22/01/2020 17:37
>>Poutine : l'Ukraine est "au bord de la guerre civile"
>>Nouveaux combats meurtriers dans l’Est de l'Ukraine, réunion à Vienne

Edi Rama, président en exercice de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), a promis au cours d'une visite à un poste de contrôle de faire tout son possible pour instaurer un cessez-le-feu durable dans l'Est de l'Ukraine. Le président de l'OSCE s'est rendu dans la région de Louhansk en compagnie de Liudmyla Denisova, directrice de la Mission spéciale d'observation de l'OSCE en Ukraine et Commissaire ukrainienne aux droits de l'Homme, a rapporté mardi 21 janvier le service de presse des gardes-frontières d'Ukraine. Commentant la situation dans la zone affectée par le conflit, M. Rama a souligné qu'elle était particulièrement difficile pour les personnes qui y vivent, et a promis de faire de son mieux pour apporter des changements positifs. Le responsable a également promis que l'OSCE ferait tout son possible pour parvenir à un cessez-le-feu durable. Les représentants de l'OSCE ont été briefés sur le fonctionnement du poste de contrôle, le nombre de passages, les conditions de travail et les mesures de sécurité appliquées par les garde-frontières. M. Rama a effectué une visite de travail de deux jours en Ukraine. Cette visite, qui était sa première visite officielle dans le pays en tant que président en exercice de l'OSCE, reflète l'importance que l'organisation attache à la résolution de la crise en Ukraine et dans la région. Lundi 20 janvier, M. Rama a également discuté du règlement du conflit avec le président ukrainien Volodymyr Zelensky et le ministre des Affaires étrangères Vadym Prystaiko à Kiev.

Xinhua/VNA/CVN
22/01/2020 17:35
>>Macron durcit le ton sur l'immigration, prudent sur les retraites
>>Immigration: Castaner ouvert à un débat sur des quotas

Le nombre de demandes d'asile continue d'augmenter en France tandis que les éloignements forcés d'étrangers en situation irrégulière se sont sensiblement accrus, selon les chiffres publiés mardi 21 janvier par le Ministère français de l'Intérieur. En 2019, l'Office français de protection des réfugiés et apatrides (Ofpra) a enregistré 132.614 demandes d'asile, soit 7,3% de plus qu'en 2018, a indiqué le Ministère français de l'Intérieur dans un communiqué publié mardi 21 janvier. L'année précédente, les demandes d'asile avaient augmenté de 20%. "L'Afghanistan, la Guinée, la Géorgie, l'Albanie, et le Bangladesh sont les premiers pays de provenance des primo-demandeurs d'asile", précise le communiqué. "Le nombre de personnes s'étant vu octroyer en France une protection s'élève à 36.512 en 2019 après 33.330 en 2018 (+ 9,5%)", ajoute-t-il. Les statistiques officielles mettent par ailleurs en lumière une augmentation des éloignements forcés d'étrangers en situation irrégulière. "Les éloignements forcés augmentent de 20,6%. En leur sein les retours forcés de ressortissants de pays tiers vers les pays tiers augmentent de 24,7% et s'établissent à 8.858 en 2019, ce qui constitue leur plus haut niveau depuis 2010", affirme le communiqué. "Au total, plus de 31.400 étrangers en situation irrégulière ont quitté le territoire français en 2019 (éloignements, départs volontaires et départs spontanés), soit un niveau supérieur de 3,7% à celui de 2018", selon le communiqué.
 
Xinhua/VNA/CVN
22/01/2020 17:35
>>La France et les Pays-Bas prennent l'avenir d'Air France-KLM en main
>>L'État néerlandais s'invite au capital d'Air France-KLM pour défendre ses intérêts

La compagnie franco-néerlandaise Air France-KLM a démenti l'information selon laquelle elle aurait fait une proposition de rachat de 49% du capital de la compagnie malaisienne Malaysian Airlines, ont rapporté mardi 21 janvier plusieurs médias français. D'après une information publiée un peu plus tôt dans la journée par l'agence Reuters citant une source proche du dossier, le gouvernement malaisien cherche actuellement un nouveau partenariat stratégique pour relancer sa compagnie nationale, rachetée en 2014 par le fonds souverain Khazanah Nasional. Des offres auraient été faites par Japan Airlines, à hauteur de 25% du capital, par le groupe régional malaisien low-cost AirAsia et par la filiale implantée en Malaisie de la compagnie indonésienne Lion Air, Malindo Air. Selon cette même source, l'offre d'Air France-KLM comprendrait la mise en place d'un centre destiné aux services de maintenance, de réparation et de révision en Malaisie. Lors d'une conférence de presse à Dublin, le groupe franco-néerlandais a déclaré : "Air France-KLM a précédemment été en contact avec les actionnaires de Malaysia Airlines mais à ce stade, Air France-KLM ne participe pas au processus de vente de Malaysia Airlines".
 
Xinhua/VNA/CVN
22/01/2020 17:01
>>Plus de 235.000 déplacés en deux semaines de combats en Syrie
>>Erdogan : la Turquie ne peut seule faire face à un nouvel afflux de réfugiés syriens

Au total 1.055.685 Syriens ont reçu des permis de résidence en Turquie, selon un rapport publié mardi 21 janvier par le ministère turc de l'Intérieur. Selon ce rapport adressé au Parlement par le ministère, 548.134 Syriens vivent actuellement à Istanbul, sur les 3.649.750 réfugiés syriens en Turquie. Le nombre de réfugiés s'élève à 446.564 dans la province de Gaziantep (Sud-Est du pays), à 446.564 dans la province de Sanliurfa (Sud-Est), à 239.510 dans la province d'Adana (Sud), à 202.173 dans la province de Mersin (Sud), à 115.760 dans la province de Kilis (Sud), à 145.521 dans la province d'Izmir (Ouest) et à 93.292 dans la capitale d'Ankara, qui est la capitale du pays. Le nombre d'étrangers expulsés s'est élevé à 46.370 en 2019, contre 56.459 en 2018 et 35.307 en 2017, tandis que 347.523 Syriens sont retournés volontairement dans leur pays. L'accès des réfugiés syriens à la santé, à l'éducation, aux abris, au marché du travail, aux bénéfices des services et aides sociaux, aux procédures de mariage, et aux procédures liées à leur véhicule se basent sur des documents d'identité de protection provisoire, explique le rapport.


Xinhua/VNA/CVN
22/01/2020 17:01
>>Le roi de Jordanie réaffirme l'importance de la stabilité de l'Irak
>>Les ministres des AE irakien, égyptien et jordanien se rencontrent à Bagdad

La Jordanie réaffirme son plein soutien à la stabilité et à la sécurité de l'Irak, a déclaré mardi 21 janvier le ministre des Affaires étrangères Ayman Safadi. M. Safadi a tenu ces propos à l'occasion d'une rencontre à Amman avec le président du Parlement irakien, Mohammad al-Halbousi. Les discussions entre les deux parties se sont concentrées sur les relations bilatérales et les développements dans la région, ainsi que les efforts déployés en vue d'une désescalade dans la zone, selon un communiqué du ministère. Le chef de la diplomatie jordanienne a également exprimé le soutien de son pays au processus de reconstruction de l'Irak et à sa lutte contre les groupes terroristes.
 

Xinhua/VNA/CVN
22/01/2020 17:00
>>Israël frappe Gaza après des tirs de roquettes, un Palestinien tué
>>La Palestine s'oppose au projet israélien d'annexion de la Cisjordanie

La secrétaire générale adjointe de l'ONU aux affaires politiques, Rosemary DiCarlo, a réitéré mardi 21 janvier que toutes les colonies de peuplement dans les territoires palestiniens occupés par Israël sont illégales. "Je réitère que toutes les colonies sont illégales au regard du droit international et demeurent un obstacle à la paix", a déclaré Mme DiCarlo lors du débat ouvert trimestriel du Conseil de sécurité sur la situation au Moyen-Orient, y compris la question palestinienne. "L'annexion de tout ou partie de la zone C, si elle était mise en œuvre, porterait un coup dévastateur au potentiel de relance des négociations, à la progression de la paix régionale et à l'essence de la solution à deux États", a-t-elle ajouté. En vertu des accords d'Oslo signés dans les années 1990, la Cisjordanie est divisée en trois zones : La zone A sous contrôle palestinien, la zone B sous contrôle conjoint palestinien et israélien, et la zone C sous contrôle israélien total. La zone C représente plus de 60% des 5.655 kilomètres carrés de la Cisjordanie.


Xinhua/VNA/CVN
22/01/2020 16:52
>>Le ministre japonais des AE attendu en Russie pour un traité de paix
>>Un travail méticuleux attend les pourparlers de paix Russie - Japon

Des navires de la Flotte russe de la Baltique et de la Force maritime d'autodéfense japonaise tiennent leurs premiers exercices anti-pirateries conjoints dans la mer d'Arabie, a déclaré mardi 21 janvier le ministère russe de la Défense. Le patrouilleur Iaroslav Moudri, le pétrolier Elnya et le remorqueur naval Viktor Konetski participent aux exercices côté russe, accompagnés du destroyer japonais Harusame, a précisé le ministère dans un communiqué. Mardi 21 janvier, ces navires ont effectué un exercice de libération d'un vaisseau capturé par de faux pirates, dont le rôle a été joué par le pétrolier russe. Après avoir supprimé les pas de tir des faux pirates, les équipages du Iaroslav Moudri et du Harusame ont attaqué le navire et neutralisé les ravisseurs en quelques minutes seulement et libéré l'équipage de l'Elnya, selon le communiqué. Plus tard dans la journée, les matelots russes et japonais effectuent des tirs conjoints de petite artillerie et de mitrailleuses lourdes contre une cible en mer, préparée et installée au préalable par l'équipage du remorqueur russe. Ensuite, des hélicoptères de l'aviation navale des navires russes et japonais exécutent des vols croisés en atterrissant sur le pont de leur partenaire.
 
Xinhua/VNA/CVN
22/01/2020 16:52
>>Comment la France tente d'éviter les sanctions américaines
>>Paris et Washington proches d'un accord sur la taxe numérique

La France envisage de suspendre son impôt sur les grandes entreprises du numérique baptisé taxe GAFA (Google, Apple, Facebook, Amazon) au cœur d'un bras de fer avec les États-Unis afin de trouver un accord international au sein de l'OCDE. "Je crois que nous sommes dans la bonne direction et que les deux présidents Macron et Trump ont donné une impulsion importante à cette négociation entre les États-Unis et la France qui dure depuis plusieurs semaines", a déclaré, mardi 21 janvier à Bruxelles, Bruno Le Maire, le ministre français de l'Économie qui doit rencontrer ce mercredi 22 janvier à Davos le secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin et le secrétaire général de l'OCDE Angel Gurria, lors du Forum économique mondial. Dans un tweet publié lundi soir 20 janvier le chef de l'État français a évoqué une "excellente discussion" sur la fiscalité du numérique avec son homologue américain Donald Trump. "Nous allons travailler ensemble sur un bon accord pour éviter toute escalade des tarifs", a-t-il écrit.

 
Xinhua/VNA/CVN
21/01/2020 15:28

>>Le Maroc et l'Italie signent une déclaration de partenariat stratégique
>>Le Maroc et la Chine envisagent de développer des partenariats innovants

L'inspecteur général des des forces armées royales marocaines (FAR), le général de corps d'armée Abdelfattah Louarak, a reçu lundi 20 janvier à Rabat le général de corps d'armée Hans-Werner Wiermann, directeur général de l'état-major militaire international de l'OTAN. Selon un communiqué des FAR, les entretiens entre les deux responsables ont porté sur la coopération militaire entre l'armée marocaine et le commandement militaire de l'OTAN. À cet effet, les deux responsables, qui ont exprimé leur satisfaction quant à la qualité, la solidité, l'excellence et la durabilité de cette coopération bilatérale, ont réitéré leur volonté commune de la renforcer et de l'approfondir davantage à travers le partage d'expériences et d'expertises, ajoute la même source. La coopération militaire entre les deux parties englobe des réunions et visites de haut niveau, des stages de formation, des échanges de visites d'information, des escales de groupes maritimes de l'OTAN, et une participation aux différents entraînements, explique le communiqué. La visite de Hans-Werner Wiermann entre dans le cadre des préparatifs à l'exercice régional de l'OTAN "REGEX 20" qui se tiendra cette année au Maroc en novembre 2020, selon la même source. Le Maroc et l'OTAN entretiennent depuis 1994 une coopération militaire dans le cadre du Dialogue méditerranéen.


Xinhua/VNA/CVN

21/01/2020 15:28

>>Yémen : plus de 100 morts dans une attaque contre les troupes propouvoir
>>Yémen : 83 soldats tués dans une attaque attribuée aux rebelles

L'envoyé spécial des Nations unies pour le Yémen, Martin Griffiths, a condamné l'escalade militaire qui touche le pays après des mois de calme relatif. L'escalade militaire est de retour au Yémen. Des frappes aériennes, des tirs de missiles et des attaques au sol auraient eu lieu dans les gouvernorats de Sanaa, Sa'dah et Marib, a indiqué le Bureau de l'envoyé spécial. Une attaque aérienne qui aurait frappé le camp militaire d'Al-Estiqbal dans la ville de Marib, à 120 kilomètres à l'est de la capitale Sanaa, a tué 83 soldats progouvernementaux. Une action jugée "particulièrement préoccupante", a souligné le Bureau de l'envoyée onusien dans un communiqué. "J'ai déjà dit que les progrès durement gagnés que le Yémen a accompli en matière de désescalade sont très fragiles", a averti M. Griffiths. "De telles actions peuvent faire dérailler ces progrès". L'envoyé spécial a exhorté toutes les parties à arrêter l'escalade "maintenant" et de retirer leur énergie du front militaire pour le rediriger vers les efforts politiques. "Les tables de négociation sont plus efficaces que les champs de bataille pour résoudre le conflit", a rappelé M. Griffiths.


Xinhua/VNA/CVN

21/01/2020 15:24

>>France: 270 cocktails Molotov et des explosifs découverts dans un immeuble
>>Attentat déjoué en Afghanistan: au moins 16 morts dans le désamorçage d'un véhicule piégé

Sept hommes suspectés de préparer un attentat ont été interpellés lundi 20 janvier à Brest, en Bretagne, selon la radio Europe 1 citant une source judiciaire. L'opération a été menée dans la matinée par la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), dans le cadre d'une information judiciaire "pour association de malfaiteurs terroriste criminelle". Les sept suspects, nés entre 1981 et 1991, projetaient de mener une action violente et de partir en zone irako-syrienne, selon cette même source. Certains d'entre eux étaient fichés S (pour Sûreté de l'État), pour appartenance à la mouvance islamiste radicale. Les sept suspects sont en garde à vue. L'enquête doit déterminer l'état d'avancement de leur projet d'action violente et de départ. Aucune information n'a été communiquée sur les cibles éventuelles. 


Xinhua/VNA/CVN

21/01/2020 15:01

>>Réfugiés et déplacés : 65,3 millions en 2015, nouveau record mondial

Quelque 6.326 personnes ayant fui les dernières violences survenues à al-Genaïna au Soudan ont trouvé refuge dans l'Est du Tchad, selon un communiqué publié lundi 20 janvier par le bureau local du Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR). Ces réfugiés sont arrivés en plusieurs vagues successives et se sont éparpillés dans plusieurs villages du département tchadien d'Assoungah (Est). Parmi eux, plus de 90% sont des femmes, des enfants et des personnes âgées, d'après le communiqué. C'est à partir de lundi 20 janvier que le HCR va débuter leur pré-enregistrement. L'opération devrait durer quelques jours afin de garantir la fiabilité des données pour une meilleure planification des interventions humanitaires, précise le communiqué. Le Tchad compte déjà plus de 465.000 réfugiés et demandeurs d'asile dont 342.406 Soudanais installés dans l'Est du pays, selon le HCR.


Xinhua/VNA/CVN

21/01/2020 15:00

>>Bœing abattu en Iran : des arrestations, l'indignation perdure
>>L'Iran reconnaît finalement avoir abattu l'avion ukrainien par "erreur"

L'avion de passagers ukrainien qui s'était écrasé peu après son décollage de la capitale iranienne Téhéran le 8 janvier avait été atteint par deux missiles à courte portée de type TOR-M1, a révélé la chaîne de télévision d'État iranienne IRIB mardi 21 janvier. "Deux missiles TOR-M1 ont été tirés contre l'appareil depuis le Nord", a déclaré la chaîne de télévision, citant le dernier rapport en date de l'Organisation iranienne de l'aviation civile. "La façon dont les missiles ont provoqué l'accident et l'analyse de cette mesure sont à l'étude", a ajouté IRIB. Le Boeing 737-800 de la compagnie ukrainienne UIA qui avait décollé de Téhéran à destination de Kiev s'était écrasé près de l'aéroport international Imam Khomeini, tuant la totalité des 176 passagers et membres d'équipage à son bord. Trois jours plus tard, les forces armées iraniennes ont confirmé que l'avion de ligne avait été abattu "involontairement" par l'armée, car il avait été "pris à tort pour une cible ennemie" évoluant à proximité d'un "site militaire sensible appartenant au Corps des Gardiens de la Révolution islamique (CGRI)" iranien. La tragédie a eu lieu dans un contexte de tensions accrues entre l'Iran et les États-Unis. Quelques heures auparavant, l'Iran avait tiré des missiles sur deux bases abritant des troupes américaines en Irak, en représailles pour l'exécution par les États-Unis du général Qassem Soleimani, le commandant de la force d'élite al-Qods du CGRI.


Xinhua/VNA/CVN

21/01/2020 15:00

>>Au moins de 11 morts dans un accident de la route au Mexique
>>Chine : quatre morts dans l’accident d’un autocar

Un accident de bus a fait 20 blessés mardi 21 janvier parmi des touristes chinois, dont deux sont dans un état grave, sur une route panoramique entre Glenorchy et Queenstown en Nouvelle-Zélande. C'est l'ambassade de Chine en Nouvelle-Zélande qui a confirmé que les blessés faisaient partie d'un groupe de touristes chinois. Des ambulances, des hélicoptères de secours et des voitures de police ont été dépêchés sur les lieux, tandis que la route a été fermée. Glenorchy, une petite ville pittoresque et l'une des destinations touristiques les plus prisées de Nouvelle-Zélande, est située à 45km de Queenstown dans l'île du Sud.


Xinhua/VNA/CVN

20/01/2020 23:50

>>Au moins cinq personnes tuées et 15 enfouies dans l'effondrement d'une mine
>>Indonésie: au moins huit personnes tuées dans des glissements de terrain

Sept personnes sont mortes noyées et trois autres sont portées disparues après l'effondrement d'une passerelle tenue par des câbles, sur l'île de Sumatra en Indonésie, a indiqué l'agence nationale de gestion des catastrophes lundi 20 janvier. Dimanche 19 janvier, quelque 30 personnes, essentiellement des jeunes, se trouvaient sur cette passerelle pour piétons récemment construite dans le district de Kaur. Certains d'entre eux ont été entraînés dans le courant, tandis que d'autres sont parvenus à s'accrocher. "La passerelle n'a probablement pas pu supporter le poids et s'est écroulé. Sept personnes sont mortes et trois autres sont encore recherchées", a indiqué Ujang Syafiri, le chef de l'agence de gestion des catastrophes, lundi 20 janvier. Des jeunes ont été sauvés, et les services de secours recherchent des victimes portées disparues dans un rayon de 20 kilomètres. La région a été frappée par des pluies violentes ces derniers jours et le cours d'eau que surplombait la passerelle était en crue, avec de forts courants, selon l'agence. Plusieurs zones du vaste archipel d'Asie du Sud-Est ont subi des pluies torrentielles en cette période de saison des pluies.


APS/VNA/CVN
Espace francophone
“Mémoires de Hôi An”, retour sur les origines