16/10/2017 13:26
Trois morts au Portugal, frappé par un nombre record de feux de forêts, deux en Galice en Espagne : les incendies ont touché la péninsule ibérique dimanche 15 octobre, provoqués par la sécheresse et pour certains par des pyromanes.
>>Les flammes ravagent toujours le Centre du Portugal
>>Le Portugal peine à maîtriser les feux de forêt
>>Portugal : 13 morts dans la chute d'un arbre à Madère

Un pompier lutte contre les flammes à Vigo, en Espagne, le 15 octobre.
Photo : AFP/VNA/CVN

Les trois morts au Portugal ont été recensés pour deux d'entre eux dans une grange près de Penacova, pour le dernier à Serta, deux villes du centre du pays, selon le porte-parole de l'Autorité nationale de protection civile, Patricia Gaspar, qui a précisé que 25 personnes avaient également été blessées.

Au total, plus de 440 incendies ou départs de feu avaient été signalés à travers le Portugal dimanche jusqu'à 22h00 locales (21h00 GMT), soit "la pire journée depuis le début de l'année", avait commenté Mme Gaspar en fin d'après-midi, alors que le décompte en était encore à 300 foyers.

Plus d'une centaine de feux étaient encore actifs dans la nuit, mobilisant quelque 6.000 pompiers. Et la circulation a été coupée sur trois autoroutes, dont celle qui relie Lisbonne à Porto, la grande ville du Nord du pays.

Cette vague d'incendies est due à "des températures nettement au-dessus de la moyenne pour la saison et à l'effet accumulé de la sécheresse qui se fait sentir quasiment depuis le début de l'année", a expliqué Mme Gaspar.

Près de 216.000 hectares de végétation étaient déjà partis en fumée au Portugal entre début janvier et fin septembre, selon une estimation de l'Institut de la conservation de la nature et des forêts.

''Des incendies volontaires, prémédités''

La population forme une chaîne humaine pour aider les pompiers dans leur lutte contre les incendies, le 15 octobre à Vigo, en Espagne.
Photo : AFP/VNA/CVN

En 2003, la surface brûlée avait atteint un record de près de 426.000 hectares, mais l'année 2017 restera marquée par l'incendie le plus meurtrier de l'histoire du pays avec le gigantesque brasier qui s'est déclaré le 17 juin près de Pedrogao Grande (centre), faisant 64 morts et plus de 250 blessés.

Du côté espagnol, ce n'est pas la sécheresse mais bien l'homme qui est en accusation pour les 17 incendies qui ont fait deux morts en Galice, dans le nord-ouest du pays, mobilisant quelque 350 pompiers aidés par 200 soldats.

Les deux victimes ont péri piégées dans leur véhicule près de Nigran, alors qu'elles essayaient de fuir, a annoncé le maire de cette ville à la télévision : "Cela a été très soudain, c'était fou", a-t-il commenté.

Plusieurs de ces incendies ont été déclenchés de manière intentionnelle, a accusé le chef du gouvernement régional de Galice, Alberto Nunez Feijoo : "Il s'agit d'incendies volontaires, prémédités, déclenchés par des personnes qui savaient ce qu'elles faisaient", a-t-il déclaré à des journalistes.

Cinq incendies près de la ville portuaire de Vigo ont provoqué l'évacuation d'un centre commercial et d'une usine PSA Peugeot Citroën. Le trafic ferroviaire a été suspendu entre Vigo et Barcelone, a annoncé de son côté l'entreprise publique de chemin de fer Renfe, alors que plusieurs routes ont également été fermées.

Si ces incendies étaient attisés dimanche 15 octobre par des rafales de vent de 90 km/h liées à l'ouragan Ophelia en route vers les côtes irlandaises, les autorités espèrent que la météo qui annonce pluie et températures plus douces à partir de lundi matin 16 octobre aidera les pompiers à venir à bout des foyers encore en activité.

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
L’agriculture bio, une tendance inéluctable au Vietnam

Quid du tourisme durable en 2018 ? Alors que 2017, proclamée "Année internationale du tourisme durable pour le éveloppement" par les Nations unies, a touché à sa fin, le bilan est fait et les perspectives pour 2018 sont prévues.