11/02/2019 23:23
Une centaine de personnes ont succombé à de l'alcool frelaté au cours du week-end en Inde, déclenchant une vaste opération policière contre les distilleries clandestines, ont rapporté lundi 11 février les autorités et la presse locales.
>>En Inde, une rigoureuse prohibition d'alcool dans le Bihar
>>Alcool frelaté en Inde : au moins 12 morts
>>Inde : 100 morts après la consommation d'alcool frelaté à Bombay

Une fillette est examinée le 10 février, dans un hôpital à Ahmedabad après avoir été intoxiquée. Photo: AFP/VNA/CVN

De nombreuses victimes restent hospitalisées dans une zone à cheval sur les États d'Uttar Pradesh et d'Uttarakhand (Nord), située à 150 kilomètres au Nord de la capitale New Delhi, région qui a enregistré une avalanche de décès dus à l'alcool clandestin depuis vendredi soir 8 février .

D'après les médias indiens, le bilan s'élève à 116 morts depuis vendredi et pourrait être amené à s'alourdir. Plus de 3.000 personnes soupçonnées d'être liées à la contrebande d'alcool ont été arrêtées en réponse à cette hécatombe, ont indiqué les autorités d'Uttar Pradesh.

"La plupart des morts sont survenues au cours du week-end et de nombreuses personnes des villages alentour sont traitées dans les hôpitaux locaux", a déclaré à l'AFP Shailendra Kumar Sharma, porte-parole de la police du district de Saharanpur en Uttar Pradesh, qui a recensé 59 décès.

Des centaines d'Indiens pauvres meurent chaque année après avoir consommé de l'alcool frelaté bon marché. Les contrebandiers ajoutent souvent du méthanol - un alcool hautement toxique parfois utilisé comme antigel - dans leur breuvage afin de le corser.

Des cinq milliards de litres d'alcools bus chaque année en Inde, environ 40% sont produits illégalement, selon l'International Spirits and Wine Association of India.

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Bac Hà, une destination au fort potentiel

Des bulles touristiques dans le Sud Vietnam L’épidémie de COVID-19 étant désormais sous contrôle, le tourisme revit à Hô Chi Minh-Ville. Après des circuits fermés vers Cu Chi et Cân Gio, en banlieue de la ville, c’est maintenant toute la région du Sud qui se rouvre aux touristes saigonnais.