21/07/2021 11:12
Hô Chi Minh-Ville doit continuer de séparer les patients souffrant du COVID-19 pour éviter de transmettre le virus aux autres personnes, notamment celles atteintes de maladies sous-jacentes. Certaines zones de la ville peuvent resserrer la directive N°16/CT-TTG, a déclaré le vice-Premier ministre Vu Duc Dam, chef du Comité national de direction de la prévention et du contrôle du COVID-19.
>>COVID-19 : 2.787 nouveaux cas détectés mercredi matin 21 juillet
>>Aucun test de COVID n'est requis pour les transporteurs de marchandises dans les 19 localités du Sud

Le vice-Premier ministre Vu Duc Dam lors d'une réunion sur la lutte contre le COVID-19 à Hanoï.
Photo : VNA/CVN

Le gouvernement a demandé au ministère de la Santé de se concentrer sur l'approvisionnement en fournitures médicales pour les forces de première ligne de lutte contre l'épidémie, afin d'assurer la sécurité aux agents médicaux.

À la fin de 2021, le Vietnam disposera suffisamment de doses pour vacciner 70% de sa population pour créer une immunité communautaire. D'ici fin août 2021, le gouvernement et le ministère de la Santé continueraient d'accorder la plus grande priorité en matière de vaccin à la mégapole du Sud pour l'aider à surmonter l'épidémie, a souligné le vice-Premier ministre Vu Duc Dam lors d'une séance de travail avec Hô Chi Minh-Ville sur le travail de lutte contre le COVID-19, mardi 20 juillet.

Selon le vice-ministre de la Santé, Nguyên Truong Son, la 4e phase de la campagne de vaccination dans la ville s'est achevée. Dans la 5e phase, il existe de nombreux types de vaccins avec plus de 930.000 doses, la ville doit examiner le fait d'utiliser pour la deuxième injection un vaccin différent ou le même vaccin pour les deux injections.

VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Découvrez le monde des crayons de couleur à Hanoï

Quel visage aura le tourisme francophone au Vietnam après le COVID-19 ? L’activité touristique au Vietnam a été anéantie par la pandémie de COVID-19. Pour la deuxième année consécutive, les professionnels du tourisme francophones continuent à naviguer à vue en espérant un retour aux affaires après la crise.