17/05/2020 09:45
Le chercheur centenaire Nguyên Dinh Dâu possède plus de 3.000 cartes anciennes qu’il a collectées depuis plus d’un demi-siècle. Parmi elles, des centaines montrent clairement que les deux archipels de Truong Sa et Hoàng Sa appartiennent au Vietnam.
>>À la découverte de la Maison d’exposition de Hoàng Sa
>>Le Vietnam demande à la Chine de ne pas complexifier davantage la situation en Mer Orientale

Le chercheur centenaire Nguyên Dinh Dâu. Photo : Lê Minh/CVN

Né en 1920 à Hanoï puis installé à Hô Chi Minh-Ville, Nguyên Dinh Dâu est un chercheur de renom dans les domaines de la géographie et de l’histoire du Vietnam. Connu pour ses recherches de grande valeur sur le territoire national à travers différentes périodes, il est considéré par le milieu académique comme "un scientifique sérieux et dévoué", ayant d’importantes contributions à la science vietnamienne.

L’historien centenaire est loin d’être sénile. Toujours actif, il peut retracer avec précision les informations et les événements relatifs aux archipels de Truong Sa (Spratly) et Hoàng Sa (Paracel). "Notre pays dispose de la souveraineté sur ces deux archipels depuis des lustres. Cela appartient à l’histoire, quiconque l’a étudié le sait", a-t-il affirmé.

Des preuves historiques irréfutables

Ce chercheur catholique a lu de nombreux mémoires de prêtres et de marchands étrangers venus au Vietnam par voie maritime au début du XVIe siècle. Il a alors constaté que dès 1523, les Vietnamiens étaient déjà responsables de la gestion de Truong Sa et Hoàng Sa en Mer Orientale. Les empereurs de la dynastie des Nguyên (1802-1945) exerçaient aussi une protection de la souveraineté dans ces eaux territoriales.

"J’ai eu la chance d’avoir collecté, pendant de nombreuses années, assez de cartes anciennes montrant clairement la souveraineté du Vietnam sur les îles en Mer Orientale, dont certaines établies par des étrangers, en l’occurrence des missionnaires, économistes et marchands de grandes firmes commerciales qui se sont intéressés très tôt au Vietnam", s’est-il remémoré.

Selon Nguyên Dinh Dâu, des livres et cartes des Portugais présents à Malacca entre 1510 et 1513 ont également abordé les eaux territoriales du Vietnam en Mer Orientale. "Dès cette époque-là, le pays disposait déjà de preuves historiques très claires de sa souveraineté. Pendant de longues années d’études d’anciennes cartes sur la Mer Orientale, Truong Sa et Hoàng Sa, moi et mes confrères sommes parfaitement conscients du droit incontestable du Vietnam sur ces eaux. Ces deux archipels touchent le cœur de chaque Vietnamien".

Cent ans et plus de 3.000 cartes anciennes

Au total, le centenaire possède plus de 3.000 cartes anciennes, certaines remontant au XVe siècle. La plupart ont été acquises à l’étranger. Parmi ces précieuses archives auxquelles il a consacré beaucoup de temps, d’efforts et d’argent depuis plus d’un demi-siècle, il y a des centaines de cartes qui représentent en détail le plateau continental et des îles du Vietnam. Nombre d’entre elles, établies par la France et l’Angleterre, montrent clairement que Hoàng Sa et Truong Sa appartiennent au Vietnam. 

Parlant de la souveraineté nationale sur ces deux archipels, le collectionneur a cité les cartes du monde dessinées par les Occidentaux du XVIe au XIXe siècles, où Hoàng Sa et Truong Sa sont placés au niveau des actuelles provinces de Quang Nam et Khánh Hoà (Centre). 

"Je considère les cartes comme un outil important pour la recherche parce qu’elles permettent d’expliquer des questions relatives à l’histoire et à la géographie. Plus important encore, ce sont des preuves scientifiques irréfutables", a-t-il souligné.

Cœur d’un intellectuel patriote

De son vivant, le Premier ministre Vo Van Kiêt (1922-2008) a loué les mérites du chercheur, qualifiant ses actions de celles d’"un patriote". Des estimations basées sur la haute valeur des archives et des cartes anciennes sur Truong Sa et Hoàng Sa que Nguyên Dinh Dâu a conservées au fil des ans.

Le livre "Chu quyên Viêt Nam trên Biên Dông và Hoàng Sa - Truong Sa" de Nguyên Dinh Dâu, publié en 2014. Photo : Lê Minh/CVN

D’après le centenaire, la lutte pour la justice en faveur de la souveraineté en Mer Orientale doit être renforcée par des mesures pacifiques. Les Vietnamiens, toutes générations confondues, doivent toujours prendre des mesures concrètes et résolues pour protéger la souveraineté nationale sur la mer et les îles. "Hoàng Sa et Truong Sa appartiennent au Vietnam depuis des siècles. Unissons-nous pour défendre leur souveraineté !", a-t-il exprimé.

En 2014, le chercheur Nguyên Dinh Dâu a publié son livre Chu quyên Viêt Nam trên Biên Dông và Hoàng Sa - Truong Sa (Souveraineté du Vietnam en Mer Orientale et Hoàng Sa - Truong Sa). Cet ouvrage, de huit chapitres, regorge de documents collectés dans le pays comme à l’étranger, fruits d’une cinquantaine d’années de recherches. Ses études portent sur deux éléments décisifs de la définition de la souveraineté : preuves historiques et fondements juridiques. Un travail objectif et scientifique précieux face à une conjoncture de plus en plus complexe.

"Ce livre, dont les contenus sont extraits de la collection d’archives et cartes de Nguyên Dinh Dâu, est une œuvre de grande valeur historique. C’est aussi un ouvrage de référence très précieux qui aide scientifiques, gestionnaires et lecteurs à comprendre exactement la problématique autour de la souveraineté maritime de la Patrie. Il fournit également des preuves scientifiques au service du règlement des différends en vertu de la Convention de l’ONU sur le droit de la mer", a souligné Tô Thi Bich Châu, présidente du Front de la Patrie de Hô Chi Minh-Ville.

Cette recherche scientifique importante de Nguyên Dinh Dâu est une belle illustration de la responsabilité d’un intellectuel patriote qui a consacré toute sa vie à mettre en lumière la souveraineté du Vietnam sur la Mer Orientale, Hoàng Sa et Truong Sa.

Linh Thao/CVN

 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
L’originalité des villages de broderie du Vietnam

Quang Tri souhaite relancer le tourisme après la distanciation sociale Le tourisme maritime et insulaire de la province de Quang Tri commence doucement à se remettre sur pied à la suite de la longue période de distanciation sociale causée par la pandémie de COVID-19. Plusieurs sites touristiques rouvrent leurs portes afin d’accueillir les visiteurs.