30/09/2019 08:24
La "transparence totale" : Premier ministre en tête, le gouvernement promet de transmettre toutes les analyses de la pollution engendrée par l'incendie de l'usine chimique Lubrizol de Rouen alors que l'inquiétude était toujours de mise en Normandie, et jusque dans les Hauts-de-France où une centaine de communes auraient été "impactées par les retombées du panache de fumée".
>>Incendie de Rouen : des députés réclament une enquête parlementaire
>>À Rouen, l'incendie de l'usine chimique éteint, les inquiétudes demeurent

Capture d'une video réalisée par les pompiers de l'incendiem le 27 septembre à Rouen. Photo : AFP/VNA/CVN

En déplacement dans le Morbihan à l'Université du MoDem, le Premier ministre Edouard Philippe a assuré dimanche 29 septembre que "pour faire face à l'inquiétude légitime des populations, il n'y a qu'une solution : le sérieux et la transparence complète et totale".

"Nous avons souhaité faire en sorte que tout ce qui est su, que toutes les analyses qui sont réalisées soient rendues publiques", a fait valoir Édouard Philippe, originaire de Normandie (Le Havre).

Samedi 28 septembre, au cours d'une conférence de presse fleuve - près de 01h30 - le préfet de Normandie, Pierre-André Durand, avait présenté les résultats de différentes analyses, dont celles très attendues concernant une éventuelle pollution atmosphérique. Il avait évoqué "une situation normale" de la qualité de l'air, sauf sur le site de Lubrizol (présence de benzène), tout en rappelant plusieurs décisions concernant l'agriculture, notamment "un gel" des récoltes, appliquant le principe de précaution.

Le préfet avait aussi assuré que les analyses seraient publiées sur le site de la préfecture. Chose faite dans la soirée, avec pas moins de quatre communiqués de la préfecture et la publication de données parfois absconses, comme "les résultats d'analyse des gaz prélevés sur canisters".

Car, plus de trois jours après l'incendie spectaculaire de cette usine classée Seveso seuil haut implantée à 3 km de la cathédrale de Rouen, les images de l'incendie et de l'impressionnant nuage noir sont encore dans toutes les têtes, les gens s'interrogeant sur les conséquences sanitaires et environnementales.

Des témoignages font état de suies, probablement issues du nuage noir, dans l'Aisne, l'Oise et même à Lille, conduisant l'Agence régionale de santé des Hauts-de-France à demander aux habitants de signaler aux différents services "la présence de retombées sous forme de suie".

Les autorités d'une centaine de communes ont interdit "à titre conservatoire" la récolte des cultures et des denrées alimentaires d'origine animale en raison des retombées de suie occasionnées par le nuage qui "sont susceptibles de présenter un risque de santé publique".

Le lait, le miel collectés et les œufs d'élevage en plein air pondus depuis jeudi 26 septembre "sont consignés sous la responsabilité de l’exploitant jusqu'à l'obtention de garanties sanitaires sur les productions, sur la base de contrôles officiels," peut-on lire dans les arrêtés des préfectures publiés dimanche 29 septembre.

Crainte du monde agricole 

Dimanche, le ministre de l’Économie et des Finances, Bruno Le Maire, a jugé dimanche 29 septembre qu'il serait "utile" de revoir les règles d'implantation des usines sensibles.

Dès samedi 28 septembre, plusieurs syndicats, dont la CGT et Solidaires, mais aussi des associations écologistes (Greenpeace, France nature environnement) avaient appelé à manifester mardi 1er octobre à 18h00 devant le palais de justice de Rouen, exigeant "une transparence complète" sur cet accident industriel. Dans un communiqué commun, ils regrettent que "la liste des produits qui ont brûlé n’ait pas été communiquée".


La CGT rappelle en outre que "par le passé, la préfecture de Rouen puis la ministre de l'Ecologie avaient déjà caché des informations sur les risques encourus notamment lors de l'épisode du nuage de Mercaptan en 2013" après un incident dans cette même usine, "en ne diffusant pas les informations nécessaires sur la composition du nuage et sur les risques pour la population".

Et dans la soirée, plusieurs députés de gauche ont réclamé une commission d'enquête parlementaire. "Il faut toute la vérité sur #Lubrizol. Comme pour #AZF il y a 17 ans, une commission d’enquête parlementaire doit être ouverte dès la semaine prochaine", a plaidé Olivier Faure, numéro un du PS, sur Twitter.

Sur France 3 dimanche 29 septembre, la présidente du Rassemblement national Marine Le Pen s'est interrogée "sur la qualité des contrôles effectués" dans cette usine chimique.

"Il y a une dérive dans notre pays qui consiste à transmettre à des structures privées le soin d'assurer le contrôle de toute une série de structures dangereuses. C'est à l'État de le faire. L'État est le gage de la neutralité", a-t-elle estimé.

Dans un communiqué diffusé dimanche soir 29 septembre sur twitter, l'Académie de Rouen prévient que "tous les établissements et écoles réouvriront lundi matin 30 septembre après les opérations de nettoyage du week-end".

En Normandie, région agricole, l'inquiétude était toujours de mise dimanche 29 septembre. "Ce que l'on a jeté, ça correspond à 5.000 litres de lait, soit 1.500 à 1.800 euros : c'est à peine ce que j'arrive à me tirer comme salaire sur l'exploitation par mois", a expliqué Sébastien Catoir, agriculteur à Conteville, en Seine-Maritime. "Ce n'est pas à nous agriculteurs de supporter une pénalité financière comme celle-ci", a-t-il dit, alors que les causes de l'incendie restaient toujours inconnues dimanche 29 septembre.

AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Franconomics 2019 : entreprises, universités et localités se relient

Le yacht français Le Lapérouse en escale à Hô Chi Minh-Ville Le yacht cinq étoiles de la série Explorers, Le Lapérouse, battant papillon français, a jeté l’ancre à Hô Chi Minh-Ville et y restera amarré pendant plusieurs jours. Il s’agit de la première visite de ce navire touristique dans la mégapole du Sud.