27/06/2019 14:19
Le Vietnam devrait perfectionner ses infrastructures pour répondre aux exigences croissantes en matière de développement et à la demande des investisseurs étrangers, en particulier. Ce contenu a été discuté mercredi 26 juin par les délégués lors du Forum d'affaires du Vietnam de mi-mandat 2019.
>>Le Forum d'affaires du Vietnam de mi-mandat 2019 à Hanoï
>>Développement énergétique: le Vietnam étudie des expériences du VBF

Des délégués participent au Forum des entreprises du Vietnam de mi-mandat, le 26 juin à Hanoï. Photo: VNA/CVN

Virginia B. Foote, co-présidente du Forum d'affaire du Vietnam de mi-mandat 2019 (VBF), a déclaré qu'en 2018, 76% des investissements directs étrangers (IDE) au Vietnam ont été versés dans les secteurs de la fabrication, de l'immobilier et de la vente au détail, qui constituent un moteur important de la croissance.

Selon le rapport "Global Infrastructure Outlook" (perspective mondiale sur l’infrastructure), le Vietnam nécessitera plus de 600 milliards de dollars pour atteindre ses objectifs de développement d’infrastructures d’ici 2040. Le budget national n’est pas suffisant pour répondre à cette demande de développement alors que des investisseurs étrangers avec des capitaux de milliers de milliards de dollars cherchent encore des destinations pour leurs projets.

Si ces sources d’investissement sont connectées à la demande du Vietnam en matière d'infrastructure, cela permettra de faciliter la circulation des marchandises et des passagers, de rehausser la productivité, de créer davantage d'emplois et d’augmenter les recettes budgétaires, a indiqué le rapport.

Renforcer le partenariat public-privé 

La présidente de la Chambre américaine de Commerce au Vietnam (AmCham Vietnam), Amanda Rasmussen, a déclaré que la mobilisation de capitaux pour les infrastructures nécessitait l’implication d'investisseurs privés. Les membres d'AmCham espèrent que le gouvernement vietnamien mettra en place un mécanisme d'investissement sous la forme d'un partenariat public-privé (PPP) dans ce domaine.

Elle a également recommandé au Vietnam d’assurer que les ports maritimes et les aéroports sont situés dans des endroits pratiques, mais pas trop proches des zones résidentielles, afin d'éviter les problèmes de transport dus à l'urbanisation.

Partageant ce point de vue, le président de la Chambre de Commerce et d'Industrie du Japon au Vietnam (JCCI), Nobufumi Miura, a déclaré que le Vietnam devait promouvoir les investissements dans les projets d'infrastructures. Cependant, les investisseurs rencontrent certaines difficultés et certains risques liés au PPP.

Le gouvernement devrait clarifier la répartition des risques entre lui et les parties concernées afin de garantir le remboursement des investissements convenable, a-t-il déclaré, ajoutant que les entreprises japonaises étaient convaincues que la promotion du PPP contribuerait à stimuler le développement économique et à améliorer le niveau de vie de la population.

Le vice-président de la Chambre européenne de Commerce au Vietnam (EuroCham), Tomaso Andreatta, a déclaré que le pays disposait d'un potentiel énorme et d'une position géographique favorable pour utiliser les capitaux d'investissement et améliorer réseau d'infrastructures.

Il a affirmé que le gouvernement vietnamien devrait renforcer sa supervision pour assurer une répartition efficace des ressources ainsi que la sécurité et la durabilité des ouvrages.

Il a également souligné la nécessité de diversifier les moyens de transport, d’appliquer de nouvelles technologies aux infrastructures de transport et d’accélérer l’intégration des formalités dans le guichet unique national et les mécanismes de guichet unique de l’ASEAN pour harmoniser le réseau d’infrastructures, ce qui est également un moteur du développement et de l’attrait des investissements.
 
VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
L’empreinte de l’AUF en Asie-Pacifique après 25 ans

Le Vietnam accueillera 32 millions de touristes étrangers d’ici 2025 Le Vietnam accueillera 32 millions de touristes étrangers d’ici 2025 et ce nombre devrait atteindre 47 millions en 2030, soit une croissance annuelle de 9% à 11% durant cette période.