12/04/2020 07:26
Surnommé "la loutre" par ses supporters en raison de son aisance dans l’eau, Nguyên Huy Hoàng est le premier nageur d’Asie du Sud-Est à atteindre l’équivalent du minima A olympique, synonyme de qualification directe pour les JO de Tokyo 2020.
>>JO de Tokyo : la bataille est rude chez les Vietnamiens
>>SEA Games 30 : le joli coup double de Nguyên Huy Hoàng

Nguyên Huy Hoàng en compétition aux SEA Games 30 disputés fin 2019 aux Philippines. Photo : CTV/CVN

Le nageur Nguyên Huy Hoàng défendra les couleurs de son pays aux Jeux olympiques de Tokyo 2020, reportés au plus tard à l’été 2021 à cause de la pandémie de COVID-19.

À 20 ans seulement, il s’est fait notamment remarquer lors des derniers Jeux d’Asie du Sud-Est (SEA Games 30) disputés fin 2019 aux Philippines, où il a fait un joli coup double en remportant deux médailles d’or et en établissant deux nouveaux records régionaux sur 400 m et 1.500 m nage libre. Mieux encore, son chrono de 14 min 58 sec 14 au 1.500 m nage libre lui a permis de valider son billet pour les Jeux olympiques  de Tokyo (JO).

Une discipline de fer

Derrière toutes ces réussites se cachent un mode de vie extrêmement rigoureux. Il confesse qu’il a dû bouleverser ses habitudes pour suivre des entraînements intensifs et un régime alimentaire draconien où tout est calculé. Il s’entraîne deux fois par jour et chaque session dure quatre heures. Sa journée débute à 06h30 du matin avec des exercices à haute intensité visant à perfectionner sa vitesse et sa technicité. La pression de ses entraînements est très compliquée à gérer pour lui.

Il a parfois songé à jeter l’éponge. Seulement, une fois la tension retombée, il se rappelle : "Le stress et la fatigue sont le lot quotidien de la quasi-totalité des sportifs de haut niveau. Devenir un sportif professionnel demande beaucoup de persévérance et de travail".

Nguyên Huy Hoàng (centre) sur la plus haute marche du podium des SEA Games 30, fin 2019 aux Philippines. Photo : ST/CVN

Huy Hoàng s’est instauré une discipline de fer. Ainsi, chaque séance est une compétition contre lui-même dans le but d’être meilleur que celui qu’il était hier. "Afin de battre mes grands adversaires, il faut tout d’abord se vaincre moi-même. C’est la raison pour laquelle, les objectifs que je me suis fixé sont plus élevés que ma performance actuelle. Ça me donne la motivation nécessaire pour obtenir de meilleurs résultats", a-t-il expliqué.

Il est ainsi devenu l’un des nageurs vietnamiens les plus prolifiques en termes de médailles d’or aux dernières éditions des SEA Games. Il est le meilleur en Asie du Sud-Est aux épreuves de 400 m et 1.500 m nage libre.

Bien qu’il possède une impressionnante collection de médailles, il ne figure pas dans la liste des sportifs "cibles", c’est-à-dire les meilleurs éléments bénéficiant de la politique d’investissement prioritaire appliquée par les instances sportives nationales. Aussi, il n’a pas encore été envoyé à l’étranger pour suivre des formations comme ses aînés de la sélection nationale. Aujourd’hui, son objectif principal est de se qualifier pour la finale des JO de Tokyo.

Nguyên Huy Hoàng passe sa petite enfance dans la commune de Tiên Xa, district de Tuyên Hoa, province de Quang Binh (Centre). Il commence la natation en maternelle. Ses premiers "entraîneurs" sont devenus de bons amis, qui lui donnent de temps à autre des "cours" dans un coin du fleuve Gianh.

Nguyên Huy Hoàng s’est rapidement passionné pour ce sport. Dès qu’il avait du temps libre, il le passait dans l’eau. D’où l’attribution de son surnom "la loutre du fleuve Gianh" en raison de son aisance dans l’eau.

Un nageur au grand cœur

L’année 2011 marqua un tournant dans sa vie, lors de sa convocation au Centre d’éducation physique et des sports de la province de Quang Binh. En réalisant de belles performances au niveau national, il attira l’attention des entraîneurs de la sélection nationale. Il s’installa rapidement à Hô Chi Minh-Ville et Cân Tho (Sud) et bénéficia des meilleures conditions pour s’entraîner. Grâce à ses prédispositions et sa persévérance, il affiche un sacré palmarès à son actif au niveau national et international.

Nguyên Huy Hoàng fait partie des trois sportifs en lice pour le prix Jeunes figures exemplaires du Vietnam en 2019. Au-delà de son talent, il demeure très généreux en s’investissant dans des œuvres de charité. Chaque fois qu’il retourne dans sa commune natale, il rend visite au centre de patronage des enfants handicapés afin de leur offrir des cadeaux. Après les SEA Games 30, il a reversé une partie de ses primes au centre. Il a également mobilisé 70 millions de dôngs à des activités caritatives.

"La vie de ces enfants reste difficile. Je souhaite apporter ma pierre à l’édifice autant que possible", a confié Nguyên Huy Hoàng.
 
Phuong Nga/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
L’originalité des villages de broderie du Vietnam

Quang Tri souhaite relancer le tourisme après la distanciation sociale Le tourisme maritime et insulaire de la province de Quang Tri commence doucement à se remettre sur pied à la suite de la longue période de distanciation sociale causée par la pandémie de COVID-19. Plusieurs sites touristiques rouvrent leurs portes afin d’accueillir les visiteurs.