08/04/2020 18:50

Environ 400 millions de travailleurs indiens exerçant des activités économiques informelles risquent de sombrer dans la pauvreté, durant le confinement décrété pour freiner la propagation du COVID-19, selon un rapport de l'Organisation internationale du Travail (OIT). Les mesures du confinement imposées depuis le 25 mars dernier en Inde ont eu un impact significatif sur les travailleurs, forçant la quasi-totalité parmi eux à retourner dans leurs villages d’origines situés pour la plupart en milieu rural, souligne le document publié mardi 7 avril. Sans mesures politiques appropriées, les travailleurs courent un risque élevé de tomber dans la pauvreté et auront des grandes difficultés à retrouver leurs moyens de subsistance pendant la période de reprise, note l'OIT. Dans les pays à revenu faible et intermédiaire, les secteurs durement touchés comptent une forte proportion de travailleurs dans les secteurs informels ayant un accès limité aux services de santé et à la protection sociale, explique la même source. Les secteurs en question comprennent notamment le commerce de détail, l'hébergement, la restauration, la fabrication et le tourisme. L'OIT estime que 1,25 milliard de travailleurs, soit près de 38% de la main-d'œuvre mondiale, sont employés dans des secteurs qui sont aujourd'hui confrontés à une forte baisse de la production. La pandémie de COVID-19, précise le rapport, a affecté 2,7 milliards de travailleurs dans le monde en raison de la suspension d’un large éventail d’activités économiques.

APS/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
L’originalité des villages de broderie du Vietnam

Post-COVID-19 : le delta du Mékong redynamise le tourisme L’Association du tourisme du delta du Mékong a lancé récemment à Cân Tho un programme promotionnel afin de relancer le secteur touristique local, sévèrement frappé par la pandémie de coronavirus.