéal à Hô Chi Minh-Ville qui répond aux critères d’un dépanneur moderne.

Les premières activités de fusion-acquisition ont été lancées cette année avec de grandes opérations. Selon le quotidien économique sud-coréen Hankyung, AON Holdings a consacré 450 milliards de wons (380 millions de dollars), plus que Goldman Sachs et Hana Financial Investment, pour acquérir la propriété de l'immeuble le plus haut au Vietnam, Keangnam Hanoi Landmark Tower. Metro Vietnam est désormais la propriété du groupe thaïlandais Berli Jucker pour 655 millions d’euros (soit environ 879 millions de dollars), opération qui donne une grande opportunité aux produits thaïlandais de pénétrer plus profondément le marché vietnamien.

Un décaissement prometteur

De nombreux projets d’IDE continuent d’être réalisés. Schneider Electric a lancé fin janvier le chantier de la première phase d’une usine dans la zone de hautes technologies de Hô Chi Minh-Ville (SHTP), représentant un investissement de 45 millions de dollars. Elle a vocation à devenir l’un des principaux centres de production de Schneider Electric dans la région Asie-Pacifique.

La Sarl singapourienne Maple investira 110 millions de dollars dans la province de Bac Ninh. Une autre Sarl sud-coréenne, New Wing Interconnect Technology, investira 100 millions à Bac Giang.

En 2015, le décaissement de l'IDE a atteint un niveau record avec 14,5 milliards de dollars. Une tendance qui devrait se confirmer cette année. Les perspectives dans l’attrait de l’IDE en 2016 sont encore plus belles que l’année précédente dans le contexte où de nombreux accords de libre-échange entreront en vigueur. Les experts ont souligné que le Vietnam a l’opportunité de devenir une destination d'investissement stratégique pour les sociétés multinationales ainsi que de nombreuses petites et moyennes entreprises. L’intégration profonde du Vietnam à l’économie mondiale et le fait que le pays bénéficiera d’une suppression de plus de 90% des lignes tarifaires une fois le TPP en vigueur sont de grands avantages pour les investisseurs étrangers. Selon le Département de l’investissement étranger, en janvier 2016, l’IDE décaissé s'est établi à 800 millions de dollars pour une forte croissance de 23,1% qui s'avère de très bon augure pour le reste de l’année.

En 2015, le Vietnam a reçu 22,8 milliards de dollars d’investissement direct étranger. Photo : Danh Lam/VNA/CVN

Cette progression de l’IDE résulte des réformes institutionnelles et de l’avancement de l’intégration au monde, tous deux engagés par le gouvernement. La stabilisation de l’économie vietnamienne et de la devise nationale, le faible taux d’inflation, ainsi que la modernisation des infrastructures ont fait du Vietnam un pays très attrayant en 2015 pour les investisseurs étrangers.  Les secteurs les plus plébiscités par les investisseurs en 2015 étaient l’industrie manufacturière, l’énergie, l’agriculture et l’immobilier. Au total, 892 nouveaux projets ont été enregistrés en 2015 et 491 projets ont augmenté leur investissement initial. Parmi les 57 pays et territoires investisseurs, la République de Corée s’impose avec un total de 6,3 milliards de dollars en 2015, suivie par la Malaisie, le Japon et les Îles Vierges britanniques.

Nouvelle politique d’attrait

Avec la naissance de la Communauté économique de l’ASEAN et l’entrée en vigueur de l’Accord de libre-échange Vietnam - République de Corée, ainsi que la ratification imminente d’un même accord entre le Vietnam et l’Union européenne (UE), l’intégration du Vietnam connaîtra en 2016 une véritable révolution.

Dans une telle conjoncture mêlant opportunités et challenges, le pays a plus que jamais intérêt à sélectionner des investissements étrangers de qualité, a réaffirmé le ministre vietnamien du Plan et de l’Investissement, Bùi Quang Vinh. «Nous cherchons à attirer un IDE de haute qualité afin qu’il contribue effectivement à la croissance de notre économie et, par ailleurs, à la création d’emploi. Nous nous efforçons également d’améliorer la position des entreprises vietnamiennes. Il est important de multiplier les relations avec les entreprises étrangères afin qu’elles puissent bénéficier de transferts de technologies», a-t-il souligné.

«Les projets pollueurs seront refusés au profit de ceux employant des technologies propres», a déclaré Mai Hung Dung, directeur du Service du plan et de l’investissement de la province méridionale de Binh Duong, l'une des localités bénéficiant le plus de l’IDE. Le vice-président de l’Association des entreprises à participation étrangère, Nguyên Van Toàn, a souligné que la politique d’attrait de l’IDE nécessitait une révision. D’un point de vue général, la contribution de l’IDE au développement socioéconomique du Vietnam est considérable. En fournissant des capitaux à la production, il est générateur de croissance, développe le commerce domestique comme extérieur, crée de l’emploi, entraîne une amélioration des qualifications des ressources humaines, du système juridique,  notamment de l’environnement d’investissement, ainsi que des infrastructures socio-économiques. Recevoir de tels capitaux permet au pays de mieux s’intégrer au monde, tout comme bon nombre d’employés vietnamiens qui, en travaillant au sein d’une entreprise issue de l’IDE, peuvent acquérir savoir-faire et expérience, en particulier dans la gestion et l’administration d’entreprise.

Le Vietnam est dans une nouvelle phase de l’appel à l’IDE depuis quelques années. Le gouvernement a d’ailleurs pris acte de son évolution, mais aussi et surtout de la progression du développement national. Selon Nguyên Van Toàn : «Si auparavant, nous avions un surplus de main-d’œuvre et manquions de capitaux, l’IDE a réglé cette situation. Aujourd’hui, la main-d’œuvre n’est plus abondante comme auparavant, et de grandes villes comme Hanoi, Hô Chi Minh-Ville ou Binh Duong, par exemple, en manquent. Nos objectifs en matière d’attrait de l’IDE sont davantage, désormais, de sélectionner des projets de qualité, aux technologies modernes, et respectant l’environnement». Le pays favorise les projets de sociétés multinationales qui ont des engagements clairs en termes de transfert de technologies et de formation de ressources humaines.             
Thê Linh/CVN


Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Découvrez le monde des crayons de couleur à Hanoï

Quel visage aura le tourisme francophone au Vietnam après le COVID-19 ? L’activité touristique au Vietnam a été anéantie par la pandémie de COVID-19. Pour la deuxième année consécutive, les professionnels du tourisme francophones continuent à naviguer à vue en espérant un retour aux affaires après la crise.