18/08/2017 18:24
Plus de 400 personnes ont trouvé la mort dans les inondations catastrophiques qui ont frappé lundi 14 août la Sierra Leone et 600 personnes sont toujours portées disparues, a déclaré vendredi 18 août un haut responsable de la Croix-Rouge.

>>La Sierra Leone pleure ses morts, dont une centaine d'enfants, emportés par les inondations
 

Sépultures vides en attente des cercueils des victimes des inondations, le 17 août au cimetière de Waterloo, près de Freetown, en Sierra Leone.
Photo : AFP/VNA/CVN


"Aujourd'hui, nous dénombrons plus de 400 morts", a déclaré le secrétaire général de la Fédération internationale de la Croix-Rouge et du Croissant Rouge, Elhadj As Sy, devant des journalistes à Genève. Il a ajouté que la Sierra Leone était confrontée à une crise "qui dépasse ses capacités", et appelé la communauté internationale à apporter son aide. Touchées par cette catastrophe, les personnes déplacées à Freetown dorment toujours dehors "car il n'y pas suffisamment d'abris pour tout le monde".

Il a ajouté que la Croix-Rouge allait lancer un appel pour récolter des fonds en urgence, soulignant qu'il allait falloir "combiner les efforts de tout le monde" pour répondre à la crise née de cette catastrophe.

Les habitants de Freetown - capitale surpeuplée de quelque 1,2 million de personnes d'un des pays les plus pauvres au monde - ont été surpris dans leur sommeil dans la nuit de dimanche à lundi quand, après trois jours de pluies torrentielles, des torrents de boue ont envahi les rues et que des pans de collines se sont effondrés sur les habitations.

Dans l'immédiat, les autorités et les agences internationales vont devoir éviter la propagation de maladies qu'entraînent habituellement les inondations, comme la dysenterie et le choléra.

AFP/VNA/CVN


 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Une journée au Musée des vestiges deguerre à Hô Chi Minh-Ville

Capturer de beaux moments avec les marguerites Daisy de Hanoï Entre la mi-novembre et la mi-décembre, quand Hanoï ressent les premiers vents hivernaux, c’est la pleine saison des marguerites Daisy (Astéracées). En cette période, ce serait une faute de goût de ne pas acheter un bouquet. Mais pour une expérience plus romantique, rien ne vaut une balade dans un champ de fleurs en banlieue.