18/02/2018 11:30
Avec la révolution industrielle 4.0, les besoins du marché du travail évoluent rapidement et sont difficiles à anticiper. Comment l’université prépare ses étudiants au monde du travail ? Avis des gestionnaires et spécialistes de l’éducation.
>>Les jeunes à l’heure de la révolution industrielle 4.0
>>Le secteur textile face aux défis de la 4e révolution industrielle
>>Découvrir les industries intelligentes, définir l’économie du futur

Pour s’adapter à la 4e révolution industrielle, le Vietnam devra restructurer son système d’éducation et de formation.
Photo : VNA/CVN

Développer les capacités d’adaptation

Docteur Duong Anh Duc, directeur du Service de l’information et de la communication de Hô Chi Minh-Ville

À l’ère de la révolution industrielle 4.0, les frontières entre les disciplines ne sont plus aussi claires qu’auparavant. Il y a des interactions mutuelles. Raison pour laquelle, il faut changer les programmes de formation, en ajoutant raisonnablement les connaissances des autres disciplines. Par exemple, les étudiants du groupe C (c’est-à-dire, les étudiants en littérature, histoire et géographie) doivent comprendre les connaissances de base du groupe A (mathématiques, physique et chimie) et inversement.

Quand elles élaborent les programmes de formation, les universités doivent bien peser les intérêts à court et à long termes. Il est nécessaire de développer les capacités d’adaptation des étudiants pour qu’ils puissent répondre aux exigences des recruteurs. Cependant, si les universités n’enseignent que les compétences spécifiques, en oubliant les connaissances de base, à long terme, leurs étudiants seront écartés et éliminés par le tourbillon technologique.

Bien se préparer pour saisir les opportunités

Docteur Thoai Nam, chef du Département des sciences et technologies informatiques

La révolution industrielle 4.0 est à la fois un défi et une opportunité pour les universités. L’écart entre les universités au Vietnam et celles des pays asiatiques diminuera ou augmentera de manière significative en fonction de la politique appliquée par l’État et de chaque université. Et cette dernière doit bien préparer le terrain et s’adapter à cette nouvelle période.

Dans ce contexte et pour chaque établissement, quatre éléments sont intimement liés : les ressources humaines, la formation, la recherche et le processus d’auto-changement. Ce dernier prend place dans de nombreux aspects différents, tels que l’innovation dans la gestion, l’évaluation exacte de la valeur du renouveau et de l’innovation, la philosophie sur la formation, l’investissement dans les infrastructures au service des technologies de l’information et le laboratoire de recherche avancé.

Il est nécessaire de développer les capacités d’adaptation des étudiants pour qu’ils puissent répondre aux exigences des recruteurs.
Photo : VNA/CVN

Accumuler des crédits internationaux

Docteur Vu Hai Quân, directeur adjoint de l’Université nationale de Hô Chi Minh-Ville

La première chose à faire - et la plus importante - est de sensibiliser les étudiants et de les rendre plus adaptables aux nouvelles technologies, aux nouveaux modèles de production ou d’affaires. Les établissements universitaires devront ainsi réviser leurs contenus et méthodes d’enseignement pour s’adapter à cette nouvelle donne.

Dans un futur proche, les étudiants accumuleront des crédits ECTS des universités aux quatre coins du monde, via des cours en ligne. Cela signifie que le diplôme qu’un étudiant obtient d’une université comprendra aussi des connaissances d’autres universités.

Élaborer le programme de formation d’orientation 4.0

Lê Tri Tin, spécialiste du système industriel 4.0 de Bosch Rexroth, relevant du groupe allemand Bosch

Pour répondre aux besoins de formation des ressources humaines dans l’avenir au service de la révolution industrielle 4.0, les universités vietnamiennes doivent élaborer progressivement des programmes de formation en conformité avec cette révolution, en examinant les éléments que sont l’orientation professionnelle et les compétences connexes, l’investissement dans les équipements pour les études et l’enseignement sans oublier, bien évidemment, d’enrichir les connaissances et compétences connexes du contingent d’enseignement et de recherche.

En parallèle à cette activité, les universités devront coopérer avec les grandes entreprises multinationales spécialisées dans la fourniture de solutions i4.0 pour la réalisation du processus de transfert de technologies, de formations, de recherches, de développement des applications dans la réalité.

L’éducation orientée vers la révolution industrielle 4.0 devra être appliquée non seulement dans l’enseignement supérieur mais aussi dans les enseignements primaire et secondaire. Parce que les compétences et les connaissances avancées doivent s’accumuler peu à peu et se construire à partir des fondements de base. Une chose est sûre : le défi s’annonce immense si l’on ne se concentre que sur l’édification du modèle de l’enseignement supérieur en négligeant le modèle de l’enseignement général.

Créer une base de connaissances

Docteur Nguyên Van Thu, directeur de l’Université des transports et communications de Hô Chi Minh-Ville

L’enseignement universitaire doit créer une base de connaissances pour les étudiants. Concernant les connaissances spécifiques, l’apprenant doit les assimiler tout au long de sa vie pour se conformer et s’adapter à la réalité. Enfin, il est important que les établissements universitaires proposent des programmes plus flexibles, en assurant une connaissance des questions d’actualité, en s’orientant vers le développement des compétences qui concordent avec la révolution industrielle 4.0 mais aussi en prônant le développement de la pensée systématique et interdisciplinaire.
 
Phuong Nga/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Deux ophtalmologues suisses en mission bénévole à Hanoï

L’hôtel Saigon - Ha Long, un 4 étoiles au cœur de la baie La célèbre baie de Ha Long, située à Quang Ninh (Nord), est classée parmi les sept nouvelles merveilles de la nature du monde. L’hôtel Saigon - Ha Long, relevant du voyagiste Saigontourist, est l’un des premiers hôtels de luxe à s’y implanter.