14/07/2019 11:15
Passionné d’art traditionnel, Duong Van Thuc, du bourg de Cho Ra, province de Bac Kan, a créé le đàn tính à 12 cordes, instrument de musique qui n’en comporte habituellement que deux ou trois.
>>Le chant then, un patrimoine toujours vivant
>>Vi To, unique facteur de dàn tinh de Lang Son

Duong Van Thuc est le seul à fabriquer et à savoir jouer du "đàn tính" original à 12 cordes. Photo: Duc Hiêu/VNA/CVN

Le đàn tính ou tính tâu est un luth à manche long dont la caisse de résonnance est constituée d’une demi-calebasse séchée. Il accompagne souvent le hát then, une forme d’art combinant le chant et la danse folkloriques qui est depuis longtemps une pratique religieuse et culturelle des ethnies Tày, Nùng et Thai dans la région montagneuse du Nord du Vietnam.

En général, le đàn tính ne comporte que deux ou trois cordes, mais Duong Van Thuc a réussi à en a créer trois à 12 cordes. Cet instrument peut donc non seulement accompagner le hát then mais aussi interpréter de nombreux airs de danses et chansons folkloriques.

Front haut, de petite taille et toujours souriant, le septuagénaire, qui connaît et joue du đàn tính depuis sa prime jeunesse, est surnommé "Trésor de l’ancienne culture de l’ethnie Tày de la province de Bac Kan".

Une légende inspirante

Le bourg de Cho Ra (district de Ba Bê), où il est né et a grandi, est un lieu qui conserve précieusement les racines de l’ancienne culture du lac Ba Bê. Bercé par cet environnement, il s’est découvert très tôt une passion pour les arts populaires de l’ethnie Tày. Tout jeune, Duong Van Thuc participe à nombre de fêtes du chant then et de rites locaux dont il relève scrupuleusement tous les détails. Après dix ans de travail comme instrumentiste dans une troupe d’art locale, il cherche à créer un đàn tính à 12 cordes.   

L’idée de ce luth original lui est venue alors qu’il écoutait une légende… C’est l’histoire d’un jeune homme appelé Xiên Câm. Bien qu’il ait 30 ans, il est encore célibataire. Désespéré d’être seul, il supplie au Ciel de lui apporter un luth pour qu’il puise consolation dans la musique. Le Ciel lui donne alors les matières premières pour le faire: une variété de calebasse pour la caisse de résonnance et de la soie en guise de fil.

Xiên Câm fabrique alors un luth à 12 cordes. Mais, lorsque l’instrument émet ses premières notes, les habitants alentours sont subjugués et en oublient de dormir, de faire les travaux champêtres et toutes les tâches de la vie quotidienne. Témoin de ce spectacle, le Ciel  envoie Put Luông sur terre pour couper neuf cordes afin que les habitants reprennent raison et reviennent à une vie normale. C’est la raison pour laquelle les đàn tính actuels ont trois cordes.

"Je me suis toujours demandé à quoi pouvait ressembler le son d’un +đàn tính+ à 12 cordes. C’est pour cela que j’ai voulu faire un tel instrument", a expliqué Duong Van Thuc.  Cela n’a pas été chose facile. Mais, malgré plusieurs tentatives ratées, il n’a jamais faibli.

Les dossiers du chant "then" et du "đàn tính" ont été soumis à l’UNESCO pour être reconnus comme patrimoine culturel immatériel de l’humanité.
Photo: Thành Dat/VNA/CVN

Après une vingtaine d’années d’étude et de travail, trois luths à 12 cordes, très originaux, ont vu le jour. L’un a été joué pour la première fois par l’instrumentiste Duc Liên à la Troupe d’arts traditionnels de Bac Kan. Les auditeurs ont été d’emblée séduits par le son excellent du đàn tính et étonnés par l’originalité et la dynamique de cet instrument. L’autre a été confié à Hoàng Van Ta, directeur du Musée de Bac Kan, pour y être exposé. Le dernier accompagne l’artisan Duong Van Thuc lui-même dans ses représentations artistiques.     

Une mémoire à préserver

D’après Hoàng Ngoc Thâm, directeur du Comité de gestion de la zone touristique de Ba Bê (province de Bac Kan), Duong Van Thuc est la seule personne, jusqu’à ce jour, qui a créé et peut jouer du đàn tính à 12 cordes. Les locaux le surnomment "le roi du đàn tính" ou "le roi du tính tâu".

De génération en génération, les mélodies veloutées et chaleureuses de hát then qui se mêlent aux sons limpides du đàn tính s’élèvent au milieu des forêts de la région montagneuse du Nord-Ouest du Vietnam. Combinant chant et danse, le hát then des Tày, Thai et Nùng est une forme d’art folklorique unique.

Le then, en dialecte de ces minorités ethniques, signifie le Ciel. Ce chant est considéré comme un chant divin que les génies auraient enseigné au commun des mortels. La tradition des Tày veut qu’il ne se pratique que lors de grands événements ou lors de rites solennels pour s’attirer la paix, une bonne récolte ou pour invoquer les esprits. 

Selon les chercheurs des arts populaires, le chant then n’existe que dans cinq provinces montagneuses du Nord: Cao Bang, Bac Kan, Lang Son, Tuyên Quang et Hà Giang. Le ministère de la Culture, des Sports et du Tourisme a soumis en mars 2018 un dossier à l’UNESCO pour que le chant then et le đàn tính soient reconnus comme patrimoine culturel immatériel de l’humanité.

Quê Ánh/CVN
 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le tourisme expérientiel, cette autre façon de voyager

Phnom Penh propose à Bà Ria-Vung Tàu d'ouvrir une ligne de bus touristique Une délégation de la province méridionale de Bà Ria-Vung Tàu conduite par Nguyên Hông Linh, secrétaire du Comité du Parti et président du Conseil populaire provincial, a travaillé lundi matin 21 octobre à Phnom Penh avec Khuong Sreng, gouverneur de la municipalité de Phnom Penh.