04/09/2015 17:44
La Banque centrale européenne (BCE) s'est montrée préoccupée le 3 septembre par la dégradation des perspectives de croissance et d'inflation en zone euro, tout en affirmant ne se fixer "aucune limite" dans son soutien à l'économie de la région.
>>La Grèce a remboursé à la BCE les 3,4 mds d'euros qu'elle lui devait
>>Les députés grecs débattent de l'accord, Berlin a encore des "questions"

"Tout récemment, de nouveaux risques sont apparus pour les perspectives de croissance et d'inflation" en zone euro, a déclaré lors de sa conférence de presse régulière le président de l'institution Mario Draghi, qui fêtait ce même jour son soixante-huitième anniversaire.

Le président de la Banque centrale européenne Mario Draghi à Francfort en Allemagne, le 25 juin.
Photo : AFP/VNA/CVN

L'Italien s'est inquiété d'un essouflement des économies émergentes, et notamment de la Chine où les signes de ralentissement ont provoqué ces dernières semaines de vives turbulences sur les marchés financiers mondiaux. Il a par ailleurs pointé du doigt la baisse des cours du pétrole, qui pourrait tirer les prix en territoire négatif ces prochains mois.

Ces développements peuvent-ils avoir des conséquences négatives sur le long terme pour l'économie européenne ou ne sont-ils que des remous transitoires ? Il est encore "trop tôt" pour répondre à cette question, a estimé le banquier central.

Les économistes de la BCE n'en ont pas moins révisé à la baisse leurs projections d'inflation et de croissance en zone euro pour cette année suivante et les deux suivantes.

M. Draghi a réaffirmé "la volonté et la capacité (de la BCE, ndlr) à agir, si nécessaire, en utilisant tous les instruments disponibles dans le cadre de son mandat", et notamment en accélérant le rythme de son vaste programme de rachat de titres lancé début mars.

Politique monétaire "flexible"

Dans le cadre ce "QE", acronyme anglo-saxon désignant ce programme, la BCE rachète chaque mois quelque 60 milliards d'euros de dettes - principalement publiques - et vise au total 1.140 milliards d'euros de rachats d'ici septembre 2016.

Ce programme dispose de "flexibilité concernant ta taille, sa compositon et sa durée", a rappelé M. Draghi, évoquant d'ores et déjà la possibilité de l'étendre au-delà de septembre 2016 "si nécessaire".

Et "il n'y a pas spécialement de limites dans la capacité qu'a la BCE d'augmenter la voilure de sa politique monétaire", à part celles de son mandat, a assuré le banquier central.

En ouvrant grand la porte une action encore plus vigoureuse, M. Draghi a fait la joie des marchés : les Bourses européennes ont toutes fortement grimpé après son intervention, et l'euro cédait du terrain par rapport au dollar.

M. Draghi a précisé que le conseil des gouverneurs n'avait pas discuté cette semaine d'élargissement du "QE". "Nous n'en sommes pas encore là", a-t-il dit.

L'institution monétaire s'est d'ailleurs contentée d'un ajustement purement technique du "QE", en élargissant le plafond par pays de dette souveraine qu'elle peut acquérir pour chaque émission obligataire.

AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Bravo aux lauréats du concours «Jeunes Reporters Francophones»

Bientôt la Semaine verte du tourisme et du patrimoine à Hanoï La deuxième édition de la Semaine verte du tourisme et du patrimoine - l’endroit de rencontre des hommes et de la nature se déroulera du 21 au 23 novembre dans le centre de la culture et des arts du Vietnam (N°2, rue Hoa Lu) à Hanoï.