26/08/2020 17:00
Hoàng Thi Minh Hông, 47 ans, est une militante écologique et la première Vietnamienne à avoir posé le drapeau national en Antarctique. En 2018, elle a obtenu une bourse de la Fondation Obama pour étudier à l’Université de Columbia. En 2019, elle a été élue par Forbes parmi les 50 Vietnamiennes les plus influentes.
>>Une jeune fille marche à travers le Vietnam pour tester ses limites
>>Un jeune ingénieur passionné de lampes en bambou

Hoàng Thi Minh Hông, fondatrice et directrice du Centre d'actions et d'union pour la croissance et l'environnement (CHANGE). 
Photo : Capture d'écran/CVN

Hoàng Thi Minh Hông a effectué son voyage en 1997 au pôle Sud. Ce déplacement a marqué un grand tournant dans la carrière de Minh Hông. Depuis son retour au Vietnam, elle est l’une des oratrices les plus respectées pour la défense de l’environnement. À chacune de ses rencontres avec la jeune génération, elle raconte les désastres écologiques dont elle a été témoin et souligne l’urgence d’agir contre le réchauffement climatique.

En 2009, Minh Hông a effectué un deuxième voyage en Antarctique où elle a observé les dommages de la crise climatique sur ce continent. Très préoccupée par le devenir de la planète, elle a décidé de s’engager dans différents projets environnementaux au sein d’ONG écologiques de renommée internationale. Après avoir quitté le WWF, Fonds mondial pour la nature, Minh Hông a créé CHANGE, sa propre organisation qui sensibilise la communauté à l’environnement et au développement,

"J’ai créé cette organisation pour aider les jeunes qui, comme moi, sont motivés par la protection environnementale, à réaliser leur rêve. Pour qu’un mouvement environnemental soit efficace et pérenne, il faut une stratégie solide et ses membres doivent être conscients qu’ils sont les seuls à pouvoir régler les problèmes de leur communauté", confie la présidente fondatrice du CHANGE.

Contre le changement climatique

Pour les membres de CHANGE, Minh Hông est une icône qui a éveillé la conscience écologique chez les jeunes Vietnamiens. Ngô Thi Thanh Thao, l’une des membres de cette organisation, raconte : "En 2016, CHANGE a lancé un projet de protection des rhinocéros à travers des dessins muraux. Une femme qui travaillait au Consulat américain à Hô Chi Minh-ville a vu notre travail et s’est exclamée: Je ne savais pas que les jeunes Vietnamiens s’intéressaient aussi à ce problème! Son propos m’a beaucoup choquée. Il m’est apparu que pour les autres pays, le Vietnam et les jeunes Vietnamiens semblaient indifférents au sort de la nature. Cette idée m’a incitée à m’impliquer dans les différents projets écologiques menés par CHANGE".

Vo Uyên Phuong, également membre et étudiante originaire de la province de Bên Tre (Sud), a indiqué qu'elle voulait faire comprendre aux habitants de sa région les influences négatifs du changement climatique sur leur vie. "Quand j’étais petite, l’eau douce était abondante. Quatre jarres d’eau de pluie étaient suffisantes pour passer la saison sèche. Aujourd’hui, l’eau douce vaut de l’or et il n’y en a plus jamais assez pour tout le monde. J’aimerais raconter cette histoire de ma province au monde entier. C’est une preuve de la sécheresse et de la salinisation, deux phénomènes extrêmes dérivés du dérèglement climatique", a précisé Vo Uyên Phuong.

Ambassadeurs de la cause écologique, Minh Hông et les jeunes de CHANGE sont la preuve que le Vietnam s’implique dans les actions mondiales contre le changement climatique.

VOV/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Banh cuôn au fruit de dragon – un plat irrésistible à déguster

Vieux quartier de Hanoï, rendez-vous de la Fête de lune  Cette année, la Fête de la mi-automne est prévue du 17 septembre au 1er octobre au marché Dông Xuân dans l’arrondissement Hoàn Kiêm, à Hanoï.