01/05/2020 07:40
Les premiers guichets automatiques de riz pour approvisionner gratuitement les personnes les plus impactées par le COVID-19 ont immédiatement fait le buzz dès leur mise en place à Hô Chi Minh-Ville. Rencontre avec Hoàng Tuân Anh, leur créateur.
>>Les "ATM de riz" au secours des plus démunis
>>Des "ATM riz" supplémentaires pour venir en aide aux plus vulnérables

Hoàng Tuân Anh, inventeur des guichets automatiques de riz à Hô Chi Minh-Ville.
Photo : NLD/CVN

Un téléphone qui sonne sans cesse, des demandes au sujet d’installations de nouveaux appareils, des sollicitations de soutien et collaboration techniques pour les localités hors de Hô Chi Minh-Ville et des questions sur le perfectionnement des équipements… Hoàng Tuân Anh, inventeur des premiers guichets automatiques de riz dans la mégapole du Sud, n’a jamais été aussi occupé.

Après la mise en service du premier distributeur de riz, automatique et gratuit, le 6 avril, au No204B, rue Vuon Lài, arrondissement de Tân Phu à Hô Chi Minh-Ville, Hoàng Tuân Anh a reçu une demande des autorités locales pour des installations supplémentaires dans les 3e et 12e arrondissements ainsi que celui de Binh Chanh.

Compassion et soutien

"Avec un grand soutien de la part des autorités locales, et une demande généralisée de reproduction de ce modèle dans d’autres localités hors de Hô Chi Minh-Ville, je suis prêt pour le transfert gratuit de technologie afin de porter leur nombre à 100 dans l’ensemble du pays", affirme-t-il.

Né en 1986 dans la mégapole du Sud, Tuân Anh dirige PHG Lock, une entreprise spécialisée dans les serrures intelligentes. Interrogé sur la naissance de ces distributeurs de riz, le jeune homme d’affaires explique : "À vrai dire, mon entreprise est en difficulté comme bien d’autres. Mais, les efforts inlassables du gouvernement dans la protection des citoyens face à la crise du coronavirus m’ont énormément inspiré. J’ai donc décidé de faire quelque chose pour la communauté".

Pour rappel, après le Nouvel An lunaire 2020, alors que le COVID-19 évoluait de manière complexe, et répondant à l’appel du gouvernement ainsi que des autorités de Hô Chi Minh-Ville sur l’entraide pour le combat contre le nouveau coronavirus, Hoàng Tuân Anh a remis une centaine d’interphones, produits par son entreprise, aux hôpitaux de campagne des districts de Cu Chi et Cân Gio ainsi qu’à l’institut Pasteur de Hô Chi Minh-Ville.

Hoàng Tuân Anh et le stock de riz remis par les donnateurs à Hô Chi Minh-Ville. 
Photo : NLD/CVN

C’est en observant les impacts de l’épidémie sur les plus pauvres et les travailleurs sans revenus fixes que lui est venue l’idée d’acheter plusieurs tonnes de riz et de les emballer dans des sacs de 2 kg afin de les distribuer. Il réalise cependant rapidement que les lieux de remise de ces dons caritatifs créaient de grands rassemblements, chose à absolument éviter en période de distanciation sociale. Il décide ainsi de changer de méthode. 

Fort de ses connaissances techniques, Tuân Anh pense alors à un appareil capable de fournir automatiquement du riz par l’intermédiaire de tubes. C’est ainsi que les fameux distributeurs voient le jour. Leur structure est simple : une caisse de riz, un bouton extérieur connecté à une vanne automatique. Le tout est dirigé par un logiciel soutenu par un système utilisant des technologies 4.0. Chaque pression, unique pour chaque personne, donne de 1,5 à 2 kg.

Afin d’assurer la distanciation sociale, les bénéficiaires, dont le nombre ne dépasse pas dix, doivent faire la queue, à une distance de 2 m les uns des autres, dans un carré fixé peint au sol. Tuân Anh mobilise également la présence physique d’un surveillant sur place afin d’éviter toute malhonnêteté : chaque personne n’est en effet autorisée à appuyer et à se rendre sur place qu’une seule fois dans la journée. 

Questionné sur le quota de 1,5-2 kg pour chaque personne, l’ingénieur précise qu’il estime cette quantité relativement suffisante pour deux repas par jour d’une famille de quatre membres.

Un modèle qui suscite des vocations

Tuân Anh raconte le succès de sa première installation qui a dépassé toutes ses attentes. "Avec la mise en place de la première machine, j’avais préparé un stock de 500 kg de riz par jour pour la distribution jusqu’à la fin du mois d’avril. Mais, dès sa mise en service, elle a fonctionné à pleine puissance, même la nuit. Mon stock s’est rapidement vidé. Heureusement, il existe de nombreux donateurs : parfois 50 kg, 100 kg, voire une tonne. Les sources d’approvisionnement ne m’inquiètent plus".

Les distributeurs automatiques de riz de Hoàng Tuân Anh viennent en aide à de nombreuses familles en difficulté face à la crise du COVID-19.
Photo : VnExpress/CVN

À l’heure actuelle, il se soucie principalement d’assurer le fonctionnement de ces appareils sans problème technique. "Pour les appareils déjà installés, nous ferons tout notre possible pour qu’ils continuent de fonctionner à plein régime jusqu’à la fin de la pandémie".

L’inventeur révèle qu’il compte concevoir ses prochaines machines dans un conteneur pour faciliter les déplacements. Après cette épidémie, il espère pouvoir les déplacer dans le Centre du pays, dans les régions souvent touchées par les inondations, par exemple.

Actuellement, les guichets automatiques de riz de Hoàng Tuân Anh sont présents dans diverses villes et provinces du Sud. Son initiative a inspiré des techniciens et ingénieurs dans le Nord et le Centre qui ont cherché à lancer des produits similaires afin de venir en aide aux plus démunis.
 
Linh Thao/CVN


 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
L’originalité de la course de chevaux de Bac Hà à Lào Cai

Reuters salue la reprise rapide du tourisme vietnamien Le Vietnam et la Nouvelle-Zélande ont rapidement repoussé le COVID-19. Alors que les indicateurs touristiques du Vietnam augmentent, la situation du tourisme en Nouvelle-Zélande reste sombre, selon Reuters.