03/10/2017 11:48
Le groupe canadien CGI, cinquième fournisseur mondial de services informatiques qui emploie déjà 10.500 personnes en France, va recruter "plus de 2.500 professionnels" supplémentaires en 2018 dans l'Hexagone, a-t-il annoncé lundi 2 octobre.

Serge Godin, patron et fondateur du groupe canadien CGI, cinquième fournisseur mondial de services informatiques, le 12 septembre à Lyon.
Photo : AFP/VNA/CVN
"Nous avons de grandes ambitions pour les années à venir, et cela se reflète dans notre plan d'investissements 2018 qui va nous permettre de renforcer notre empreinte sur le marché", a déclaré dans un communiqué Jean-Michel Baticle, le président de CGI en France, au Luxembourg et au Maroc.

En 2016, le groupe a réalisé 981 millions d'euros de chiffre d'affaires combiné dans ces trois pays avec une croissance de 10,5% sur les 9 premiers mois de l'exercice 2017.

CGI veut entre autre renforcer son offre de conseil informatique sur l'ensemble du territoire.

Le groupe veut également développer ses solutions informatiques exclusives, comme Apila, son application d'aide au stationnement.

Il veut aussi renforcer ses activités dans le sud de la France autour de l'aéronautique et du transport.

CGI a été créé il y a 41 ans par le Québécois Serge Godin, président exécutif du groupe.

Depuis le groupe a doublé de taille tous les trois ou quatre ans pour atteindre un chiffre d'affaires de 7,3 milliards d'euros en 2016.

CGI vient d'inaugurer à Lyon un centre d'excellence mondial dédié à la numérisation de la chaine d'approvisation logistique.

Il avait déjà ouvert à Lille un premier centre mondial d'excellence d'informatisation de la distribution.

AFP/VNA/CVN


 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Ressusciter les estampes populaires de Kim Hoàng

Les vestiges de la citadelle de Thanh Chiêm à Quang Nam La citadelle de Thanh Chiêm est située à Diên Phuong, dans la province centrale de Quang Nam. Vestige historique national, elle était, sous la dynastie des Nguyên (1802-1945), considérée comme la capitale satellite de Huê et le centre politique, militaire, économique et culturel du Sud. Aujourd’hui, l’édifice est en ruine mais les autorités ont décidé de faire de Thanh Chiêm une nouvelle destination touristique.